Les deux prodiges de la pop s’amourachent le temps d’une collaboration !

Au jeu des associations d’artistes, cette paire-là est des plus prometteuses ! James Bay et Julia Michaels représentent ce que la pop internationale a su faire de mieux ces dernières années.

D’un côté, l’auteur, compositeur, interprète et brillant guitariste britannique, apparu sur le devant de la scène en 2014 avec le titre « Hold Back The River », a en un rien de temps déchainé les charts. Avant même que son premier album « Chaos And The Calm » ne soit dans les bacs, il reçoit le Brits Critic’s Choice Award 2015, annonciateur s’il en est des carrières les plus brillantes (Adèle, Ellie Goulding ou Sam Smith ont reçu la distinction avant lui). L’opus renfermant les excellents « Let It Go » ou « Best Fake Smile » rencontre un vif succès à travers le monde. Il foule les scènes de nombreuses salles et festivals avant de se faire beaucoup plus discret pour mieux revenir l’an dernier avec « Electric Light ». Un virage dans le son et dans l’apparence : il y troque ses atours folk pour un registre plus hybride. Le succès est plus discret mais James Bay prouve l’étendue de ses talents et sa capacité à sortir de la case dans laquelle l’industrie l’a un peu facilement cantonné à ses débuts.

De son côté, le succès de Julia Michaels a été cultivé dans l’ombre pendant un plus long moment. Jusqu’à ses 23 ans, elle a été la plume derrière les titres les plus en vogue. Britney Spears, Gwen Stefani, Demi Lovato, Selena Gomez, Justin Bieber… tous ont chanté les mots de Julia Michaels. Ses chansons sont pour la plupart devenus des hits et ont cumulé des milliards d’écoutes ! Mais lorsque certains bâtissent une carrière entière en coulisse, l’ambition de Julia Michaels s’est toujours positionnée au-delà. En 2017, le single « Issues » la révèle au monde. Suiveront l’impertinent « Huh-Huh » et son très bon premier EP « Nervous System ». Avec « Inner Monologue Part 1 » dévoilé il y a tout juste un mois, Julia Michaels fait un pas de plus vers ce qui pourrait être son premier album. Sur de brillantes mélodies pop, la jeune américaine nous dévoile ses combats intérieurs au sortir d’une relation et invite Niall Horan (dans « What A Time ») ou encore Selena Gomez (dans « Anxiety ») à se joindre à ses introspections.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Julia Michaels (@juliamichaels) le

 

Puisqu’une belle collaboration peut en cacher une autre, c’est au tour de Julia Michaels de s’inviter dans la discographie d’un confrère. Sur « Peer Pressure », elle soutient James Bay dans un joli duo amoureux.

Je pense qu’il est facile de rester très prudent dans la vie, et de ne laisser personne entrer dans son intimité, au-delà de son armure personnelle.[…] En écrivant « Peer Pressure », Julia et moi voulions parler de la manière dont la bonne personne peut passer outre cette armure et grâce à l’amour, vous toucher profondément. Cette personne qui, peu importe l’épaisseur des murs que l’on dresse, trouve son chemin jusqu’à vous. »

Le morceau commence comme une ballade acoustique où seul la voix pleine de James Bay résonne sur quelques accords de guitare. Ce n’est qu’au deuxième couplet que des accents électriques et des percussions annoncent la montée en puissance du titre. Et la voix de Julia Michaels se joint à la danse : « You’re dancing around on my mind every second / I’m under control till you’re in front of me / Maybe I’m scared, I don’t care, I’m addicted / I’m in it »

Ce qui paraissait être une missive à sens unique, trouve alors une autre perspective. Les deux voix se mèlent au refrain : « I don’t usually give in to peer pressure / But I’ll give in to yours »

Le dialogue ne s’installe pas exactement car la voix de Julia Michaels est essentiellement un soutien à celle de James Bay durant tout le titre. Mais elle apporte un beau relief et une note positive au morceau : l’amour est visiblement ici partagé ! La voix éraillée de la jeune femme est particulièrement distincte sur le charmant gimmick : « Ooh-ooh-ooh, ooh-ooh-ooh / Oh, I’ll give in to yours ».

La chanson à la construction somme toute classique finit en apothéose par une outro où d’autres choeurs se superposent, apportant une touche quasi gospel. « Peer Pressure » est comme un retour au son expressif et enivrant de James Bay sur son premier album. Et on espère bien, un de ces jours, que la délicieuse association de ces deux voix résonne en live !

James Bay assurera la première partie d’Ed Sheeran les 24, 25 et 26 Mai prochain à Lyon et le 29 Mai à Bordeaux.

« Peer Pressure » est disponible en téléchargement.