Harry Styles pris dans un tourbillon déchirant dans le clip de « Falling »

2020 sera résolument l’année des ex-One Direction. Alors que Louis Tomlinson a dévoilé son tout premier album « Walls » le mois dernier, c’est bientôt au tour du plus britannique des Irlandais Niall Horan de nous offrir « Heartbreak Weather », son second opus. Et pour terminer l’année 2019 et la décennie en beauté, c’est Harry Styles qui avait joué la carte de l’audace avec « Fine Line ». Nourri de ses inspirations, le Britannique nous avait proposé des sonorités contemporaines, accompagnées de balades rock psychédéliques. Un sans faute pour l’artiste de 25 ans qui ne manque décidément pas de créativité.

Parmi les 12 titres, il y en a un qui avait particulièrement retenu notre attention : « Falling ». Un duo piano-voix qui laisse paraître la douleur et le désespoir du chanteur pour un amour perdu. Une simplicité qui laisse la part belle à la voix si puissante d’Harry Styles et nous envoûte avant de nous briser le cœur. « I’m in my bed / And you’re not here / And there’s no one to blame but the drink in my wandering hands / Forget what I said / It’s not what I meant / And I can’t take it back, I can’t unpack the baggage you left ». Une sensibilité et une mise à nu que l’on n’attendait pas si brutalement dans l’univers du Britannique.

« Nous avons écrit ce morceau en 20 minutes. Le refrain dit « Qu’est-ce que je suis maintenant ? Est-ce que je suis quelqu’un que je ne veux pas être ? ». C’est l’un de ces moments où je me suis remis en question. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à comprendre que je changeais pour devenir quelqu’un que je n’aimais pas. La chanson est alors venue d’elle même. » 

Si pour introduire cet album Harry Styles avait choisi d’illustrer « Lights Up », il avait réalisé un véritable coup de maître en dévoilant le clip de « Adore You ». Sous la forme d’un court-métrage, le chanteur nous emmenait en voyage sur l’île imaginaire d’Eroda. Là-bas, il nous raconte l’histoire d’un jeune garçon au sourire lumineux, forcé de voir la vie en noir pour ressembler à tout le monde. Différent, le garçon va alors se lier d’amitié avec un poisson, qui essaye lui aussi de trouver sa place dans le monde. Une ode à la différence et à la singularité qui exprime aussi le besoin de travailler ensemble. Une jolie histoire que le chanteur met en chanson sur des rythmes groovy et une mélodie à la fois enivrante et malicieuse à souhait.

Aujourd’hui, c’est donc « Falling » qu’Harry nous propose de mettre en image. Dans la veine du titre, le clip se veut envoûtant et sensible à la fois, montrant toute la douleur et le désespoir du chanteur. Seul dans une pièce, entouré simplement d’un piano, Harry nous chante alors sa peine à mesure que la pièce se remplit d’eau, métaphore de sa prise de conscience et du poids de ses sentiments. Envahi par ces derniers, l’artiste succombe à la déferlante alors même qu’il chante « And I Get The Feeling That You’ll Never Need Me Again ». 

Sans fioritures, Harry Styles nous offre ici un clip d’une grande finesse, sans avoir besoin de grande démonstration – si ce n’est quelques litres d’eau. Une dualité image/paroles qui joue avec notre corde sensible et vient chatouiller nos sentiments. Une belle prestation pour le chanteur qui continue sur sa lancée et continue de construire un univers solide autour de ce deuxième opus. Entre la liberté de « Lights Up » et le romanesque de « Adore You », la fragilité de « Falling » vient apporter ce contraste doux bien mérité.

Reste maintenant à savoir quel sera le prochain défi du chanteur et si l’histoire de « Fine Line » se poursuivra dans d’autres visuels tout aussi bien pensés et travaillés. En tout cas pour l’instant nous sommes conquis autant par l’esthétique que par l’artiste. Comme Harry Styles nous l’a intimé sur son album, « We’ll Be Alright ».

« Fine Line » est disponible sur iTunes.