Focus sur quelques destins musicaux qui ont marqué 2017  !

2018 est arrivée à grand pas, et il est temps de passer en revue les révélations musicales de la fructueuse année passée. Petits nouveaux ou artistes aguerris ont eu la chance de voir leurs noms traverser les mers et se faire connaître du grand public. On note que les born in the 1990’s des Etats-Unis nous ont bien étonnés dans tous les genres musicaux…

POP

Plusieurs jolies surprises cette année, côté pop. Celle devant qui il ne faut plus passer sans s’arrêter, c’est la ravissante Camila Cabello. Après avoir été membre du groupe Fifth Harmony, la chanteuse aux origines cubaines a pris son envol en solo. Repérée début 2017, on l’a retrouvée sur des featurings de qualité notamment autour de Pitbull et J Balvin sur « Hey Ma » ou encore aux côtés de Major Lazer en juin. La belle a même eu l’honneur de faire les premières parties de Bruno Mars lors de son 24K Magic Tour cet été. Elle a aussi posé sa voix sur la bande originale du film « Fast & Furious 8 ». Bref, que d’opportunités pour Camila Cabello, qui devient en plus de cela égérie Guess et L’Oréal Paris. Le 30 août 2017, elle sort, en duo avec Young Thug, le single « Havana », qui est depuis sur toutes les lèvres et dans toutes les têtes. Préparez-vous à entendre résonner la voix de la jeune cubano-américaine encore longtemps, puisque son premier album solo « Camila » est prévu pour le 12 janvier 2018 !

 

C’est aussi la jolie anglaise Anne-Marie qu’on a retrouvé plus lancée que jamais cette année ! Révélée grâce à son featuring avec Sean Paul sur « Rockabye », du groupe Clean Bandit, elle a partagé son morceau « Ciao Adios », qu’on retrouve désormais sur toutes les ondes. Sa technique vocale, posée sur un titre très rythmé quasi reggaeton a de quoi faire bouger les têtes. On parle là encore de thèmes très fédérateurs, qui font l’identité de la pop. Il y a deux mois, elle sortait « Heavy », ballade catchy sur le poids des sentiments, qui a déjà atteint les 5 millions de vues. On la retrouve aussi sur des collaborations prometteuses, notamment sur « Remember I Told You », aux côtés de Nick Jonas et Mike Posner. A quand l’album solo ? Anne-Marie vous en dit un tout petit peu plus dans l’interview exclusive qu’elle a accordé à OTM ! 

 

Soyons honnête, on ne vous présente plus l’artiste aux 4 milliards de vue YouTube. Et pourtant, on avait pressenti son succès en rencontrant Luis Fonsi début 2017… Le 19 juillet, « Despacito » devient le morceau le plus joué sur toutes les plateformes de streaming puis un mois plus tard, le clip le plus visionné de tous les temps. Le portoricain Luis Fonsi a littéralement propagé son influence à travers le monde. Icone de la musique en Amérique du Sud depuis bientôt 20 ans, c’est le début d’un succès international pour le chanteur ! On le retrouve sur d’autres morceaux en 2017 notamment aux côtés de Demi Lovato sur un « Echame La Culpa » très chaud. La pop latino et le reggaeton n’ont donc pas fini de renouveler leur image et d’attirer de plus en plus de public. Le phénomène colombien J Balvin et ses grands titres comme « Ginza » ou « Ay Vamos » en sont un autre exemple.

 

Enfin, dans un style un peu différent, qui explique peut-être que la chanteuse ne soit pas encore dans les grands tops internationaux, c’est Noga Erez qui s’est révélée cette année. L’israélienne et son électro pop ne cessent de surprendre la critique. C’est en 2016 qu’elle a sorti un premier titre entêtant, avec « Dance While You Shoot ». Mais c’est 2017, son premier album solo et sa tournée en Europe qui lancent la jeune femme. Des morceaux comme « Pity » ou « Toy » sont propulsés sur YouTube. Les sons synthétiques et robotisés sur lesquels Noga Erez pose une voix grave et déterminée, parfois proche du rap, créent des morceaux sombres et planants. Conclusion : à écouter absolument pour les plus éclectiques et curieux !

 

INDIE ROCK

Cette année, On The Move vous a parlé plusieurs fois de l’australienne Tash Sultana. Et à raison. Il suffit de voir comment, du haut de ses 22 ans, l’artiste manie naturellement ses multiples instruments, compose, enregistre ses sons avant de poser ses paroles ou même son beatbox dessus. Style à la croisée du reggae, du rock et de l’indie, Tash Sultana ressent la musique dans tout son corps. C’est l’image qu’elle avait déjà donnée avec le live bedroom de « Jungle » en 2016. Cette année, elle a débarqué avec de nouveaux gros titres comme « Murder to the Mind » et « Mystik », qui l’a font nominée aux ARIA Awards. En 2018, on ne peut attendre qu’une chose, le retour de la voix feutrée et jazzie à la Selah Sue de Tash Sultana, et son style bien à elle.

 

 

EDM

Quelques surprises côté électro et house cette année. C’est d’abord l’Américain Marshmello et sa house progressive à la limite de la trance qui ont conquis de nombreux amateurs d’EDM en 2017. Les sons synthétiques rythmés du DJ ont été très attendus dans de nombreux festivals, notamment cet été à Paris pour le Lollapalooza (référence au grand festival de musique itinérant américain des 1990’s). A quand Tomorrowland ?

On ne va pas se le cacher, les Français ont encore fait fort cette année côté platines. L’hexagone a entre autres vu émerger Polo & Pan. L’électro posée du binôme se concrétise dans un premier album en mai, « Caravelle ». Cette pépite est saluée par la critique, notamment sur France Inter, ou encore dans les Inrocks.

 

Mais surtout, rappelez-vous début 2017 et ce titre en permanence dans votre tête. « Be Mine ». Oui, c’est bien le duo Ofenbach et sa deep house qui commencent à faire le tour de la Terre. « Be Mine » a bien été relayé, notamment en Europe de l’Est, mais aussi Outre-Altantique. César Laurent de Rummel et Dorian Lauduique proposent des pistes très funky et happy, comme « Katchi », sortie fin septembre. En featuring avec Nick Waterhouse, le duo confirme sa lancée. Cette année, l’équipe d’On The Move a pu, à la fois, rencontrer le duo mais également témoigner de l’énergie et l’authenticité des deux acolytes en live, lors de la soirée ElectroShock Virgin Radio. A la ville comme à la scène, on adhère à l’esprit Ofenbach !

 

RAP/HIP-HOP

2017 a été pour G-Eazy l’année de la propulsion. L’auteur-compositeur-interprète américain a réussi à se faire une place sûre dans le milieu du rap US et sa renommée internationale. On se rappelle « Me, Myself and I », dont on a raffolé en été 2016. Mais ça y est, le nom du rappeur G-Eazy est maintenant connu et reconnu. Pas étonnant qu’on retrouve sa voix dans le générique du film « Fast & Furious », décidément véritable mine à révélations. Des morceaux comme « Him & I », où la chanteuse Halsey performe, ou encore le titre « No Limit », autour de ASAP Rocky et Cardi B confirme le succès et la révélation mondiale qu’est G-Eazy. L’artiste, qui s’identifie à la fois à Elvis Presley et Tupac propose un style et une image singulière qui vient contraster avec le rap US typique.

 

Côté rap US, on est bien servis cette année, en effet. Le jeune Lil Pump en a surpris plus d’un avec son « Gucci Gang ». Le rappeur, dont le nom est inspiré d’un personnage de film d’animation, propose un egotrip à base de thèmes plutôt habituels : sexe, drogue, alcool et argent. La mixtape qu’il sort début octobre confirme son ascension. Soyez prêts à retrouver la tête aux dreadlocks multicolores en 2018. Tout cela nous ferait presque oublier que Lil Pump n’a que 17 ans…

 

 

 

 

Aux USA, veuillez également saluer la performance de Princess Nokia et son rap « féministe ». Anciennement connue sous le nom de Wavy Spice ou encore Destiny, la jeune américaine aux origines afro et portoricaines fait non seulement preuve de technique et propose un rap affûté, mais surtout, elle aime poser des questions avec son rap. Elle est connue pour avoir porté à l’attention des sujets sensibles autour de la colonisation, ou encore autour des identités queer et transgenres. Dans son plus gros succès, « Tomboy », c’est la question de la féminité qu’elle met en lumière. Avec son EP « 1992 », sorti cette année, elle a permis à sa musique et à ses réflexions de parcourir le monde. De nombreux artistes LGBT soutiennent sa démarche.

 

 

2017, c’est aussi la montée en puissance du franco-algérien Rilès, rappeur auteur-compositeur de 21 ans, qu’il faut reconnaître. Rap US en France, le Rouennais assume une inspiration américaine et une vénération du grand Kanye West. Le Youtubeur Seb la frite nous présente cet oiseau rare dans une de ses vidéos. On y apprend notamment que le jeune rappeur a eu recours à des cours d’anglais approfondis pour améliorer son accent et mettre en valeur une technique vocale remarquable. Pendant un an, il a écrit, enregistré, mixé et produit une chanson par semaine, la publiant par la suite sur sa chaîne YouTube. La qualité de chacun de ses titres a de quoi étonner. C’est un vrai talent qu’on reconnaît sur des titres comme « Brothers », « I do it » ou « Thank God », devenus disque d’or en octobre dernier.

 

SOUL

Pour finir cette revue des révélations 2017, qui ne saurait se promettre exhaustive, On The Move tient à parler d’un de ses coups de cœur de l’année. La jeune anglaise Jorja Smith semble avoir déjà tout acquis du haut de ses 20 ans. L’auteure et interprète a commencé l’année aux côtés de Drake, sur son album « More Life » et des morceaux comme » Jorja Interlude » ou « Get It Together ». Ce même mois de mars dernier, la chanteuse neo soul souvent comparée à Amy Winehouse ou Lauren Hill a sorti son single « Beautiful Little Fools ». Pas de discussion, il fait consensus. La voix jazzy a été nominée aux MOBO Awards dans la catégorie meilleure artiste féminine et a récemment remporté le BRITs Critics’ Choice Award pour 2018… Après Adele, Sam Smith ou plus récemment Rag’N’Bone Man, elle gagne, en même temps que le prix, un aller simple vers les sommets !

 

Et pour vous, quelles ont été les révélations marquantes de 2017 ?