Waterparks, entre rêve et cauchemar pour illustrer « Not Warriors/Crybaby »

Il y a quelques semaines, les américains de Waterparks faisaient sensation en dévoilant leur deuxième album « Entertainment ». Un an après « Double Dare », le trio a su se réinventer et faire preuve de créativité à coup de titres explosifs, jonglant entre plusieurs styles et mettant en scène ce qui faisait l’essence même de leur musique : une pop-punk bien dosée, et des morceaux à la fois sensibles et féroces.

A contre-courant de « Blonde », premier extrait de ce second opus, « Lucky People » a montré une facette plus sage du groupe. Si le premier a été illustré d’un clip pour le moins loufoque, joyeux et coloré, le second était plein de nostalgie, tendre et faisait la part belle aux sentiments.

Aujourd’hui, les américains font d’une pierre, deux coups en nous proposant d’illustrer deux titres en un : le rétro « Not Warriors » et l’aérien « Crybaby ». Alors, que nous réserve Waterparks cette fois-ci ? 

Ecrit à une période charnière de la vie du chanteur Awsten Knight, « Entertainment » se présente comme un album en deux temps. Si les paroles évoquent souvent le thème de l’amour, la mélodie elle, révéle des sentiments plus sombres et agressifs, comme une revanche. Rupture, déception amoureuse et désillusion, autant de pensées négatives dont le chanteur a décidé de se servir comme d’une arme pour répondre ironiquement en image à ses propres mots. 

Lorsque « Not Warriors » bénéficie d’un refrain explosif et d’une mélodie doucement rétro, mêlant rock et pop nous faisant voyager dans le temps, « Crybaby » est construit sur une base aérienne et alternative, laissant planer une ambiance discrète et un brin angoissante. A l’image de ces deux titres diamétralement opposés, le clip est lui-même plein de contradictions et dépeint deux ambiances.

Torturé par ses sentiments et son envie d’aller de l’avant, Awsten incarne ici un personnage au cœur brisé, un rôle aux antipodes de son image colorée et habituellement joyeuse. Alors qu’il essaye désespérément de tourner la page, des éléments le ramènent sans cesse à sa relation passée et font remonter des souvenirs plutôt douloureux. De la métaphore de la main qui l’empêche de trouver le sommeil, à la lumière bleu angoissante, sans oublier les « friendly reminders », difficile d’avancer pour le chanteur du groupe.

Mais alors, pourquoi « Entertainment » est-il aussi présent dans ce clip ? Une rupture en cache une autre. Alors que ce deuxième opus nous impose le renouveau et l’expérimentation du groupe, il est surtout là pour rappeler à Awsten sa déception amoureuse, lui qui avait même confié que cette dernière lui avait « gaché » le plaisir de sortir un second opus. Dans le miroir, l’artiste se cherche alors des défauts et brûle tous les éléments en lien avec son ex et leur premier album : les fleurs qui lui empoisonnent la vie et les cassettes audio qui cherchent à prendre le contrôle de lui. C’est bien là que la rupture entre les deux titres prend tout son sens. Plus la peine de s’apitoyer sur son sort, « Entertainment » ne portera plus cette image négative pour le chanteur, d’où la destruction de la voiture portant le nom de l’album. 

Tout un programme donc, et une rage qui pousse la créativité du groupe à son maximum ! Reste à savoir si Waterparks est enfin en paix avec son passé ou si cette rancoeur continuera de s’exprimer dans d’autres visuels. Stay tuned !

« Entertainment » est disponible sur iTunes.