Bastille mise sur un montage surprenant pour illustrer son dernier single : « Joy » !

On sait le troisième album de Bastille dans les cartons depuis un petit moment et, pour le plus grand bonheur des fans, sa sortie est imminente ! Prenant la suite de « Bad Blood » en 2013 et « Wild World » en 2016, « Doom Days » sera dévoilé le 14 juin prochain.

Après un second opus engagé, qui distillait un propos politique sur notre société et flirtait avec la dystopie, on sait que « Doom Days » en prendra le contre-pied.

Le prochain album est un disque festif et apocalyptique. (…) Il est en quelque sorte sombre, flou et étrange, comme un curieux voyage à travers la nuit. »

Le concept : l’album débute à 00h15 – ou « Quarter Past Midnight », premier single teinté d’urgence dévoilé il y a un an maintenant – puis suit le cours d’une nuit de fête, en recherche de lâcher-prise et d’évasion. À 03h07 correspond « Doom Days » : un poème cinglant mis en chanson, qui oscille entre l’extrême lucidité et le déni de ce qu’il se passe dehors. La nuit – décrite en 10 titres – s’annonce donc comme un roller coaster d’émotions et « se finit le matin suivant avec un peu d’espoir sur le sol de la cuisine ». Ultime chanson pour refléter ce sentiment : « Joy ».

‘Joy’ représente la fin, ce moment de quasi-rédemption quand tu te réveilles et que toutes les angoisses affluent. Quelque chose d’aussi simple qu’un appel ou un message d’une personne chère peut te ramener au moment présent et te faire te sentir ridicule de l’état dans lequel tu t’es mis. »

Un sentiment de douce euphorie émane de ce dernier single, notamment grâce au choeur gospel présent sur le morceau dès le premier refrain : « I feel my pulse quickening / When your name lights up the screen / Oh joy, when you call me / I was giving up, oh, I was giving in / Joy, set my mind free / I was giving up, oh, I was giving in / How’d you always know when I’m down? ». De quoi raviver les souvenirs de ceux qui ont eu la chance d’assister au ReOrchestrated Tour de Bastille l’an dernier : une tournée exceptionnelle sur laquelle le quatuor britannique a réarrangé une sélection de ses morceaux avec un orchestre et une chorale, pour huit dates européennes dont une au Royal Albert Hall de Londres.

Décrivant « Joy » comme “la première [chanson]de tous [leurs]albums qui est vaguement positive », le groupe s’est essayé il y a quelques semaines à l’exercice de la vidéo verticale. Déambulant dans les rues de Londres, Dan Smith, Kyle Simmons, Will Farquarson et Chris Wood déroulent leur meilleur playback, avec une énergie positive contagieuse.

Mais aujourd’hui, Bastille dévoile un clip en bonnes et dûes formes pour la chanson. Pour traduire l’esprit de « Joy », le groupe ne mise pas sur les moments de joies conventionnels et attendus mais plutôt sur ces choses que l’on fait lorsque personne ne regarde…

Le clip est en fait un montage de vidéos préexistantes, émanant toutes de la vidéo surveillance. Bêtise enfantine, chorégraphie solitaire dans la voiture, geste obscène, excès de kleptomanie, baiser dans l’ascenseur, rapprochements (plus si) intimes… chaque séquence dépeint un moment de satisfaction – plus ou moins légal, plus ou moins honteux mais toujours libérateur – volé par la caméra. Quelques illustrations bien senties détournent les images initiales et renforcent l’espièglerie de l’ensemble.

Cette composition visuelle correspond complètement à l’esprit du groupe, qui nous a déjà prouvé à maintes reprises son attrait pour les archives vidéos ou sonores et les références pop culture.

***

Si l’actualité de Bastille est particulièrement dense ces derniers jours, le marathon ne fait que commencer… Prochaine étape : le groupe jouera son nouvel album le jour même de sa sortie au Studio 9294 de Londres, dans un spectacle inédit entre représentation théâtrale et concert. Les billets sont en vente demain à 11h. Bastille sera ensuite à l’affiche de nombreux festivals européens (mais malheureusement aucun en France) avant d’entamer une tournée américaine entre Septembre et Novembre. Le groupe sera de retour au Royaume-Uni à la fin de l’année pour présenter « Doom Days » dans de petits clubs finement sélectionnés, DJ sets et expérience immersive à l’appui. Avec un programme pareil, on se surprend à penser : May the doom days begin!

Le 3e album de Bastille « Doom Days » est disponible en pré-commande.