Rencontre avec un conteur d’histoires aux multiples talents !

Certains artistes possèdent un don indéniable lorsqu’il s’agit de raconter des histoires et Alec Benjamin est sans aucun doute l’un d’entre eux. De ses performances dans la rue et ses démos postées sur sa chaîne YouTube, l’auteur-compositeur-interprète a su prendre sa revanche sur sa première expérience dans l’industrie de la musique. Le jeune artiste, dont le premier contrat avec une maison de disque avait été rompu, peut maintenant se vanter de ses millions de vues et de streams sur les diverses plateformes. Après un premier opus intitulé « Mixtape 1 : America » sorti en 2013, Alec Benjamin est devenu un véritable conteur de récits et a fait son retour en novembre dernier avec une nouvelle mixtape : « Narrated For You ». L’équipe On The Move a pu le rencontrer à l’occasion de son passage à Paris le 12 février, on vous en dit plus sur ce petit prodige.

On The Move : Salut Alec, c’est un plaisir de t’avoir avec nous aujourd’hui. Heureux d’être à Paris ?

Alec Benjamin : Merci ! Oui, je suis vraiment content d’être à Paris. C’est la toute première ville où j’ai joué dans la rue devant un autre concert. Quand ma maison de disque a mis fin à mon contrat, j’étais en tournée en France. Je faisais la première partie de Marina Kaye. Après la dernière date, on est revenus en France. J’ai d’ailleurs joué à L’Olympia avec elle. On était de retour à Paris et Shawn Mendes jouait ce soir-là et j’ai chanté dans la rue devant la salle de son concert. C’était la toute première fois que je faisais ça, ça a démarré à Paris !

On The Move : C’est quelque chose que tu as pris l’habitude de faire pour faire découvrir tes chansons aux gens et tu continues à le faire d’une certaine façon avec tes vidéos « Can I sing for you ? » sur ta chaîne YouTube. C’est toujours important pour toi ? De te mettre au défi en chantant devant des personnes qui ne te connaissent peut-être pas ?

Alec Benjamin : Oui… Je ne sais pas vraiment pourquoi mais je ne le fais pas quand je suis en tournée parce que ça fatigue beaucoup ma voix. Jouer pour des gens sans micro et en public en essayant de chanter suffisamment fort pour qu’on puisse m’entendre n’est pas très bon pour mes cordes vocales. Je préfère le faire uniquement quand je n’ai rien d’autre de prévu.

On The Move : Pour tes chansons, tu t’inspires souvent de quelque chose que tu as vécu…

Alec Benjamin : Comme une intoxication alimentaire (rires) ! [Alec en souffrait au moment de notre interview, ndlr.]

On The Move : Ça pourrait donner une chanson intéressante (rires). Qu’est-ce qui est différent quand tu écris tes chansons seul et quand tu écris pour ou avec quelqu’un d’autre ? Tu as par exemple co-écrit « Swim ». Si tu ne travailles pas seul, est-ce que tu t’inspires quand même d’une expérience personnelle ?

Alec Benjamin : Oui, j’ai co-écrit « Swim ». C’est pour ça que je ne suis pas très doué pour écrire pour d’autres artistes parce que la plupart des chansons que j’écris sont personnelles. Je pense que parfois, quand tu écris une chanson aussi personnelle avec des détails de ta vie, c’est compliqué pour quelqu’un de chanter ces chansons. Du coup, ça ne m’arrive que très rarement d’écrire pour d’autres personnes à moins que ça ne soit des amis. Ça explique pourquoi je n’ai pas souvent co-écrit de titres. Mais écrire des chansons avec d’autres auteurs peut parfois m’aider. Si je me perds ou si je bloque, j’ai quelqu’un pour m’aider à surmonter ces obstacles alors c’est cool. Mais il faut trouver la bonne personne, c’est tout.

On The Move : Ta mixtape est intitulée “Narrated For You” et nombreux sont ceux qui te comparent à un conteur d’histoires ou à un narrateur. Tu peux nous en dire plus sur ce nouveau projet ?

Alec Benjamin : J’ai choisi de le faire sous forme de mixtape parce que je n’y ai pas mis tous mes morceaux préférés. J’ai d’autres chansons qui seraient selon moi plus adaptées pour l’album. Je pense que je reprendrai quelques chansons de cette mixtape, deux ou trois je dirais, et je les mettrai sur l’album. Voilà pourquoi… Je ne me sentais pas encore prêt à sortir un album. Beaucoup d’artistes sortent des titres avant de sortir leur opus. Je fais de la musique depuis un moment maintenant mais je n’ai sorti que quelques chansons alors j’ai l’impression que je n’étais pas vraiment prêt à mettre autant de pression sur mes épaules et ma musique.

On The Move : Alors peut-être plus tard ?

Alec Benjamin : Oui, l’an prochain, au début de l’année prochaine, je sortirai un album. Je travaille déjà dessus, il est bientôt terminé… peut-être… pas vraiment (rires). Je ne sais pas !

On The Move : Certaines de tes chansons parlent d’amour, de l’enfance et de famille mais il y a aussi des sujets plus sensibles comme dans « Boy In The Bubble ». Cette chanson parle de harcèlement d’un point de vue assez rare dans l’industrie de la musique. Pourquoi ce choix ?

Alec Benjamin : Je ne sais pas, c’est juste des choses auxquelles je pensais alors j’en ai fait des chansons. Parfois, j’écris sur des choses peu orthodoxes dans le monde de la musique. J’écris sur des sujets peu abordés par d’autres. Je n’étais pas amoureux au moment où j’ai écrit les chansons alors honnêtement c’était compliqué pour moi d’écrire un paquet de chansons d’amour. J’imagine que ça explique pourquoi elles parlent juste de choses qui me passaient par la tête pendant cette période. Et je pense que le prochain projet que je sortirai traitera de thèmes différents. Je me disais que le prochain projet que je ferai ressemblera un peu à « Narrated For You » mais sera peut-être un peu plus sombre et un peu plus mature.

On The Move : Tu écris des chansons quand tu es en tournée ?

Alec Benjamin : Oui ! Autant que je peux. Malheureusement, pendant ce voyage je n’en ai écrites que deux parce que notre programme a été super chargé. Aucun jour off, on a voyagé partout dans un van, pas dans un bus de tournée. Quand c’est un bus, c’est plus pratique pour écrire des chansons mais on était dans un petit van. Il y a quelques jours, on a conduit de Varsovie à Amsterdam, ça fait 14 heures, c’était horrible ! On est partis tôt le matin et on est arrivés tard dans la soirée. Je n’ai pas pu visiter Amsterdam, c’est vraiment dommage parce que tout le monde dit toujours « Amsterdam, c’est trop cool ! » et je n’ai rien pu voir. On a été au Red Light District un soir et c’était bizarre. On s’est baladés un petit moment… Je ne sais pas trop quoi en penser. C’est un peu étrange, mais tout le monde me dit : « Il faut que tu y ailles et que tu vois ça ! ». On n’a rien de ce genre aux Etats-Unis, c’est pas légal. Je ne sais pas quoi en dire, ça m’a mis un peu mal à l’aise de voir des gens comme ça derrière des vitrines, c’est un peu triste… Un peu triste oui mais j’imagine que c’est intéressant. Tous ceux qui sont de passage à Amsterdam y passent juste pour voir ! Quand on demande à des gens « Qu’est-ce qu’on peut faire ? », ils répondent « Il faut que tu ailles au Red Light District » alors on y est allés. Il y a aussi un tas de restaurants pour les familles juste à côté, c’est très bizarre. Mais pour ce qu’on a vu d’Amsterdam, c’était cool. Enfin bref, je ne suis pas sûr que vous ayez besoin de savoir tout ça…(rires)

On The Move : Tu as récemment sorti le clip de ta collaboration avec Alessia Cara sur « Let Me Down Slowly ». C’était comment de travailler avec elle ? Vous vous étiez déjà rencontrés avant ?

Alec Benjamin : Non, on s’est juste contactés sur Twitter donc la première fois qu’on s’est rencontrés c’était le jour où on a tourné le clip ensemble. Et voilà (rires). On est devenus amis sur internet, on s’envoyait des messages mais on ne s’était jamais rencontrés avant.

On The Move : Et pourquoi avoir choisi « Let Me Down Slowly » ?

Alec Benjamin : Parce-qu’elle adorait la chanson. Elle parlait du titre dans une interview. Je voulais écrire une nouvelle chanson avec elle mais on n’était pas dans la même ville au même moment pendant assez longtemps alors on s’est dit : « Pourquoi ne pas tout simplement collaborer sur cette chanson ? ». Elle était partante parce qu’elle aime beaucoup ce morceau !

On The Move : Est-ce que tu as d’autres collaborations de prévues ? Des artistes avec qui tu aimerais chanter ou écrire ?

Alec Benjamin : J’ai travaillé avec Khalid il y a quelques semaines mais je ne sais pas si ce qu’on a pu faire ensemble sortira un jour.  Je l’ai aussi contacté sur Twitter alors… on verra. Il travaille sur son nouvel album qui est pratiquement fini. En réalité, je ne peux pas trop en parler. Enfin je veux dire que tout le monde sait qu’il travaille sur ses nouveaux morceaux. Il vient de sortir un nouveau single, il est vraiment génial. On verra !

On The Move : Tu as aussi repris “Stan” d’Eminem, cette chanson est importante pour toi ?

Alec Benjamin : Oui j’adore ce titre ! J’aime beaucoup les histoires qu’il y a dans la chanson, je trouve qu’elle est super.

On The Move : Tu aimerais faire plus de rap dans le futur peut-être ?

Alec Benjamin : Non, pas vraiment. Peut-être une autre reprise mais pas de rap…

On The Move : Toujours d’Eminem ?

Alec Benjamin: Oui probablement, je n’y ai pas vraiment réfléchi. Je ne pense pas que je pourrais mettre une reprise sur un album mais certains artistes le font, ils mettent une reprise sur un album… Je pourrais reprendre une des chansons de mon ami Edward, il a un tas de très bonnes chansons.

On The Move : Que nous réserves-tu pour cette année ?

Alec Benjamin : Malheureusement, beaucoup de déplacements (rires), plus de musique, très bientôt probablement, et plus de concerts. Assez similaire à ce que j’ai fait en 2018, simplement je recommence (rires). Pas trop de changement… Je suis juste plus limité au niveau de mon temps, ce qui est un peu embêtant parce que j’aime être à la maison et en studio. J’adore faire de la musique mais j’aime aussi beaucoup me produire sur scène. Parfois, on ne peut pas faire les deux en même temps mais c’est pas grave… Je dois faire en sorte que ça marche et je pense que j’aurai sans doute de nouvelles idées pour ma musique grâce aux expériences que j’ai vécues, ça va rendre ma musique plus variée. C’est ce que j’aime me dire.

On The Move : Et donc un nouvel album l’année prochaine ?

Alec Benjamin : Oui ! Un album probablement l’année prochaine, dans tous les cas un album très bientôt. Je veux garder « Boy In The Bubble », je veux garder « If We Have Each Other », « Death Of A Hero » et je veux garder « Let Me Down Slowly » sur l’album. Donc j’aurai sûrement six ou sept nouvelles chansons. Onze sur l’album, c’est plutôt pas mal non ? Donc si j’ai sept nouvelles chansons en plus de ces quatre-là, ça ira (rires). J’ai beaucoup plus que sept nouvelles chansons mais je ne veux garder que les meilleures.

On The Move : Tu as déjà pensé à un titre ? Ce sera dans le même esprit que « Narrated For You » ?

Alec Benjamin : Oui mais je voudrais que ce soit comme… tu sais à quoi ressemble la couverture de « Narrated For You », à la tombée de la nuit mais assez éclairé, pour celui-là ce serait comme s’il faisait nuit mais je n’ai pas encore de titre.

On The Move : Chez On The Move, on aime savoir ce que les artistes écoutent, qu’y a-t-il dans ta playlist en ce moment ?

Alec Benjamin : J’écoute Khalid, j’écoute Edward Allerton. Je peux regarder sur mon téléphone ? (rires) je vais regarder ça… J’écoute du Uncle Kracker, du Kid Rock, John Cena (rires) et Post Malone. Ce sont les derniers artistes que j’ai écoutés.

« Narrated For You » est disponible sur iTunes.