Premier show parisien pour Julia Michaels avec le « Inner Monologue Tour »

Après avoir parcouru les routes aux côtés de grands noms tels que Pink, Niall Horan ou encore Maroon 5 pour assurer leur première partie, l’heure est venue pour Julia Michaels d’être en tête d’affiche à travers le monde. En France, quelques chanceux avaient ainsi déjà pu la voir en live lors du « Flicker World Tour » de Niall Horan au Zénith de Paris. La jeune auteur-compositrice et interprète avait alors repris certains de ses titres personnels mais aussi des morceaux écrits pour d’autres artistes : « Sorry » de Justin Bieber ou encore « Love Myself » de Hailee Steinfeld.

Pour cette première tournée mondiale, ce ne sont pas les titres qui manquent. En effet, la chanteuse américaine compte à présent plusieurs EP à son actif. Suite à ses premiers pas sur « Julia Michaels » et « Futuristic », l’artiste voit sa carrière décoller avec « Nervous System » puis « Inner Monologue » qu’elle a choisi de diviser en différentes parties. Sortis respectivement en janvier et juin 2019, « Inner Monologue Part I » et « Inner Monologue Part II » se sont montrés riches en émotions et en collaborations. Le tout promettait déjà un show inoubliable !

Sur la scène du Trianon à Paris, c’est avec son single « Pink » que la jolie Julia a choisi d’ouvrir le spectacle. Le morceau idéal pour déchaîner la foule qui était précédemment restée ébahie devant les prouesses vocales de Rhys Lewis qui assurait la première partie.

 

Julia Michaels a ensuite enchaîné avec « I Miss You », un titre enregistré avec le groupe Clean Bandit. C’est une véritable invitation à danser et au laisser aller que le public a pu découvrir. Une grande affiche l’avait d’ailleurs spécifié avant que les projecteurs ne s’allument : pas de place au jugement pour cette soirée. La foule est encouragée à chanter, danser, sauter et s’amuser au maximum. L’artiste est apparue aux côtés de ses musiciens, tous se déhanchant sur le rythme entêtant du morceau.

 

Puis ce sont deux autres titres présents sur son EP « Nervous System » qui ont résonné dans la salle : « Make It Up To You » et « Worst In Me ». Les premières notes du single « Heaven » ont alors pris le relais pour plonger le public dans une ambiance plus douce et intime. Est ensuite venu le moment que nous attendions tant : entendre les morceaux  des deux parties d’ « Inner Monologue » en live. Evidemment, tous ne pouvaient pas être inclus dans la setlist et ce sont tout d’abord « Deep » et « Into You » que nous avons pu savourer. Sur cette dernière chanson, le public français s’est d’ailleurs montré plus énergique que jamais. Un moment tout aussi sportif pour Julia et ses musiciens : de vraies piles électriques sur scène !

Ont suivi « Hurt Again » et « Happy » que Julia a terminés en entonnant quelques « I just wanne be happy » au milieu de la fosse. Un beau moment de complicité sur ce titre qui, comme elle l’a précisé, est souvent celui où les voix de la foule se font le plus entendre.

Petite surprise sur la setlist : une reprise express de « Fuck You » de Ceelo Green ! Des paroles qu’elle aurait d’ailleurs pu avoir écrites elle-même quand on connaît ses textes crus et honnêtes. Toujours au milieu de la fosse, Julia a ensuite enchaîné avec « Apple » et « Falling For Boys », tenant fermement la main de quelques chanceux et affirmant qu’elle tenait à prouver qu’elle voyait chacun de nous dans la salle.

 

Nous parlions précédemment de textes crus, et bien continuons sur cette lancée avec « Priest ». Une nouvelle fois le public s’est fait une joie de clamer haut et fort les paroles « but I’m not a priest so fuck your confession« . Nouveau moment de complicité et de partage avec « Anxiety ». Avant de chanter ce titre, qui est à l’origine un duo avec Selena Gomez, Julia Michaels a tenu à dire quelques mots, expliquant qu’il est important de ne plus voir les problèmes d’anxiété et de santé mentale comme un sujet tabou. Elle a ainsi invité chaque membre du public qui se sentait concerné à lever la main et à se libérer du cri qu’il ou elle retenait depuis longtemps.

On ne peut le nier, Julia est sur scène comme un poisson dans l’eau. L’anxiété faisant partie de son quotidien, comme elle l’a si bien confié sur ce titre, elle avoue beaucoup se reposer sur ses fans durant ses concerts. Et sur « Anxiety », ils ne se sont pas faits prier ! Une nouvelle fois entourée de ses musiciens, Julia n’a pas hésité pas une seconde à descendre serrer chaleureusement quelques membres du premier rang dans ses bras.

Je ne sais pas si vous le savez, mais je me sens tellement moins nerveuse sur scène quand j’entends la foule chanter avec moi. Alors je vous en prie, continuez parce que je me sens incroyablement bien !

 

Vient ensuite « Uh Uh », autre morceau de son EP « Nervous System », suivi de « What A Time » qui a beaucoup plu sur « Inner Monologue Part I ». Et si Niall Horan n’a pas traversé la Manche pour chanter aux côtés de la jolie Julia, son compatriote britannique Rhys Lewis s’en est chargé à la perfection.

Et pour clôturer ce show parisien, quoi de mieux que de terminer par « Issues ». Une chanson qui a tout changé pour l’artiste américaine, lui permettant de se faire un nom à l’international. Pour ce moment tout particulier, c’est un véritable duo entre Julia Michaels et son public qui a eu lieu au Trianon. À la fin du titre, une pluie de confettis s’est d’ailleurs abattue sur la foule pour une fin en apothéose !

 

La main toujours levée en l’air, pointant son tatouage « I Love You » vers l’assistance tout en continuant à chanter, Julia a délivré une belle déclaration d’amour à son public français. Et si la salle n’était pas comble ce soir-là, on aurait jurer le contraire en entendant les paroles chantées à l’unisson. Une première tournée solo réussie, avec une ambiance sans faille qui on l’espère, sera toute aussi puissante la prochaine fois !