Quand les meilleurs artistes du paysage electro se succède sur la scène de l’AccorHotels Arena…

Fans d’electro ? Si il y avait bien un endroit où être pour mutualiser les expériences et recevoir avec force un condensé d’EDM en live, c’est la soirée ElectroShock Virgin Radio ! Présentée comme « la plus grosse soirée électro de France », il y avait effectivement du monde sur et tout autour de la scène en ce jeudi soir à l’AccorHotels Arena. En effet, le rendez-vous EDM a acquis une belle légitimité et un caractère incontournable au fil des années, sous l’égide de Virgin Radio. Et la programmation de la soirée en témoigne… Une bonne partie des artistes les plus plébiscités du moment dans le paysage electro ont répondu à l’appel. Sacré concentration de succès au m² ! Alors puisqu’il fallait visiblement y être, qu’est ce que l’on retient de l’édition 2017 de l’ElectroShock Virgin Radio ?

Richard Orlinski à la soirée ElectroShock Virgin Radio 2017 ©Anthony Ghnassi

Le premier artiste a foulé la scène est Richard Orlinski. Ici aussi tiraillé entre sa casquette de sculpteur et de DJ, Orlinski n’aura pas fait de choix tranché. Accompagné sur scène par son iconique « Wild Kong », Orlinski joue pendant que son oeuvre -mi arty, mi kitsch- s’anime. L’occasion est assez unique de voir un animal de plastique danser aux sons de Clean Bandit ou Katy Perry. Se faisant, Orlinski donne aussi le ton de la soirée. Entre les tubes électro de chacun des DJ, le public peut s’attendre à quelques incontournables titres pop remixés avec aplomb. Ce qui ne l’empêche pas de convaincre véritablement le public grâce à son propre titre « Heartbeat » porté par la voix de la puissante Eva Simons.

A ce premier set succède celui du belge Lost Frequencies.  Felix De Laet, de son vrai nom,  mélange la personne publique et privée ce soir en fêtant ses 24 ans sur scène. Pendant que Felix se forge un souvenir d’anniversaire mémorable, son alter-ego Lost Frequencies fait se réveiller le public grâce à l’incontournable « Are You With Me »,  » Here With You », « All or Nothing » et l’entêtant « Reality ». Il s’en souviendra et nous aussi!

Ofenbach à la soirée ElectroShock Virgin Radio 2017 ©Alexy Montuelle

Habitué des ElectroShock Virgin Radio, le duo français Synapson, composé de Alexandre Chiere et Paul Cucuron, sait aussi comme personne croiser les genres pour se forger un son reconnaissable. Il y a indubitablement des vibes urbaines dans l’EDM de Synapson, et ceci n’est pas tout à fait étranger à la chaleur des voix de Tessa B sur « Going Back To My Roots » ou Anna Kova sur « All In You ». A leurs titres au succès déjà confirmé vient s’ajouter une surprise de fin de set avec l’inédit « Hide Away ». Merci pour le cadeau!

Prochain chapitre avec le duo Ofenbach, que nous avons rencontré il y a quelques semaines. Ceux que l’on avait déjà repérés à l’époque de leur collaboration avec Brodie Barclay nous confiaient que leur futur album serait composé à parts égales de remixes et de productions originales : un équilibre suivi pour leur set ElectroShock Virgin Radio. On aura autant dansé sur « Be Mine » et « Katchi » -bien connus du public français, qu’on le veuille ou non- que sur leurs reprises de « Hit The Road Jack » ou « I Love Rock’n’Roll ». On avait apprécié parler musique avec Dorian et César, et on aime encore davantage l’esprit bon enfant de leur set. Une irrévérence et une fraîcheur que les deux compères vont bientôt répandre sur les routes américains !

Le jeune Felix Jaehn prend la suite d’Ofenbach. La soirée est, il faut le dire, largement francophone. En ce qui concerne Felix Jaehn, jamais la rigueur allemande n’aura eu autant de groove. « Feel Good », « Hot2Touch » ou « Ain’t Nobody » font forcément partie de son set, saupoudré de reprises audacieuses (on ne se serait pas exactement attendus à entendre « There’s Nothing Holdin’ Me Back » de Shawn Mendes à la soirée ElectroShock) et d’une apparition scénique surprise d’Adam Trigger, venu soutenir Felix Jaehn en personne sur « Like A Riddle ».

Place à la maîtrise de FEDER !  « Blind »,  « Lordly », « Breathe »,  « Indian Summer »… Chaque titre est calibré pour faire monter encore un peu plus la température d’un public bien chauffé par la ribambelle de bons performers qui ont déjà foulé la scène de l’ElectroShock Virgin Radio.  Les effets visuels gagnent aussi en puissance ! On reste sérieusement impressionnés de l’effet rendu par les bracelets colorés connectés des 18 000 spectateurs de l’AccorHotels Arena. Un peu gadget a priori, ça a quand même sérieusement de la gueule vu depuis les gradins.

The Avener à la soirée ElectroShock Virgin Radio 2017 ©Anthony Ghnassia

Après FEDER, c’est l’élégant The Avener qui prend place, ouvrant son set sur quelques notes revues et corrigées de Kaleo avec « Way Down We Go ». Nous l’avions vu il y a quelques semaines en ouverture de la Seine Musicale et on est toujours aussi charmés par son électro délicate autant qu’elle est puissante. Les classiques y sont : « Fade Out Lines », « Castle In The Snow »… autant que l’hommage aux maîtres à penser : il ne suffisait que d’une reprise d' »Around The World »de Daft Punk pour rendre le public parisien fou !

Kungs à la soirée ElectroShock Virgin Radio 2017 ©Anthony Ghnassia

Alors que les DJs et producteurs rassemblés ce soir ont des qualités de performers indéniables (et particulièrement, ceux encore attendus en clôture du show), notre préférence va indubitablement au prochain artiste : le jeune et incroyable Kungs. A seulement 20 ans, Valentin Brunel connaît une destinée musicale stellaire. Dès 17 ans, il « bidouille » ses propres arrangements numériques depuis sa chambre étudiante et c’est presque par hasard qu’il se retrouve à travailler sur l’instrumentale de son méga-tube « This Girl ». Trois ans plus tard, il est au Coachella ou encore au Tomorrowland… et ce soir, il retourne littéralement l’AccorHotels Arena (flammes à l’appui!). Au son de « Don’t You Know », « I Feel So Bad », « More Mess » et en revisitant avec brio des classiques des Red Hot Chilli Peppers ou Daft Punk, Kungs fait une démonstration débordante de talent et brillante d’humilité. C’est parfois délicat de faire passer de l’émotion à travers une salle si large, et dans un genre qui fatalement n’en appelle pas toujours, et pourtant, lorsque Kungs remercie son public parisien, on reçoit sa sincérité en plein coeur. Longue vie à Kungs !

 

Bien que la soirée soit déjà bien avancée, le bouquet final commence à peine. Martin Solveig entame un set qui s’avérera très convaincant, et durant lequel il se montrera hyper complice avec son public. Il n’est clairement plus un jeune premier mais sa notoriété ne semble pas s’étioler. Que ce soit sur « Hello », « Jealousy », « Breakdown », « The Night Out » ou encore « All Stars », les 18000 spectateurs irradient d’enthousiasme…  et Martin Solveig leur laisse même donner de la voix sur « Places ». Un petit détour par l’exercice du remix avec le « Never Be Like You » du producteur australien Flume à la sauce Solveig et le DJ s’éclipse déjà. Reste-t-il encore de l’énergie au public de ce soir pour l’apogée de la soirée?

Il y a quelques semaines, ils étaient déjà à Bercy, en tête d’affiche. Clairement, Justice sont ici chez eux et ils n’ont pas volé leur réputation. Voir Gaspard Augé et Xavier de Rosnay se produire en live, c’est assister à un sacré tourbillon de sons, d’ambiances, d’effets visuels. Et cet étourdissement est aussi déroutant qu’il est grisant. Empruntant à leurs trois albums « Cross », « Audio, Video, Disco » et « Woman », Justice permet au public de toucher à une sorte de transe, dont le point d’orgue est sans doute atteint sur le morceau « Stress ». L’audience ayant été  graduellement préparée à ce moment pendant toute la soirée, l’explosion y est !

Réunir en quelques heures le meilleur de la scène électro et assurer un spectacle dont l’ambiance ne retomberait jamais ? C’était un défi, ElectroShock Virgin Radio l’a plutôt bien rempli !

Justice à la soirée ElectroShock Virgin Radio 2017 ©Anthony Ghnassia