L’artiste américaine a posé ses valises en France pour son « Tell Me You Love Me Tour »

Les Lovatics français trépignaient d’impatience et rêvaient de la voir sur scène : leur rêve s’est réalisé ce 4 juin 2018 au Zénith de Paris. En effet, Demi Lovato n’avait encore jamais réalisé de tournée européenne. Les fans français les plus chanceux avaient seulement pu la voir en France en 2009, lorsqu’elle avait participé à la tournée des Jonas Brothers et en première partie d’Enrique Iglesias en 2014.

Nous attendions donc sur la setlist les titres figurant sur son dernier album « Tell Me You Love Me », mais également des morceaux plus anciens et nous avons été servis !

La chanteuse révélée au grand public par Disney Channel a en effet vu les choses en grand ! De nombreux danseurs, plusieurs tenues de scènes et coiffures : les tableaux se suivent et sont tous à la hauteur de nos espérances. Le public se délecte devant des chorégraphies toutes plus réussies les unes que les autres. Si certains ont été surpris par la hauteur de la scène, tout ceci en est la raison. Demi apparaît et disparaît sous la scène comme par magie, entre deux changements de tenues très rapides et il en est de même pour ses danseurs.

On découvre ainsi diverses ambiances. Après avoir ouvert le bal avec une prestation impressionante et acclamée par le public sur « You Don’t Do It For Me Anymore », qui démontre une nouvelle fois la puissance vocale de la pop star américaine, nous la retrouvons par exemple allongée sur un sofa pour nous interpréter « Daddy Issues » où elle se confie à ses fans comme s’ils étaient ses psychologues.

La salle est maintenant éclairée de rouge et « Cool For The Summer » nous plonge dans une ambiance plus sensuelle où Demi Lovato se rapproche beaucoup de ses danseuses et clame haut et fort : « Love who you want and go tell your mother ! » (« Aimez qui vous voulez et dites le à votre mère ») en référence aux paroles du titre que l’on retrouve sur l’album « Confident ». La chanteuse défend effectivement avec ferveur les droits et les valeurs de la communauté LGBTQ.

La foule se laisse également entraîner par « Sexy Dirty Love » avant de se déchaîner sur deux anciennes chansons : « Heart Attack » et « Give Your Heart A Break », grands succès respectifs des albums « Demi » et « Unbroken ». Lors de « Give Your Heart A Break », nous découvrons avec surprise et amusement la fameuse Kiss Cam : une caméra projetant tour à tour sur les écrans géants certains membres du public qui doivent alors s’embrasser. Les Lovatics jouent le jeu et nous offrent une grande dose d’amour !

Changement de costume pour la belle Demi, nous la retrouvons en boxeuse victorieuse accompagnée de ses danseurs. Sur la scène qui devient alors son ring, elle reprend fièrement « Confident ».

Puis, durant trois prestations, « Concentrate », « Cry Baby » et « Lonely », c’est sur un lit qui surgit des coulisses que nous la découvrons. Si elle reste seule sur scène durant le premier morceau, où elle s’accompagne à la guitare, elle est ensuite rejointe par deux danseurs durant le second, pour une chorégraphie pleine de poésie, avant d’être plus sensuelle sur le troisième titre.

Pour cette tournée européenne, Demi Lovato a choisi d’interpréter l’intégral de ses dernières collaborations avec différents artistes: « No Promises » qu’elle avait enregistré avec le groupe Cheat Codes en 2017, « Solo », sa collaboration la plus récente avec Clean Bandit. Vient ensuite « Échame La Culpa », morceau latino très entraînant où elle chante en compagnie de Luis Fonsi, dont le hit « Despacito » n’a pas pu vous échapper en 2017. On peut alors l’entendre en anglais, sa langue maternelle, mais aussi en espagnol. Enfin, la star américaine ravit son public en interprétant « Fall In Line » à la perfection. Sa version live n’a alors pas grand chose à envier à la version studio aux côtés de Christina Aguilera.

Demi Lovato a d’ailleurs révélé au public son admiration pour Christina Aguilera et a avoué avoir grandi en écoutant la diva américaine et en s’entraînant à atteindre les notes aigües sur une machine à karaoké dans son salon. On ne peut qu’applaudir le chemin parcouru et c’est la réaction qu’a eu le public du Zénith de Paris.

Nous retrouvons ensuite Demi Lovato en toute intimité puisqu’elle est alors seule sur scène et s’accompagne au piano pour interpréter « Warrior », qui figurait sur son quatrième album éponyme, ainsi que « Father » de l’album « Confident ». Avant ces deux chansons, la chanteuse originaire du Texas a pris un moment pour parler à ses fans.

« Warrior » est en effet un titre très important pour elle, puisqu’il évoque le sujet de la santé mentale.

Les maladies mentales restent un sujet tabou à travers le monde et cela me paraît dingue qu’on ne prenne pas soin de notre esprit autant que de notre corps »

Elle en profite pour rappeler qu’elle souffre de bipolarité mais qu’elle a appris à vivre avec, et que cela ne l’empêche en rien de croquer la vie à pleines dents. Un message d’espoir pour tous ses fans qui feraient face à des troubles mentaux que son public applaudit à l’unisson avant de reprendre en choeur les paroles de « Warrior ».

Avant d’entonner le très émouvant « Father », Demi Lovato revient sur la relation complexe et difficile qu’elle entretenait avec son père jusqu’à son décès en 2013. Elle nous explique que toute la colère qu’elle ressentait envers lui et son absence l’a quittée suite à cette tragique nouvelle comme en témoigne le texte du titre : « I hope that Heaven’s giving you a second chance » (« J’espère que tu auras droit à une deuxième chance au Paradis »).

Il était temps pour moi de grandir et de passer à autre chose »

Le public n’a pas vu le temps passer et nous arrivons déjà aux deux derniers morceaux de la setlist, deux singles de son dernier opus plébiscités par ses fans : « Sorry Not Sorry », où la star américaine répond fièrement à ses haters et « Tell Me You Love Me », qui sonne comme une clôture naturelle à ce ‘Tell Me You Love Me Tour’.

À en croire son sourire et ses nombreux mots d’amour, Demi Lovato a réellement savouré, malgré la chaleur, cette date parisienne. Elle avoue d’ailleurs souhaiter passer des vacances en France et nous promet de revenir très vite s’y produire. En attendant, il est possible de suivre la suite et fin de sa tournée sur son compte instagram ainsi que sur le compte qui y est entièrement consacré : @tellmeyoulovemetour.

par Déborah Gaillard