James Arthur, de passage à Manchester à l’occasion de son « You Tour »

Si son public parisien a l’habitude de le voir sur de petites scènes dans des contextes plutôt intimistes (la Cigale en 2014 et l’Elysée Montmartre en 2017), c’est cette fois-ci dans un tout autre registre que l’équipe On The Move a pu le découvrir. En effet, comptant une audience beaucoup plus large dans son pays natal, James Arthur est un adepte des arena britanniques où il se fait un plaisir de proposer une production plus impressionnante à base de grands écrans et de jeux de lumière. La semaine dernière, il posait ses valises à Manchester. On vous raconte tout !

C’est en premier lieu une dénommée Lily Moore qui prend possession de la scène. Accompagnée de trois musiciens, elle propose à la ville de Manchester de découvrir son univers pop teinté de soul ainsi que sa voix pleine aux graves profonds. Sa façon de chanter pourrait même parfois faire penser à the one and only Adele. Une première partie réussie, et un nouveau talent à suivre de plus près !

Pour inaugurer sa setlist bien étoffée, James Arthur a choisi « You », un single phare de son dernier album qui partage également son titre. Ce morceau aux couplets très rythmés produit l’effet escompté dès la première seconde. Le succès est unanime et l’ambiance monte encore d’un cran lorsqu’il commence à rapper : le public est debout et ne compte plus se rasseoir !

 

 

Après avoir chauffé la salle à la perfection, l’artiste britannique reprend « I Am » et “Sermon”, deux chansons tirées de son deuxième album. Si la première est très puissante, la deuxième montre une nouvelle fois les talents de rappeur de James Arthur et on ne s’en lasse pas !

Puis, James commence à chanter « Finally Feel Good », un morceau touchant qui se rapproche d’un des thèmes récurrents de son dernier opus “You” : la santé mentale. Le chanteur de 32 ans explique d’ailleurs au cours de la soirée avoir cette fois-ci tenu à faire “un album qui aide les gens”. C’est probablement la raison pour laquelle on retrouve toujours de la positivité dans les chansons abordant le sujet : “When you hit bottom, only place to go is up”. 

Vient ensuite l’heure d’interpréter « Rewrite The Stars », un titre tiré de la bande originale du film The Greatest Showman qui, comme tous les autres, a ensuite été repris par d’autres artistes à l’occasion de la sortie d’un album intitulé « The Greatest Showman – Reimagined ». James Arthur vole donc la vedette à Zac Efron tandis que la belle Anne Marie joue le rôle de Zendaya. Bien sûr, le chanteur ne peut résister à l’envie de se jouer de son public en annonçant l’arrivée de sa partenaire de duo (spoiler alert : elle n’était pas là !). Pas d’inquiétude, le public rit vite de cette blague et clame les paroles haut et fort : un très beau moment !

On enchaîne avec « Breathe », un morceau à la fois doux et dansant contenant même un petit bridge rappé terriblement efficace. Un savoureux mélange qui vient cueillir le public dès les premières notes. Pour « Falling Like The Stars », la salle s’est ensuite illuminée : un effet étoilé en parfaite adéquation avec la chanson et une belle déclaration d’amour reprise à l’unisson. Frissons garantis !

 

 

On se souvient tout de suite de la surprise que nous avions eue de retrouver Tom Felton dans le clip du puissant single « Empty Space ». Une belle mélodie que nous avions hâte de découvrir en live. C’est maintenant chose faite ! 

Puis, avant d’entonner « Unconditionally », James Arthur tient à parler de son combat contre certains troubles de la santé mentale. Une démarche saluée par la Manchester Arena qui retiendra ce message : “la vulnérabilité n’est pas une faiblesse, la vulnérabilité est une preuve de courage”. On remarquera d’ailleurs certains membres du public très émus et soutenus par leurs proches tout au long de cette chanson.

Place maintenant à « Naked » dans une arena aux couleurs de l’amour ! C’est avec délicatesse et une certaine mélancolie que l’artiste entonne le texte empreint de détresse, qui a fait le succès du single. Un instant de partage pendant lequel les membres du public deviennent les chœurs de l’interprète. 

Au moment d’interpréter « Quite Miss Home », James Arthur prend le temps de prononcer quelques mots au sujet de sa famille et plus précisément au sujet de son frère, présent dans la salle. C’est alors la main sur le cœur que le jeune homme chante cette véritable déclaration d’amour à laquelle les spectateurs sont manifestement nombreux à s’identifier.

Vient ensuite « Recovery » qui ravit les fans de la première heure. Un morceau qui figure en effet sur son premier album éponyme et qui a, lors de cette tournée, une saveur toute particulière puisque le chanteur a malheureusement dû reporter plusieurs shows suite à des problèmes de santé. James Arthur prolonge ce flashback avec son tout premier single « You’re Nobody Till Somebody Loves You » qu’il associe au succès de Justin Timberlake « Cry Me A River » pour un medley plus que réussi. Entre voix de tête, jeux de lumières et solos de guitare, il s’agit sans aucun doute de l’un des points culminants du concert.

Après un instant douceur sur « Homicide Love », James poursuit avec « Treehouse ». La scène se teinte alors de bleu et de rose tandis que le chanteur adopte une attitude plus décontractée. Un changement qui permet à l’interprète d’incarner parfaitement le texte ainsi que les good vibes gravitant autour du morceau. En effet, le titre se veut plus que tout rassurant : “Everybody needs a place to hide out, hide out / Come, come meet me at my treehouse”. On a tous besoin d’un endroit où se réfugier ! Et si la chanson est à l’origine le fruit d’un trio, l’artiste britannique interprète ici les couplets de Shotty Horroh et Ty Dolla $ign à la perfection. 

 

 

Après ce moment de légèreté, James Arthur chante « Can I Be Him », l’un des singles phares de son deuxième opus. Une nouvelle fois, ses fans savent se faire entendre, tant et si bien que l’artiste abandonne complètement son micro après le pont pour se joindre à eux. Un instant unique témoignant de l’impressionnante énergie du chanteur ! Puis, James Arthur interprète « Maybe » et nous prouve une nouvelle fois qu’il n’est pas seulement un incroyable vocaliste mais aussi un musicien hors pair. 

Un concert de James Arthur n’en serait pas un sans « Impossible ». Ce hit signé Shontelle lui a en effet permis de remporter The X Factor UK en 2012 et d’envahir par la suite les ondes radio. Tel un hymne, le public chante tellement fort que le Britannique pourrait facilement préserver sa voix et rester spectateur de ce moment suspendu dans le temps. C’est toutefois un duo magique entre James et ses fans que nous pouvons savourer !

Enfin, quand sonne l’heure du rappel, James Arthur réapparaît sur scène pour interpréter le solaire « Sun Comes Up », un titre enregistré avec Rudimental. Puis, pour clôturer le show en douceur, les accords de guitare de « Say You Won’t Let Go » viennent résonner dans la Manchester Arena. 

 

 

Entre lâcher prise et séquences émotion, c’est un show complet que le Britannique offre à son public, et ce, malgré une voix un peu affaiblie. Sa tournée européenne ayant été reportée pour raisons médicales, on espère que les nouvelles dates seront vite annoncées afin que les fans français puissent rapidement découvrir les trésors de son dernier album en live.

 

“You” est disponible sur iTunes.