Changement de style pour le britannique James Bay avec « Wild Love » 

Est-il utile de vous présenter la tornade James Bay ? Dans la veine de Years & Years ou encore Sam Smith, cet artiste faisait partie de la nouvelle vague britannique à déferler sur l’Europe entre 2014 et 2015. Armé de sa guitare et de son chapeau, James Bay nous avait présenté son premier album « Chaos And The Calm », un concentré de pop folk douce et mélancolique. Poète dans l’âme, avec seulement 12 titres, le chanteur avait mis un large public à ses pieds avec des titres comme « Let It Go », « Hold Back The River » ou encore « Best Fake Smile », devenu depuis des standards de la pop anglaise.

Influencé par des artistes comme le mythique Jeff Buckley, James Morrison mais également Paolo Nutini ou James Taylor, le britannique nous prouvait, avec ce premier opus, qu’il savait aussi bien manier les mots que les genres. Sonorités rock, mélodies romantiques, rythmes acoustiques, James Bay explore et ose emprunter diverses éléments à plusieurs univers.

Après avoir connu un succès international, et avoir remporté un Brit Awards face à Calvin Harris ou encore Mark Ronson, l’artiste s’était pourtant fait discret, préférant se retirer un temps de la scène musicale internationale. Partir pour prendre le temps de forger une nouvelle image et un son neuf ? Probablement, à en croire « Wild Love », nouveau titre dévoilé par le chanteur. 

Changement de coupe de cheveux… et de direction musicale pour le britannique de 27 ans ! Délaissant le look de chanteur folk au cheveux longs, James Bay opte cette fois pour une image plus rock et moderne. Plus simple et sophistiqué, son univers s’est, lui, étoffé de quelques éléments savamment pensés, de quoi ajouter une nouvelle corde à l’arc déjà bien fourni du chanteur.

Si certains pourront regretter cette prise de position, avec « Wild Love », James Bay délaisse les sonorités acoustiques pour une composition toujours douce, mais terriblement moderne. Sur une mélodie globalement simple et dépouillée, les rythmes EDM viennent électrifier l’ensemble et y ajouter une dimension plus aérienne et contemporaine, tout en imposant une dualité instrument/voix délicieuse. Tour à tour, les chœurs et la mélodie se cherchent et s’affrontent, sans vraiment se laisser la place. A mesure que le titre déroule, cet ensemble monte en intensité et nous en met pleins les oreilles. La sérénité et le calme du début laissent alors vite place à une explosion un brin mélancolique, mais tout aussi satisfaisante.

« Ces choix musicaux n’étaient pas présents sur mon premier album, mais je pense que ces nouvelles sonorités m’aident à mieux comprendre qui je suis en tant qu’artiste. J’avais besoin de sortir de cette image de « chanteur à la guitare », je ne voulais pas être réduit à seulement cela. Ce n’est qu’une facette de ma personnalité et de ce que je suis capable de faire. Le reste viendra naturellement. » 

Pour autant, ce qui faisait l’essence même du chanteur est toujours là : armé de sa plume, James Bay nous parle de ses relations et met ses sentiments à nu lorsqu’il chante « I wanna give you wild love / The kind that never slows down / I wanna take you high up / Let our hearts be the only sound / I wanna go where the lights burn low and you’re only mine ». Le romantisme britannique est loin d’être enterré !

Après une longue pause de près de 2 ans, James Bay semble donc désormais prêt à passer à l’étape supérieure. Plus mature, plus honnête et certainement plus en phase avec ses choix personnels, l’instant semble être au renouveau pour le britannique. En attendant un second album, que l’on espère aussi qualitatif que le premier, « Wild Love » est une introduction en douceur à ce nouvel univers qui nous tend les bras. A savourer sans modération !

« Wild Love » est disponible en téléchargement sur iTunes.