Après trois ans d’absence, l’artiste indie-folk délivre une prestation sans faille et parfaitement orchestrée !

Vendredi soir, Vance Joy était de passage à Paris pour notre plus grand plaisir. Depuis son premier album « Dream Your Life Away » sorti en 2014 et son tube « Riptide », l’artiste s’était fait plus discret. Mais l’australien vient de sortir un nouvel album « Nation Of Two ». Il se compose de treize titres dont les singles « Like Gold » et « Lay It On Me ». On The Move était présent pour son grand retour, impatient de découvrir ces nouveaux titres en live. On vous raconte tout !

En attendant l’arrivée du chanteur, c’est Lily Moore qui assure la première partie. À seulement 19 ans, cette originaire de Brighton livre une performance pleine de nuances. Celle dont la voix n’est pas sans rappeler la grande Amy Winehouse, chante avec une facilité presque déconcertante. C’est donc sans aucun effort que Lily Moore nous offre un joli moment alternant sensibilité et puissance.

Place à Vance Joy ! Alors que ses musiciens commencent à jouer, celui-ci se fait désirer et fait monter la pression. Après une minute d’introduction, il entre enfin sur scène, accompagné de sa guitare acoustique. Sous les applaudissements, il débute son show avec la belle « Fire And The Flood ». Sortie en 2014, la chanson est déjà bien connue du public qui n’hésite pas à chanter avec lui.

Puis James Keogh, de son vrai nom, prend la parole en français. « Ça me fait très plaisir d’être avec vous ce soir ». « Cela fait très longtemps que je ne suis pas venu ici ». Avant de remercier en anglais son public déjà conquis et d’ajouter que cela fait trois ans qu’il n’était pas venu à Paris. Il propose ensuite une chanson de son premier album. Pour lui, c’est une chanson qui parle d’amour inconditionnel. Que la personne concernée soit loin ou qu’elle ne partage pas les mêmes sentiments. Il s’agit de « From Afar ».

Après deux morceaux de son précédent album, Vance Joy introduit le nouveau avec « Take Your Time ». Appuyée par une percussion plus dynamique que le précédente, la chanson semble marquer un tournant dans le concert. De la mélancolie, on passe à un registre plus envoûtant et feel-good. Ce sentiment est accentué par la suivante, la sublime « Like Gold ». C’est aussi un nouveau titre de l’artiste. Il nous montre alors sa parfaite maîtrise de sa voix douce et éraillée.

Dès lors, Vance Joy enchaîne anciens et nouveaux titres. D’abord « Wasted Time », puis « Call If You Need Me » et enfin l’un de ses titres phares « Georgia ». Le public est alors survolté. Ainsi, jusqu’à la fin du concert, les fans vont chanter en chœur.

Au trois quart du concert, l’artiste vient à nouveau changer le rythme. Tout d’abord, après l’entraînante « We’re Going Home », il troque sa guitare pour un ukulélé sur « Saturday Sun ». Alors que sa voix se mêlait à la guitare depuis le début, le changement d’instrument est rafraîchissant.

Plus surprenant encore, il continue avec une reprise de « All Night Long » de Lionel Richie. Si le choix est assez déconcertant, l’artiste s’amuse avec nous et poursuit avec une cover de « Sorry » de Justin Bieber. Et enfin, propose un mélange des deux, accompagné à la trompette. Vance Joy dévoile alors une puissance pop nouvelle et ce n’est pas pour nous déplaire.

Toujours finement orchestrée, la prestation de l’australien continue avec un autre tube « Mess Is Mine ». Enfin, le concert se termine avec l’incontournable « Riptide ». Et Vance Joy a repris son ukulélé pour l’occasion.Tout le monde chante avec l’artiste dont la bonne humeur est communicative. Aussi malgré des textes mélancoliques sur des histoires d’amour déçues, le public ressort de la salle le sourire aux lèvres.

« Nation Of Two » est disponible téléchargement sur iTunes