Le prince pop australien livre un morceau inédit, qui résonne avec l’état du monde

Vingt mois, c’est le temps durant lequel nous avons navigué dans le monde sans nouveauté musicale de la part de Troye Sivan. Déjà un an et demi que le prince australien de la pop nous avait laissé sur l’éclectique « Bloom », un second album signant sa véritable éclosion. De l’adolescent virtuose et candide à l’homme confiant, audacieux et engagé… Troye Sivan n’avait déçu ni les fans, ni la critique.

Il y a deux semaines, le jeune artiste brise finalement ce hiatus artistique, annonçant sur Instagram son souhait de dévoiler de la matière inédite. Le monde et ses process habituels étant sans dessus-dessous depuis le début de l’épidémie lié au COVID-19, Troye Sivan fait fi du protocole et interpelle directement son label sur le réseau social afin d’initier cette nouvelle sortie. Par la même occasion, il en appelle aux créatifs freelance, dont l’activité est sérieusement mise à mal durant la pandémie, pour collaborer sur tout l’aspect graphique : « Je veux travailler avec vous et faire en sorte que l’argent que je pourrais dépenser dans un clip vous revienne. C’est une époque éprouvante et je me sens très chanceux d’avoir la musique et l’art pour me porter, émotionnellement et financièrement. Je veux partager ça. »

Avec toute la générosité et la spontanéité qui le caractérise, Troye Sivan lève donc le voile sur son nouveau titre : « Take Yourself Home ».

Bien qu’elle ait été écrite avant que le monde n’ait à ployer de manière inédite sous le poids du coronavirus, la chanson, co-produite avec Leland, Tayla Parx et Oscar Görres, fait particulièrement écho aux chamboulements actuels, et aux questionnements qui en découlent.

« Take Yourself Home » évoque tour à tour la lassitude et le spectre de la mort « I’m tired of the city, scream if you’re with me / If I’m gonna die, let’s die somewhere pretty » ; le retour aux sources « If I’m gonna waste my time then it’s time to go / Take yourself home » et le bilan que chacun peut être amené à faire sur lui-même « Counting all the losses that you can’t collect / Got everything and nothing in my life ». Des sujets propres à la condition humaine mais qui ressurgissent en puissance en cette période de ralentissement du monde et de confinement, où nous réévaluons nos priorités.

C’est une des chansons que je préfère, parmi toutes celles que j’ai écrites. C’est comme un discours d’encouragement envers soi-même et l’endroit d’où l’on vient. Se débattre avec sa place dans le monde. J’écris mes chansons comme des pages de journal intime, et à mesure que la vie, les endroits et les relations changent, ces morceaux peuvent prendre un tout nouveau sens. C’est clairement ce qui est en train d’arriver avec ‘Take Yourself Home’.

Musicalement, le morceau n’a rien de très différent de l’excellente synth-pop à laquelle Troye Sivan nous a habitués, ici plus proche de l’époque « Blue Neighbourhood » – son premier opus – que de « Bloom ». Une mélodie douce et entêtante, sur laquelle la voix de Troye Sivan charrie à la fois une certaine mélancolie et un sentiment d’enivrement. Ce dernier est d’ailleurs renforcé par les vues vertigineuses d’une ville américaine, composant la lyric video. Des chœurs, d’abord fantomatiques, prennent le dessus après le second refrain et deviennent le gimmick principal. Mais juste au moment où le titre tend vers sa fin et pourrait se conclure en un format assez conventionnel, une instrumentale aux accents house explose en cascade. Une outro inattendue et savoureuse !

Fidèle à la vision à 360° qu’il aime avoir de sa carrière, Troye Sivan lie à cette nouvelle étape musicale, une évolution physique. Le blond laisse place au roux, avec une élégance intacte. Les couleurs et la flamboyance de « Bloom » s’effacent pour une esthétique plus sombre et des nuances plus organiques.

Une transition qui rappelle les propos de l’artiste dans notre interview de 2018 : « Je me suis vraiment éloigné des vidéos narratives parce-que j’avais déjà exploré ça dans le premier album. Je veux communiquer un sentiment plutôt qu’une histoire. Je pense qu’il faut laisser l’histoire à la musique ou bien la laisser aux gens, qui peuvent y transposer leur propre histoire. Je veux plutôt communiquer une attitude. (…) Je donne mes idées sur tout : les clips, les couleurs, le stylisme, le casting… C’est pareil pour les tournées. »

Un artiste des plus complets, et qui n’a sans doute pas fini de nous surprendre…

« Take Yourself Home » est disponible en téléchargement
*
SOLIDARITÉ LUTTE COVID-19 :

Dans le prolongement de la sortie de ‘Take Yourself Home’, trois t-shirts au design exclusif viennent d’intégrer la boutique en ligne de Troye Sivan. L’argent récolté par leur ventes sera réinvesti dans la lutte contre le COVID-19, par deux biais : celui du Fonds de solidarité mis en place par l’OMS et celui de la cagnotte « COVID-19 Music Relief » montée par Spotify pour soutenir les professionnels de la musique dont les activités sont affectées par la crise.

*