Découvrez la relève de l’alt-pop, King Princess !

Dans la lignée de Troye Sivan, Tove Lo encore Hayley Kiyoko, King Princess fait partie de cette nouvelle génération d’artistes pop aux mélodies imparables et aux textes engagés. Révélée par le brillant « 1950 », la New- Yorkaise de 19 ans vient de sortir son premier EP. Laissez-vous emporter par l’envoûtant « Make My Bed » !

Originaire de Brooklyn, Mikaela Straus écrit et compose ses chansons depuis son plus jeune âge. Avec un père ingénieur du son, elle grandit entourée par la musique. D’autant plus que le studio de son père Mission Sound est sa cour de récréation. Elle peut jouer avec les instrument et les équipements. Si son univers est aujourd’hui pop, ses premiers amours musicaux sont le punk et le rock. Aussi, ses premières compositions sont inspirées par Jack White et Led Zeppelin.

Jeune prodige, elle refuse à onze ans de signer avec une maison de disques. En effet, elle souhaite d’abord se consacrer à ses études. Puis à 18 ans, la jeune artiste quitte USC (University of Southern California) pour rejoindre Zelig Records. Un label qui compte notamment Mark Ronson parmi ses créateurs.

« C’est différent, c’est bizarre, ça joue avec le genre ». C’est ainsi que Mikaela définit son nom de scène. King Princess représente sa musique et son état d’esprit lorsqu’elle crée. Plutôt que de cacher son orientation sexuelle, King Princess l’embrasse et en fait le cœur de son identité musicale. Un univers mélancolique, léger et profondément authentique. L’artiste ne triche pas, elle reste elle-même et sa pop en est le parfait reflet.

Sorti en février, son premier single « 1950 » compte désormais plus de 90 millions de stream sur Spotify. La ballade pop-rock, un brin rétro, évite les fioritures. L’artiste signe à la fois les paroles et joue tous les instruments. Le titre évoque un amour non réciproque. King Princess s’est inspirée de l’un de ses romans préférés, « Carol » (The Price Of Salt) de Patricia Highsmith. L’auteur y dépeint la relation amoureuse entre Thérèse et Carol dans les années 1950. Ainsi, le titre est un très bel hommage à la communauté LGBT. De même, le clip met en scène la chanteuse dans un univers vintage et coloré.

Pendant longtemps, l’amour queer n’a pu exister que de manière privée, exprimé dans la société à travers des formes d’art codées. J’ai écrit cette chanson à propos d’un amour non partagé dans ma propre vie, faisant de mon mieux pour reconnaître et rendre hommage à cette part de l’histoire.»

Puis en mai dernier, la jeune chanteuse a dévoilé « Talia ». Sur des synthés aux sonorités atmosphériques, l’artiste nous parle une fois encore de sa vie amoureuse. Cette fois-ci, elle aborde une relation qui vient de se terminer. De sa voix soul et brute,  elle évoque la difficulté de s’en remettre et d’accepter que c’est vraiment fini. Par ailleurs, on y retrouve la même simplicité et la même vibe rétro que le premier titre. À l’image de « 1950 », la vidéo de ce nouveau single est pop et colorée. Sur un lit, avec une poupée, King Princess se remémore sa relation passée. De plus, on peut noter que la poupée ressemble à la jeune fille blonde du clip précédent .

King Princess
© Columbia Records

Enfin ce vendredi, la New-yorkaise a sorti son premier EP « Make My Bed ». Il comprend ses deux singles et trois titres inédits. Tout d’abord, le morceau éponyme « Make My Bed » est une introduction d’une minute 30. Elle nous parle de son éveil et nous invite à entrer dans son intimité. Avec la sortie de l’EP, King Princess a aussi dévoilé le clip de ce titre. Toujours sur son lit, elle chante du matin jusqu’au soir. La temporalité est indiquée par le changement de luminosité.

« Upper West Side » nous parle du conflit intérieur de King Princess. Elle est attirée par une fille et se rend compte en même temps qu’elle n’est pas faite pour elle.  Puis,« Holy » est le dernier titre inédit. C’est un très beau morceau pop et le plus sensuel de l’EP. La chanteuse prend une voix un peu plus aiguë et nous murmure son désir.

Finalement, « Make My Bed » est une véritable déclaration d’amour (queer). Avec la plus grande sincérité, King Princess nous raconte ses désirs, ses histoires d’amours et ses ruptures. Elle réussit le tour de force d’être à la fois douce et envoûtante sans jamais manquer de piquant et de caractère. En un sens, elle réussit à réinjecter l’intensité punk de ses débuts à ses mélodies pop et suaves. Celle qui compte Harry Styles et Halsey parmi ses fans, est définitivement un talent à suivre !

Vous pouvez suivre King Princess sur Facebook, Twitter et Instagram.
« Make My Bed » est disponible en téléchargement sur iTunes.