Tiwa Savage: une artiste inspirée et engagée

Tiwa Savage, vous la connaissez peut-être grâce à « Ma Lo » ou bien « Lova Lova » en collaboration avec Duncan Mighty. Peut-être bien que vous l’avez découverte récemment dans la bande originale du Roi Lion sur le titre « Keys To The Kingdom » avec Mr Eazi. Quoi qu’il en soit l’artiste nigérienne originaire de Lagos a déjà une carrière bien remplie derrière elle avec deux albums studio « Once Upon A Time » et « R.E.D » ainsi que des récompenses et nominations à la pelle.

Dans le cadre de la sortie de son nouveau single « 49-99 », On The Move est parti à la rencontre de l’artiste.  

© Damien Paillard exclusivement pour On The Move

On The Move: Salut Tiwa, bienvenue à Paris. On est heureux de te recevoir aujourd’hui. Tu es ici pour promouvoir ton single « 49-99 » qui est un titre personnel que tu as écrit au sujet de la vie compliquée et des épreuves que traversent beaucoup de Nigériens. Peux-tu nous en dire plus ?

Tiwa Savage: Salut On The Move, je suis contente d’être avec vous ! « 49 seating, 99 standing » qui est une phrase inventée par Fela Kuti, le parrain de l’Afrobeat et ça fait référence à un numéro de bus où il y a 49 places assises mais il y a deux fois plus de personnes debout. C’est leur vie de tous les jours d’essayer d’utiliser les transports ou autres. La chanson parle de la pauvreté, tout en essayant d’attirer l’attention sur la façon dont les gens souffrent là-bas mais essayent toujours d’être positifs malgré tout.

 On The Move: Est-ce que ton prochain album va continuer à mettre l’accent sur ce type de problèmes ?

Tiwa Savage: C’est certain. Je pense qu’il y aura plusieurs titres comme ça. J’ai grandi en tant qu’artiste et je sens que c’est mon devoir de parler de problèmes que de millions de gens traversent tous les jours. Tu sais, il y aura également d’autres chansons que mes fans apprécieront, comme des titres qui te feront danser !

On The Move: Le clip de « 49-99 » comprend beaucoup d’images et de symboles. Tu as pu rendre hommage et en même temps partager la réalité des difficultés que doivent surmonter beaucoup de Nigériens aujourd’hui. Qu’as-tu préféré dans ce tournage ?

Tiwa Savage: J’ai aimé beaucoup de choses mais je pense que le fait qu’on a tourné à Lagos, c’était génial (rires). Toute l’équipe de tournage était incroyable, tout le monde du styliste au producteur, tout le monde venait du Nigéria. Pour moi c’était important de montrer le calibre et le niveau de talent que nous avons au Nigéria et montrer au reste du monde ce que l’on peut faire.

On The Move: Tu es vraiment ancrée dans l’Afrobeat qui est un genre relativement nouveau en dehors des frontières de l’Afrique. Rencontres-tu certains challenges par rapport à ça ?

Tiwa Savage: Pas vraiment. Je pense que c’est vraiment excitant pour moi de donner une performance devant un public qui n’a jamais entendu de la musique africaine ou de l’Afrobeat comme ça. Regarder leurs réactions et gagner de nouveaux fans qui ne parlent pas nécessairement le même language mais ressentent la musique. De la même façon que les gens apprécient le genre latin alors qu’ils ne parlent pas forcement espagnol. Ils ressentent l’énergie et pour moi c’est excitant de prendre part à cette révolution.

On The Move:  Ton nouveau single est sorti chez Motown Records qui est un label mythique qui a formé les carrières d’artistes de Michael Jackson ou Diana Ross. Quel impact voudrais-tu avoir avec ta musique ?

Tiwa Savage: Je voudrais être l’artiste africaine qui fait partie des pionniers qui ont fait connaitre le genre musical au reste du monde.

On The Move: Tu as co-écrit « Keys To The Kingdom » pour la bande originale du Roi Lion. Comment on se sent quand on se fait choisir par Beyoncé elle même et qu’est-ce que ce projet signifie pour toi ?

Tiwa Savage: C’était incroyable, vraiment surréaliste. C’était un tel honneur d’avoir quelqu’un comme Beyoncé, avec qui j’ai grandi et que j’écoute et admire encore aujourd’hui, qui a signé ce genre et a co-signé plusieurs autres artistes africains. C’est le meilleur sentiment au monde. Le Roi Lion est une histoire qui a été grandement inspirée d’une histoire de l’est de l’Afrique donc le fait qu’elle fasse une bande originale avec des artistes africains… c’était juste incroyable. Mon fils regarde le Roi Lion, donc c’est un vrai héritage d’avoir fait partie du projet et je ne pense pas que l’un de nous deux oubliera ça un jour (rire).

© Damien Paillard exclusivement pour On The Move

On The Move: British Vogue t’as listé parmi les 10 femmes qui changent la musique actuelle. Que voudrais-tu dire aux jeunes femmes à travers le monde qui essayent d’avoir du succès dans le même domaine ?

Tiwa Savage: N’attache pas ton succès aux chiffres. Le succès peut être une forme d’influence que tu as sur ton voisinage ou ta communauté. Ne pense pas que quelqu’un comme, par exemple Rihanna, a plus de succès que toi car elle a des millions de fans. Tu peux faire ton propre truc et être aussi efficace et avoir le pouvoir que Dieu t’as donné.

On The Move: Quels sont tes artistes préférés du moment ?

Tiwa Savage: En ce moment j’écoute beaucoup H.E.R et Daniel Caesar.

On The Move: Tu es restée vraiment humble malgré ton succès ce qui est une vraie source d’inspiration pour tes fans. Qu’est-ce que ça fait de se dire qu’on inspire beaucoup de femmes et jeunes filles venues de différentes horizons ?

 Tiwa Savage: Je pense que c’est vraiment important et je pense que c’est un poids sur mes épaules d’un côté car il faut trouver une balance entre être honnête avec moi même et ne pas avoir peur mais aussi savoir que des gens prennent exemple sur moi. C’est pourquoi je parlerai toujours des différents aspects de ma vie qui ne sont pas glorieux mais qui ont aidé ma carrière, comme ça ils ne sentiront pas que le fait de prendre du temps à faire les choses signifient qu’on a échoué, ils continueront à travailler. Je n’avais pas mon premier single ou succès à 16 ou 18 ans, j’ai commencé bien après dans le milieu. Pour moi c’est important de comprendre qu’il n’est jamais trop tard. Tu peux avoir 40 ans et toujours poursuivre tes rêves. Tu peux avoir des enfants et toujours poursuivre tes rêves. Je ne pense pas que les hommes ont cette pression mais en tant que femme, dès que tu as des enfants, que tu es mariée ou d’un certain âge, les gens te disent que tu ne peux pas faire certaines choses et que ton temps est passé. Je suis là pour briser ces clichés et dire non. En tant que femme tu ne prends conscience de ton pouvoir que lorsque tu grandis et évolues et c’est à ce moment là que tu commences à poursuivre tes rêves si jamais ils ne sont pas encore devenus réalité.  

On The Move: A quoi peut-on s’attendre de ta part en 2020 ?

Tiwa Savage: Beaucoup de nouvelles chansons et bientôt mon prochain album ! 

Arielle Meimoun & Pam Charbit

English version and full photoshoot available soon.