La jeune sensation américaine livre une performance électrique et pleine de contrastes !

Vendredi soir, l’équipe d’On The Move était au Petit Bain de Paris pour le concert très attendu de Billie Eilish. Et si on titre que cette dernière « a fait déborder le Petit Bain », c’est dans tous les sens du terme ! La jeune américaine de tout juste 16 ans, pleine d’énergie, a fait salle comble pour un concert qui affichait déjà complet plusieurs semaines voire mois avant l’événement. C’est dire à quel point elle était attendue… Avant même que le live ne commence, les « Billie, Billie, Billie » entonnés par le public -composé de jeunes fans ou de curieux moins jeunes- témoignent de cette ferveur, confirmée plus tard par les chants en chœur qui ponctueront tout le concert.

© Anastasia Bensoussan

Après avoir sorti son EP « Don’t Smile At Me » à l’été 2017, Billie Eilish s’impose peu à peu comme la nouvelle sensation du paysage musical international. Le disque est co-écrit et produit par son frère, Finneas O’Connell, qui l’accompagne d’ailleurs sur scène et dont on mesurera tout le talent le temps d’une composition personnelle qu’il interprétera seul, en milieu de concert.

Malgré une performance de seulement 45 petites minutes, Eilish a su prouver qu’elle n’a pas volé ce statut de nouvelle icône de la pop. Elle retranscrit dans sa musique son expérience d’adolescente de manière à la fois fraîche et mature, mais surtout très intelligente. La fragilité de sa voix douce constamment contrebalancée par l’énergie nonchalante qu’elle dégage, transforme l’expérience live en véritables montagnes russes. Délivrant des émotions brutes avec une assurance déconcertante, on se rend vite compte qu’un contraste émerge entre son style vestimentaire très affirmé, street ou hip-hop, ses « what the fuck is up » pour chauffer le public et sa voix de cristal.

Puissance et légèreté coexistent dès les premières chansons, « Bellyache », « idontwannabeyouanymore », « Watch », « Bored » et le bouleversant « Six Feet Under ». On ressent dans les titres de Billie Eilish toute l’étendue de ses influences à la fois R&B et Jazz, créant une pop hybride et lui donnant des airs de crooneuse décontractée. Ses mouvements de danses sont, comme ses chansons, épurées et dynamiques : la jeune femme électrise la salle de son magnétisme.

© Anastasia Bensoussan

Après la prestation de son frère, Billie enchaîne avec une cover surprenante de « Hotline Bling » de Drake au ukulele, se fondant à merveille avec sa ballade « Party Favor » qu’elle enchaîne, toujours accompagnée de son instrument. Cet intermède démontre toute la bienveillance du public passionné à son égard. Tout au long du concert, la foule l’encourage et reprend ses chansons à plein poumons (au risque de couvrir la voix de la chanteuse, la faute à l’acoustique imparfaite de la salle, quelque peu étouffée) mais sait aussi respecter et écouter les moments de ses chansons plus propices au silence.

Sentiment confirmé par « Ocean Eyes », qui caresse l’audience de sa vulnérabilité et insuffle un sentiment à la fois triste et serein. La bienveillance, Billie sait la rendre à son public quand, entre ses chansons, la performeuse laisse place à la jeune fille sincère et reconnaissante envers ses fans.

Puis l’ambiance monte encore d’un cran avec les titres plus dansants « My Boy » et « COPYCAT » avec lequel Billie Eilish clôture son set, demandant au public de sauter à en faire couler le bâteau ! Pari réussi puisque Billie Eilish a submergé le Petit Bain de son univers, oscillant entre douceur angélique et pop désinvolte.

L’EP de Billie Eilish est toujours disponible en téléchargement.

par Anastasia Bensoussan

Billie Eilish interprète « Watch » sur la scène du Petit Bain