Laissez-vous envoûter par le magnétisme étincelant de la sensation belge Oscar and the Wolf !

Vous n’avez peut-être pas encore entendu parler d’Oscar and the Wolf, mais le jeune belge de 26 ans, de son vrai nom Max Colombie, est ce que l’on peut appeler une superstar dans son pays d’origine. Remplissant des arenas en Belgique, aux Pays-Bas et même en Turquie, Oscar and the Wolf touche un large public par son personnage onirique, torturé et romantique à la fois, et sa musique aussi hybride qu’enchanteresse.

Derrière le nom d’Oscar and the Wolf se cache Max, rêveur tourmenté qui trouve refuge quelque part entre la clarté et l’obscurité. Toute la dualité qui le caractérise est déjà inhérente à son nom : « Oscar » représente le nom poétique d’une persona éclatante et « the Wolf », une créature de la nuit, énigmatique et solitaire. Deux personnages comme deux alter egos pour Max Colombie.

A ses débuts, Oscar and the Wolf a attiré l’attention du public belge grâce à deux EPs : « Imagine Mountains » et « Summer Skin », réunis dans un EP Collection sortie en 2013 et proposant une indie-folk teintée de mélancolie. Progressivement, Oscar and the Wolf a su élargir son audience grâce aux singles « Princes », « Strange Entity » et « Undress », tous issus de l’album « Entity » dévoilé en avril 2014.  Comme ses productions initiales, son premier opus est imprégné de spleen et de sonorités aux rythmes lents et lancinants. Souvent labellisé comme alternative electro-pop ou dream-pop, « Entity » est surtout un étrange mix entre soul, hip-hop, r’n’b, electro : une hybridité qui fait toute la singularité d’Oscar and the Wolf. La plupart des chansons de la tracklist sont à la fois célestes, sensuelles, sombres, et fougueuses. La voix chaude de l’artiste, violemment mélancolique, est aussi torturée qu’apaisante, chantant un éternel et insatiable désir. Ce cocktail perturbant (dans le bon sens du terme) confère au tout une intensité et une profondeur rare !

Max Colombie met tout autant de cet état entre rêve et fièvre dans son univers visuel. Son esthétique baigne dans une ambiance saturnienne flamboyante, produisant une imagerie sensible et complexe. Assurés en compagnie d’Ozan Bozdag (clavier), Claudio Arduini (batterie) et Jasper Bullynck (guitare), les shows d’Oscar and The Wolf sont, quant à eux, festifs, transportant le public dans un voyage hors du temps et hors du monde. La sensation n’en est qu’intensifiée par les mouvements sensuels de Max Colombie, son style vestimentaire unique, sa présence scénique radiante et son aura naturelle.

A l’été 2016, lorsque Max Colombie travaille sur l’écriture de son second album, il fait patienter les fans en offrant « The Game » aux sonorités plus urbaines et plus sombres. Le single apparaît comme une expérimentation, une intervalle dans le parcours de l’artiste et lui aura permis d’ajouter un énième clip incendiaire à sa brillante vidéographie.

En juin 2017, Max Colombie commence la promotion de son second et tant attendu album nommé « Infinity » , en dévoilant le morceau « So Real ». Tout en gardant la touche nébuleuse si propre à Oscar and the Wolf, ce nouveau single se démarque d’« Entity » avec un rythme encore plus lourd, le rendant plus envoûtant, obsédant, futuriste et sensuel que jamais. Le titre est suivi d’un second plus nostalgique et dansant : « Breathing », que Max Colombie aime à définir comme une « célébration de la tristesse ». Le clip, lui, est à couper le souffle !

Les nouvelles compositions d’Oscar and the Wolf promettent donc d’être très variées ! Son nouvel album sera une «éclectique compilation de chansons » qui puise sa source dans le « drama », de la même manière qu’Entity résultait de peines de cœur. La création émerge donc une fois encore de la douleur et du désir. On peut d’ores et déjà dire que pour « Infinity », Max Colombie continue d’être guidé par son coeur et ses états d’âme dans une démarche sensible et sincère.

Oscar and the Wolf a débuté la promotion d’ « Infinity » en se produisant sur les scènes des meilleurs festivals européens, tels que Rock Werchter, Tomorrowland ou encore le Lollapalooza Paris avant d’entamer une tournée à l’automne. Il sera d’ailleurs de passage par Paris le 16 Novembre prochain au YOYO (et ce sera sans doute la dernière occasion de le voir se produire dans une salle intimiste en France).

Dans « Princes », issu de son précédent opus, Max Colombie chantait « Run for the gold, Run for the money, Run for the infinity». Il n’est plus temps de partir à la quête de l’infini, car « Infinity » -l’album- arrive le 29 Septembre !

Le second opus d’Oscar and the Wolf est disponible en précommande.

par Laure et Anastasia Bensoussan