Rencontre avec le trio américain à l’indie pop virevoltante : half•alive !

Production riche, vidéos millimétrées, shows énergiques… rien n’échappe à la formation californienne en pleine ascension ! En quelques singles terriblement bien calibrés (dont l’irrésistible « still feel. »), half•alive a su se positionner sur la carte mondiale des groupes à suivre. Leur musique est un concentré feel good et leur esthétique est digne de productions cinématographiques, en témoigne encore leur prestation sur le plateau de Jimmy Kimmel il y a quelques jours. De passage à Paris, Josh Taylor (au chant), Brett Kramer (à la batterie) et J Tyler Johnson (à la basse) nous ont fait quelques confidences sur les coulisses d’half•alive. Rencontre avec un trio des plus attachants et des plus perfectionnistes !

On The Move : Salut half•alive ! Avant toutes choses, pouvez-vous nous parler de la formation du groupe ?

Josh Taylor : Brett et moi nous sommes rencontrés à l’Eglise, puis nous avons partagé des espaces de studio et avons commencé à écrire ensemble pour finir un projet sur lequel je travaillais à l’époque. Ensuite, Brett et J se sont rencontrés sur un autre projet. Moi, j’ai connu J par l’intermédiaire de son frère.

Brett Kramer : En fait, on a tous suivi un cursus musical mais dans des écoles différentes, et on a fini par se rencontrer par diverses connexions. Un drôle de triangle ! (rires)

On The Move : D’où vient le nom de votre formation ?

Josh Taylor : Cela vient d’un cours sur le cinéma que je suivais à l’école. Le meilleur cours que je n’aie jamais suivi d’ailleurs !

J Tyler Johnson : Le seul que tu n’aies jamais suivi tout court (rires)

Josh Taylor : Ok, j’avoue, je ne suis jamais allé à l’école, je n’ai plus qu’à m’en aller (rires) Non, sérieusement, ça s’appelait « La théorie de la fiction dans les films » et on y étudiait Sigmund Freud, Carl Jung, la psychologie en général. Tous les deux s’accordent à dire que l’âme humaine est divisée en deux : une partie tournée vers la vie, l’autre vers la mort. Donc, quelque part, c’est comme si nous n’étions qu’à moitié vivant… Half alive, c’est de là que ça vient !

On The Move : Vous pouvez nous dire ce que chacun de vous apporte à half•alive, en termes de créativité et personnalité ?

J Tyler Johnson : Ok, je vais parler de Brett ! Je dirais que notre bon vieux Brett ici, apporte une vitalité au groupe, de la comédie aussi. Je pense qu’il est un excellent parolier. Tout ce qu’il dit est très réfléchi, et provoque notre réflexion également. J’aime aussi sa musicalité, il est un batteur génial, un bon claviériste… Il  gère tous les instruments que nous utilisons. Donc ouais, Brett apporte des talents solides au groupe. Et des blagues solides !

Brett Kramer : Oh mon dieu (rires) Alors, Josh met en perspective toutes les idées que nous pouvons avoir, pour en faire de vraies chansons. Très souvent, on travaille, on échange mais Josh est celui qui finit par voir des choses que nous ratons et qui donne forme à toutes ces idées cools. Il les articule et le projet devient quelque chose de génial. Donc oui, il est brillant pour façonner une vision à notre projet. Et il est un très bon réalisateur de vidéos !

Josh Taylor : Merci Brett ! Bien… J Tyler Ross Johnson ! Il apporte de bonnes vibes, il a toujours l’air super frais (rires) Mais c’est vrai ! Je pense que J est très attaché à la structure des chansons, leurs fondations. Il s’assure que les accords fonctionnent entre eux. Qu’ils rendent bien avec ceux de la basse. Evidemment, il joue des tas d’instruments. Je pense qu’il est aussi bon pour voir des choses que nous manquons. C’est celui qui demande : « Est-ce-que tout cela a du sens? » Il a le sens du détail. Des détails forts !

On The Move : Vous semblez très complémentaires !

J Tyler Johnson : Je me sens tellement aimé toute de suite (rires) Tellement d’amour entre nous, c’est incroyable !

On The Move : Les premières chansons d’half•alive ont emergé d’un défi que tu t’es lancé Josh. Peux-tu nous en parler ?

Josh Taylor : Oui, j’étais dans une école de cinéma pendant un moment, et j’ai décidé de m’arrêter pendant un semestre pour me concentrer exclusivement à l’écriture. Mais je n’avais pas vraiment de plan et un de mes profs m’a lancé le défi de mettre un nombre sur cette production. Donc j’ai décidé que ce serait 50 chansons en 7 mois…. Et finalement, je ne suis jamais retourné à l’école !

On The Move : Et maintenant que vous formez un groupe, est-ce-que ce process a changé ? Ou est-ce-que tout commence toujours par l’écriture ?

Josh Taylor : Non, ça a définitivement changé ! Au début, ce n’était que moi, puis moi et Brett, et maintenant J nous a rejoint. Je pense que notre processus de création évolue naturellement, avec l’évolution de notre formation elle-même. Mais, on procède en général de deux façons : soit quelqu’un met sur la table un texte, une idée, et on s’en sert comme tremplin pour travailler, soit on vient avec absolument rien, on se réserve juste du temps et on crée ensemble !

On The Move : On sent que les sonorités ont changé entre votre premier EP « 3 » sorti en 2017 et vos deux derniers titres « still feel. » et « arrow » qui vont vers des terrains plus pop…

Josh Taylor : Je dirais que l’on a fait ces trois chansons pour explorer ce qui fonctionne entre nous, ce que l’on aime faire le plus. Des trois morceaux, celui qui nous représente le mieux serait « The Fall ». Mais on veut essentiellement bâtir des structures de chansons qui sont assez flexibles pour changer en même temps que nous changeons. Notre univers va continuer de s’étendre en composant de nouveaux morceaux. Ça n’ira pas nécessairement dans des directions différentes, mais oui, notre vision va juste s’étendre. De cette façon, on englobera les sonorités de l’EP mais aussi beaucoup d’autres choses.

Brett Kramer : Je pense que ce qui nous importe le plus, c’est de développer une vision globale pour le groupe. Et faire des chansons qui sont authentiques et honnêtes. On ne veut pas nécessairement être pop. On a juste de l’inspiration constante et on veut faire des choses différentes sur chaque morceau.

On The Move : Qui sont vos principales inspirations justement ?

Josh Taylor : Nous sommes de grands fans de Chance The Rapper, Kimbra, Emily King, Tyler The Creator…

J Tyler Johnson : Christine and The Queens et Phoenix !

Josh Taylor : On aime honnêtement piocher dans tous les genres et toutes les époques. On adore les années 60 et 70  mais on aime aussi la musique plus moderne, et on aime mêler ces genres, c’est vraiment quelque chose d’important pour nous ! On adore définitivement la pop mais nos influences sont multi-culturelles. On ne veut pas non plus être trop large, ou se perdre, mais on adore capter de petites choses dans des musiques différentes, et essayer de trouver du sens dans leur mélange.

On The Move : L’identité visuelle est très importante dans votre production, notamment via les clips que tu réalises Josh. A quel moment ces idées émergent-elles ? Est-ce à la génèse d’une chanson, pendant sa création ou après ?

Josh Taylor : Définitivement après ! J’ai besoin d’entendre la chanson dans son entièreté pour que les idées arrivent. Parfois nos démos sont très différentes de la production finale. Parfois elles sont assez identiques mais on ne sait jamais vraiment à l’avance. Et mes idées viennent parfois de petits détails, d’un seul son, donc j’ai besoin d’être au plus proche de la chanson finale pour me dire que l’on va dans la bonne direction avec le clip.

J Tyler Johnson : Dans le clip de « still feel. », il y a un claquement de mains à un moment, auquel on avait pensé au début mais qui n’avait finalement pas été ajouté à la chanson. Et quand c’est réapparu au tournage du clip, on s’est dit : « oui, on va l’incorporer ! » Ce genre de petits ajustements, de va et vient, sont vraiment plus simples à envisager quand la chanson est quasi finie. Et on aime beaucoup ces petits moments subtils, qui créent d’ailleurs une meilleure esthétique à la vidéo. C’est la manière dont nous abordons les choses, des petits mouvements qui peuvent être cools à voir et à entendre ! On adore s’amuser avec ces détails.

On The Move : Quels sont les artistes dont l’univers visuel vous inspire le plus ?

Josh Taylor : Tout ce qu’a fait Donald Glover [ndlr. Childish Gambino] ! Sia, Florence + The Machine, Christine and The Queens. Francis and The Lights. Perfume Genius aussi.

J Tyler Johnson : On a une playlist Youtube où on a répertorié une vingtaine de nos vidéos favorites. Tu devrais la regarder !

On The Move : La danse a aussi une place majeure dans l’univers d’half•alive. D’où est-ce-que cela vient ?

J Tyler Johnson : Mon frère Jordan a d’abord chorégraphié notre vidéo pour « aawake at night ». Josh avait envie de s’amuser avec quelques pas et on a fini par adorer le rendu de la vidéo. Donc on a poursuivi ! Sur « still feel. », Jordan a aussi co-chorégraphié le clip, et apparaît dedans, il est l’un des deux danseurs du début.

On The Move : On imagine que dans la réalisation des clips, la danse a donc été un gros challenge à relever ?

Josh Taylor : Pour moi, la danse a été un gros travail… J’avais beaucoup à apprendre. Pour « still feel. » surtout et je me souviens m’être énormément entraîné dans ma chambre. Devant mon miroir, m’assurant juste que mes pas rendaient bien (rires). Au studio, quand il fallait apprendre les pas, j’étais vraiment, vraiment mauvais. J’oubliais tout. Mais je promettais de m’entraîner à la maison et c’est ce que j’ai fait. Heureusement, cela m’a permis de m’améliorer !

Brett Kramer : Honnêtement, pour moi, les plus gros défis étaient plutôt le planning et la logistique !

J Tyler Johnson : Les dernières vidéos ont été tournées en un jour et c’était effectivement un défi, il y avait une certaine pression pour tenir ce timing. Surtout que Josh réalisait et tournait en même temps, avec beaucoup de mouvements à apprendre. On a aussi entièrement construit le décor pour « arrow » !

Josh Taylor : Oui, ça a été une bataille, rien de tout cela n’existait avant la vidéo.

On The Move : Et la chorégraphie des mains dans « arrow », était-elle difficile à exécuter ?

J Tyler Johnson : En réalité, on ne l’a pas faite nous même. Les chorégraphes ont engagé certains de leurs amis danseurs pour le faire et ils ont été excellents, ils ont assuré ça en trois prises. C’était la chose la plus rapide. Incroyable ! Et il ne l’avait jamais faite derrière le canapé avant les prises. Vraiment, ils ont assuré !

Josh Taylor : Surtout que la chorégraphie a été imaginée la veille du tournage ! Je crois qu’ils ont même changé l’orientation de la chorégraphie à la dernière minute, et pourtant ça a été la scène la plus facile à tourner, vraiment !

On The Move : Est-ce-que l’on retrouve votre esthétique si singulière sur scène ?

J Tyler Johnson : Absolument ! Les couleurs, les mouvements, tout y est (rires) Tous ces éléments sont très importants pour nous donc on veut les transposer le plus possible dans les shows, et dans le merchandising aussi.

Josh Taylor : Toutes les intentions que l’on met dans nos chansons, nos textes, nos clips, on les retrouve dans nos shows !

J Tyler Johnson : Et jusque là, ça a été super bien reçu en Europe. Nous avons joué à Berlin avant d’être ici à Paris et le public a été très accueillant. On s’est vraiment amusés. Découvrir de nouveaux lieux, être en mesure de jouer, de rencontrer des gens qui viennent de si loin de chez nous et de se connecter à eux à travers la musique… c’est vraiment incroyable !

On The Move : Que peut-ton attendre de la part d’half•alive dans les mois prochains ?

Josh Taylor : Plus de chansons, c’est sûr ! Mais les détails doivent encore être annoncés…

J Tyler Johnson : Ou dénoncés (rires)

On The Move : Une dernière question, qui est-ce-que vous nous conseilleriez d’écouter en ce moment ?

Josh Taylor : Pour moi, Emily King ! Elle a sorti il y a quelques semaines un nouveau disque qui m’a époustouflé, il est vraiment excellent. Le nouvel album de Jungle est aussi très bon !

Brett Kramer : Conor Oberts et Phoebe Bridgers pour moi.

J Tyler Johnson : Bruno Major, ses derniers morceaux sont superbes ! Et regardez les clips de ces mêmes artistes, ils sont très inspirants !

Retrouvez « still feel. », « arrow » et l’EP « 3 » en téléchargement légal.

half•alive sera de nouveau en tournée en Europe à la fin de l’année ! Restez connectés sur leur Facebook, Twitter et Instagram.