Retour sur le show électrique des américains All Time Low !

C’est une ou plutôt quatre tempêtes qui se sont abattues samedi soir en plein Paris ! Avec un tempérament de feu, armé de guitares et d’un son pop-punk toujours aussi assuré, All Time Low a littéralement enflammé L’Elysée Montmartre pour sa première date à Paris depuis deux ans.

Le phénomène américain All Time Low en pleine tournée européenne était samedi soir de passage dans notre belle capitale. Bien qu’ils possèdent à leur actif pas moins de six albums et deux DVD live, Alex Gaskarth, Zachary Merrick, Rian Dawson et Jack Barakat parviennent encore et toujours à se renouveler et à surprendre leurs fans !

DSC_0504 copie

C’est tout récemment que le groupe a d’ailleurs annoncé son changement de label. C’est pour le célèbre Fueled By Ramen, qui signe entre autres Twenty One Pilots et Panic At The Disco, que les quatre artistes ont quitté le label Hopeless Records. Avec ce nouveau contrat sont arrivés deux nouveaux titres – « Dirty Laundry » et « Last Young Renegade » – qui annoncent clairement la nouvelle ère  All Time Low.

Bien que le public ait découvert à travers ces deux titres un son quelque peu différent, aux penchants plus pop parfois presque électro qui délaissent le punk signature d’All Time Low , c’est toutefois un groupe fidèle à lui-même que Paris a retrouvé sur scène : même énergie, même style, même charisme !

C’est sous une tension palpable qu’est plongée la salle durant quelques minutes à l’extinction des lumières. L’arrivée des quatre artistes est imminente et le public parisien bout d’impatience à l’idée d’accueillir à nouveau le groupe, qui n’a pas mis les pieds sur le sol parisien depuis plusieurs années.

C’est avec le puissant rock de « Kicking & Screaming » extrait de son dernier album en date « Future Hearts » qu’All Time Low débute son show. Le ton est donné et la soirée s’annonce haute en couleurs.

Le set se poursuit avec l’incontournable « Weightless » qui fait, sans l’ombre d’un doute, partie des titres phares du groupe. Les fans présents en nombre dans la salle donnent de la voix et font raisonner les paroles avec puissance pour un show d’ores et déjà bien engagé.

retouch5 copie

Un bon équilibre entre titres anciens et récents a de toute évidence été trouvé. La foule est animée d’une passion indéniable lorsque que « Somewhere In Neverland » , « Guts » , « A Love Like War » , « Backseat Serenade » ou encore la douce et jolie ballade « Therapy » se font entendre.
Sans oublier le passage obligatoire par les plus récents « Something’s Gotta Give » , « Kids In The Dark » , « Cinderblock Garden » ! Structurés par des gimmicks entêtants, ces quelques morceaux ont un incroyable pouvoir fédérateur et font s’élever les voix de la foule comme une seule. DSC_0523

C’est avec un humour qui leur est presque indissociable que le groupe agrémente la soirée. Ils s’amusent avec des objets insolites que la foule leur envoie et interagissent énormément avec leurs fans. Alors, la soirée file comme l’éclair, la ferveur monte en crescendo et le pied de micro du guitariste Jack Barakat manque de pencher sous le poids des soutiens-gorge reçus. Bientôt, « Take Cover » titre inédit extrait du « Straight to DVD II: Past, Present, and Future Heart » annonce la fin proche de ce show électrique. Les artistes quittent la scène quelques minutes pour revenir avec puissance interpréter « Lost in Stereo » ainsi que le titre qui clôture presque chaque set de All Time Low depuis sa sortie , l’incontournable « Dear Maria, Count Me In ». Cette combinaison de hits offre le dernier coup de grâce au public qui, en retour, livre le peu d’énergie qu’il lui reste pour clôturer comme il se doit une soirée musicalement mouvementée.

Après un show tel que celui-ci, il semble impossible de dire que l’impatience face à la sortie du prochain album d’All Time Low « Last Young Renegade » prévue pour le 2 juin n’est pas à son maximum.

Dans l’attente d’un nouveau concert parisien et de la sortie du nouvel album, il est toujours possible de retrouver les nombreux albums d’All Time Low sur Itunes.