The Killers signe un clip politiquement engagé avec « Land Of The Free »

Pour beaucoup, The Killers reste synonyme de l’inoubliable « Mr Brightside » ou encore le plus récent « Human » et le romantique « Romeo And Juliet ». Depuis, Brandon Flowers a eu le temps de voguer en solo avant de retrouver son groupe et de sortir un dernier album en 2017, « Wonderful Wonderful ». Si depuis les Las Vegan se font discrets, c’est bien parce qu’ils préparaient en secret leur grand retour  et, surtout, un grand coup d’éclat.

Très soucieux de la situation politique et de la crise sociétale en Amérique, The Killers, dans la veine des têtes de proue du mouvement, Green Day, s’engagent eux aussi dans une lutte musicale contre le pouvoir en place. Avec « Land Of The Free », c’est un message fort que le groupe a envie de faire passer, sur fond de crise migratoire et de la construction du mur mexicain. Un titre équivoque qui trouve également une portée historique avec un parallèle important et éclatant entre plusieurs époques, mais toujours les mêmes problèmes.

C’est une orientation gospel que le groupe a choisi pour ce morceau. Un choix relativement surprenant pour le groupe qui illustre ici avec douceur et simplicité toute la dureté du problème. On y retrouve quelques notes de piano, prenant de l’ampleur à mesure que le titre se déroule, vite rejointes par des chœurs venant réchauffer l’ambiance et scander « Land Of The Free ». Presque en opposition, la voix puissante du chanteur vient nous conter l’histoire et jouer avec les nuances pour créer un univers profond et léger à la fois, versatile, qui vient piéger notre oreille et nous surprendre à de multiples reprises.

Au fil du titre, le chanteur vient évoquer de nombreux sujets au cœur même de la société américaine comme l’émigration, les violences policières à l’encontre de la communauté afro-américaine, mais aussi les positions du président américain sur la libre circulation des armes à feu et des tueries récurrentes dans le pays. Des paroles plus qu’édifiantes, notamment lorsqu’il chante « When I go out in my car, I don’t think twice / But if you’re the wrong color skin / You grow up looking over both your shoulders » ou encore « So how many daughters, tell me, how many sons / Do we have to have to put in the ground / Before we just break down and face it: / We got a problem with guns? ». Une réalité pour tous les américains, qui résonne encore aujourd’hui dans tous les esprits. Un titre également inspiré d’expériences et de ressentis personnels comme l’évoque Brandon :

« J’ai commencé à penser à la chanson après les événements de Sandy Hook. En tant que père, ça m’a beaucoup touché et tout a commencé à s’accumuler. Ce qu’il s’est passé avec Eric Garner, Trayvon Martin, ou ce qu’il se passe en ce moment avec la construction du mur à la frontière, ce genre de choses n’est pas en harmonie avec les valeurs sur lesquelles mon pays a été fondé. »

Pour illustrer ce titre lourd de sens et de revendications, le groupe a fait appel à l’un des maîtres, si ce n’est le maître du genre : Spike Lee. Connu pour être un fervent critique des inégalités aux Etats-Unis, le réalisateur du très remarqué BlackKklansman s’est permis de choisir le pire de l’Amérique pour le mettre en images et marteler une dernière fois le message. Caméra au poing, le réalisateur ne sort pas ici le grand jeu hollywoodien mais laisse place à des images terriblement humaines, entre scènes de joie et protestations contre les violences. Directement plongé au cœur de l’action et du quotidien des communautés concernées, Spike Lee nous montre le visage en demi-teinte de l’Amérique d’aujourd’hui.

« C’est un film de Spike Lee. Je n’avais jamais pensé en faire partie un jour. C’était incroyable de collaborer avec lui. C’est un maître dans son domaine. Certains des sujets abordés sont de toute évidence très chers à son coeur, et il a tapé dans le mille. »

Un court métrage dur qui intervient également dans un contexte compliqué pour le pays, actuellement en plein shutdown et désaccord. Habituellement apolitique, Brandon Flowers et sa bande se la jouent cette fois-ci portes paroles de tout un mouvement. Une sorte de passage de flambeau entre différents artistes qui prennent tour à tour la parole sur ce sujet sensible.

 

« Land Of The Free » est disponible sur iTunes.