Avril Lavigne fait son grand retour après des années de silence avec « Head Above Water »

Avril Lavigne : un nom qui résonne dans toutes nos oreilles. Celle qui nous avait fait vibrer avec « Complicated » ou encore « What The Hell » fait aujourd’hui son comeback avec un sixième album intitulé « Head Above Water ». En effet, son cinquième opus éponyme, sorti en 2013, sera suivi d’une longue pause de 5 ans, pendant laquelle l’artiste découvre qu’elle est atteinte de la maladie de Lyme.

Au mois de septembre, Avril Lavigne annonçait son retour avec une lettre émouvante adressée à ses fans. Après trois singles l’album est enfin là. Composé de 12 titres, il promet un torrent d’émotions : On The Move l’a décortiqué pour vous !

L’album s’ouvre sans surprise sur le premier single : « Head Above Water », qui a d’ailleurs donné son nom au nouvel opus. Il s’agit sans aucun doute du morceau le plus vulnérable qu’Avril Lavigne ait pu écrire au cours de sa carrière. Sur une magnifique mélodie au piano, la Canadienne se confie sur son combat contre la maladie et évoque également la relation qu’elle a entretenu avec sa spiritualité durant cette période assez sombre.

Vient ensuite « Birdie ». À l’image du titre de la chanson, Avril Lavigne fait allusion à une relation où règne le sentiment d’être enfermé dans une cage. Une belle métaphore donc, porteuse d’un message fort : avoir la force de sortir d’une relation toxique et de retrouver sa liberté. Encouragé par un rythme de batterie puissant et omniprésent, son public est poussé à se libérer de ses chaînes et à prendre son envol : « I ain’t your prisoner / You can’t lock me up no more / I’ll show you what I’m worth / Take back what I deserve ».

J’avais ce concept en tête deux ans avant de l’écrire. Je me sentais mal. Je n’arrêtais pas de me dire : « J’ai l’impression d’être un oiseau enfermé dans une cage. J’ai l’impression d’être en prison. »

À l’instar de « Birdie », « I Fell In Love With The Devil » aborde lui aussi une relation toxique dans laquelle Avril Lavigne se trouvait alors qu’elle souffrait de la maladie de Lyme. Les violons qui ouvrent la mélodie laissent place au piano ainsi qu’à un battement régulier qui semble reproduire un rythme cardiaque. L’image portée par les paroles est forte et marquante. La chanteuse de 33 ans affirme en effet être tombée amoureuse du diable et vivre un véritable enfer.

Place à « Tell Me It’s Over » qui constitue le deuxième single de l’album, sorti en décembre dernier. Si Avril Lavigne vivait une relation néfaste dans les chansons précédentes, elle y met maintenant fin. Inspirée par Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Aretha Franklin ou encore Etta James, le titre est porté par des cuivres et des sonorités teintées de jazz et de blues. On ne peut s’empêcher d’y voir une once de féminisme !

Ce mouvement féministe se poursuit d’ailleurs avec le troisième single, « Dumb Blonde », en featuring avec la sulfureuse Nicki Minaj qui avait déjà rejoint les Little Mix sur « Woman Like Me ». On y retrouve un instrumental très riche qui sonne comme un véritable hymne à la femme. L’envie de battre le rythme est inévitable et la célèbre rappeuse vient rendre le morceau encore plus piquant. Vous êtes prévenus, le duo, qui fonctionne à la perfection, n’a pas fait les choses à moitié !

J’ai été rabaissée et on m’a fait me sentir mal pour ce que j’étais : une meneuse, quelqu’un qui a des idées et des convictions, […]. Ne laissez jamais personne vous rabaisser pour ce que vous êtes.

La ballade « It Was In Me » vient ensuite apporter une touche de douceur et de pureté, mettant parfaitement en valeur la voix cristalline d’Avril Lavigne, en particulier pendant le bridge qui sonne comme un murmure. Le titre finit en apothéose après un refrain plus en puissance qui vous invite à suivre votre instinct pour trouver le bonheur.

L’amour est décidément un thème récurrent dans cet album. « Souvenir » évoque alors la fin d’un amour de vacances et on ne peut s’empêcher de repenser à un des titres de l’album « Goodbye Lullaby » en entendant la fin du refrain : « Wish you were here ». Ce sont une nouvelle fois des violons qui introduisent « Crush » qui aborde lui la peur de se lancer dans une nouvelle relation après avoir souffert des précédentes. Ce sentiment éprouvé face à l’amour sera également repris dans « Love Me Insane » à la fin de l’album.

« Goddess » se détache ensuite par son côté acoustique avec un guitare-voix qui laisse la performance vocale prendre le dessus. « Bigger Wow » s’ouvre dans le même esprit avant de monter en puissance au refrain. Un titre qui fait sans aucun doute partie des plus dynamiques de l’album. Avec ces deux morceaux aux ondes très positives, le bonheur est au rendez-vous !

Pour clôturer ce sixième opus, on retrouve « Warrior », porteur d’un très beau message : «‘Cause I’m a warrior / I fight for my life / Like a soldier all through the night / And I won’t give up, I will survive, I’m a warrior » . On ne peut évidemment s’empêcher de penser à la chanson de Demi Lovato qui partage le même titre et qui est elle plus axée sur la santé mentale.

C’est l’une des premières chansons que j’ai écrites pour l’album après « Head Above Water ». Elles parlent toutes les deux du combat que je continue de mener tous les jours pour ma santé. J’espère que mes chansons vous aideront à trouver la force dont vous avez besoin.

Un come-back plus que réussi pour Avril Lavigne, qui nous offre un nouvel album très vulnérable et personnel, aux textes tous plus touchants et sincères les uns que les autres. Les productions sont riches et travaillées jusqu’au  moindre détail et il en est de même pour les performances vocales qui montrent toute l’étendue de sa tessiture. Vous pouvez plonger sans hésiter une seconde, « Head Above Water » est à écouter sans modération !

« Head Above Water » est disponible en téléchargement sur iTunes.