L’espoir pop espagnol de retour sur la scène des Etoiles pour son « Elevated Tour » !

Il était déjà venu rencontrer son public français sur cette même scène en Janvier, et mardi soir, Leroy Sanchez a de nouveau déployé ses meilleurs atouts pour enflammer les planches des Etoiles.

Depuis ses 15 ans, le jeune espagnol, qui poursuit maintenant sa carrière dans la musique depuis les Etats-Unis, ne cesse d’élargir son audience grâce à un outil bien de son temps : Youtube.
Musicien autodidacte, Leroy Sanchez a décidé de créer sa chaîne à une époque où l’on était encore très ignorant de l’influence de la plateforme. Aujourd’hui, il est l’un des petits princes d’Internet avec plus de 3 millions d’abonnés, 180 vidéos et 360 000 000 de vues au compteur. A intervalles réguliers, le jeune homme poste des reprises des titres pop les plus ambitieux, s’en tirant toujours avec brio grâce à une voix solide et envoûtante.
Alors, celui dont le talent nous a déjà surpris à maintes reprises à travers l’écran convainc-t-il en live ? Réponse !

© Paola Leonardis

Lorsque Leroy Sanchez arrive sur la scène des Etoiles, la salle est malheureusement loin d’être pleine. Cela dit, nous nous rendons vite compte qu’il ne faut pas forcément une public nombreux, mais plutôt le bon public pour faire un concert réussi ! En effet, dès que le jeune homme foule les planches, ses fans parisiens se font entendre d’une seule (et forte) voix.

Leroy Sanchez entame son généreux et bouillant set avec quelques titres de son dernier EP, sorti en Août dernier et nommé « Elevated ». « Be Alright » est déjà sur toutes les lèvres et le show s’annonce énergique, aussi bien du côté de la scène que de la fosse.

Rapidement, le jeune artiste ponctue le déroulé de la soirée avec ce qui a d’abord fait son succès sur Youtube : les covers. Il faut dire que Leroy Sanchez se réapproprie avec une facilité déconcertante des morceaux  aussi populaires que musicalement exigeants. La première de la soirée sera un hommage à Amy Winehouse, et pas le plus évident, avec une réinterprétation de l’irrésistible « Valerie ». Initialement écrit et composé par le groupe indie rock anglais The Zutons, le morceau connaît son heure de gloire lorsque la regrettée artiste anglaise l’interprète en 2007 sur un album de Mark Ronson. Depuis, Bruno Mars, Frankie Cocozza ou encore Selah Sue s’y sont essayés, et parmi cette ribambelle de très bons performers, Leroy Sanchez s’en sort avec un groove particulièrement remarquable.

Mais ce n’est que la première des facettes qu’il exprimera ce soir. Au fil du concert, Leroy Sanchez livre un beau moment de soul sur « Put Your Records On » de Corinne Bailey Rae, se montre vocalement et émotionnellement infaillible sur « Fire To The Rain » d’Adele, prouve qu’il en a suffisamment sous le pied pour se frotter au puissant Cee Lo Green sur « Crazy » de la période Gnarls Barkley et relève même haut la main l’épreuve des titres de Ed Sheeran, sur le brillant « Photograph » ou le plus récent « Perfect ».

 

Cependant, on ne peut décemment pas réduire l’artiste à l’exercice de la cover. Notamment parce-que, plus que de réinterpréter les chansons des autres, il se les approprie par différents moyens, dont l’usage de l’espagnol. Imaginez « There’s Nothing Holdin’ Me Back » de Shawn Mendes ou « Shape Of You » d’Ed Sheeran revus et corrigés dans la langue de Cervantes ! Le résultat est d’autant plus séduisant et diablement rafraîchissant, pour deux morceaux que l’on ne cesse d’entendre en radio, jusqu’à saturation. Et si l’artiste se débrouille si bien, c’est parce-qu’il est un natif. En effet, avant de rejoindre les Etats-Unis pour poursuivre ses rêves de musique, Leroy Sanchez est né et a vécu dans la région de Vitoria-Gasteiz, dans le Pays Basque espagnol. « Pas si loin de la France ! » blague-t-il, regrettant à plusieurs reprises que son vocabulaire en Français ne soit pas plus développé. Forcément, Leroy Sanchez finit par s’aventurer du côté de l’incontournable « Despacito », que le public reprend en choeur, un peu approximativement mais avec ferveur ! Après ce moment caliente, un solo instrumental explose de la part des musiciens de Leroy Sanchez. Une belle énergie et cohésion se dégage du groupe. Leroy et ses trois musiciens blaguent comme des frères, se lançant de tant à autre de gentils défis, auxquels le chanteur fait participer le public.

 

Mais ce sont surtout ses propres chansons qui sont des occasions privilégiées de partager des moments forts ou de discuter directement avec son audience. Sur « I’ll Leave It To You », le temps est suspendu et Leroy Sanchez s’assoit au milieu de ses fans pour interpréter le doux morceau. « Let You Go » ouvre un petit moment de débat sur les relations amoureuses, le chanteur invitant la foule à se confier « Who has ever been in a really really bad relationship ? » avant d’entonner le morceau. Sur le catchy « Don’t Let Me Down », le public se déchaîne, et Leroy Sanchez le lui rend bien en faisant le cadeau d’un charmant morceau exclusif nommé « Stay For A While ».

 

Ce que l’on apprécie particulièrement chez Leroy Sanchez, et qui se ressent autant dans son chant que sa personnalité, c’est son honnêteté. Le jeune homme a essuyé un certain nombre de revers avant d’en arriver où il est aujourd’hui, et le chemin est encore long pour acquérir la reconnaissance à laquelle il aspire. Entre les chansons, Leroy Sanchez revient sur son expérience, le rêve américain qu’il a touché du doigt en étant signé par de gros labels, puis l’immense déception de voir ses contrats rompus par ces mêmes grosses maisons. Il se revendique maintenant comme un artiste indépendant, avec tout ce que cela implique de liberté et de défis à relever… Mais, en définitive, le jeune homme en revient toujours à l’aide précieuse que lui a apporté son public :

Vous êtes la seule raison pour laquelle la musique m’enthousiasme toujours autant. Si je ne faisais ça que pour la réussite dans l’industrie, j’aurais déjà abandonné depuis longtemps. »

Et puisqu’il doit tant à ses fans, il leur donnera directement la parole pour la dernière partie du concert, les sollicitant dans le choix des chansons à interpréter. Un titre sort du lot : « Words Unspoken ». Il est tout particulier puisque Leroy Sanchez a justement écrit ce morceau avec ses fans, il y a maintenant plusieurs années, lors d’une session de questions-réponses sur UStream.

L’artiste enchaîne avec un medley de ses reprises les plus appreciées sur Youtube, virevoltant de « All I Ask » d’Adele à « Love On Top » de Beyoncé en passant par « Versace On The Floor » de Bruno Mars. Il fait chaud, Leroy Sanchez semble un peu fatigué mais certainement pas essoufflé et pas une note ne sortira fausse de sa bouche !

Finalement, la soirée se clôture sur le plus beau succès personnel de Leroy Sanchez, l’entêtant et fédérateur « Man Of The Year » avec ses accords pincés de guitare. A 26 ans, Leroy Sanchez a toutes les armes pour devenir un artiste à succès : la voix, le charme naturel, l’aisance scénique, l’audace et cette authenticité qu’on voudrait qu’il ne perde jamais. Reste à ce qu’il prenne davantage de distance avec les reprises qui ont fait sa renommé pour bâtir un univers plus identifiable et qui lui serait singulier. Alors, Leroy Sanchez, l’homme de l’année ? Pas encore tout à fait, mais l’homme de la soirée, assurément !

L’EP de Leroy Sanchez « Elevated » est disponible en téléchargement.

© Paola Leonardis