Avec « Dua Lipa », la sensation pop britannique traduit nombre de ses facettes en musique !

Cela fait maintenant un an et demi que nous suivons chaque pas de l’ascension phénoménale de Dua Lipa… A peine faisait elle des vagues avec son single « Be The One » que nous pressentions (et nous n’étions pas les seuls) qu’elle secouerait le monde de la pop ! Et c’est chose faite. Titre après titre, la jeune londonienne aux origines albanaises a livré de petites bombes musicales, à l’assurance non dissimulée. Une fois de plus, on enlèvera pas à la radio anglaise BBC qu’elle a eu le nez fin en classant Dua Lipa dans sa « BBC Music Sound of 2016 list. » Depuis lors, la voix profonde et l’univers coloré ultra léché de Dua Lipa ont fait mouche à chaque fois. Les médias se la disputent et ses pairs également… Rien que cette année, la britannique de 21 ans a été invitée par Sean Paul à collaborer sur le hit « No Lies » et par Martin Garrix sur son « Scared To Be Lonely » aux synthés incendiaires.

Ce succès a valu à Dua Lipa d’agrandir sa fanbase un peu plus à chaque nouveau morceau paru et au jour de la sortie de son premier album, la fébrilité est à son maximum. La date de parution de l’opus a déjà été repoussée à plusieurs reprises mais il est aujourd’hui officiellement dans les bacs. L’album est-il à la hauteur de la constellations de très bons singles que Dua Lipa nous a servi jusque là ? Ou la recette s’essouffle-t-elle face au long format ? On The Move vous répond !

Blow_Your_Mind_(Mwah)_(Official_Single_Cover)_by_Dua_Lipa

Dua Lipa a expliqué avoir retardé la sortie de son premier disque pour y ajouter des titres supplémentaires et servir l’opus dont elle serait la plus fière. Une chose est sûre, elle n’a pas menti puisque avec 17 chansons, l’album « Dua Lipa » est un beau morceau pour une première.

L’entrée en matière se fait par « Genesis », calme envolée pop teintée de vulnérabilité. Les deux premières minutes nous laissent un peu songeurs lorsque l’on connait l’ardeur de la plupart des titres déjà dévoilés par la britannique. Cependant, un twist langoureux, aux lointains accents reggae, rompt la relative monotonie du morceau pour nous rappeler que l’artiste en a bien sous le pied et que fadeur n’est pas Dua Lipa !

Dès le second titre, la britannique sort l’une des armes de cet opus : l’unique featuring (annoncé) de la tracklist. Avec Miguel, pointure du R’n’B américain, Dua Lipa trouve un partenaire vocal à sa mesure sur « Lost In Your Light ». La mélodie parait elle héritée des années 80. Si ce second texte joue encore la carte du sentimental en évoquant le besoin de l’autre, les incendiaires « Hotter Than Hell » et « Blow Your Mind (Mwah) » arrivent bien vite, illustrant la nature libre et délicatement provocatrice de Dua Lipa… et on ne vous cache pas que c’est la casquette qu’on lui préfère ! « IDGAF » entérine le message : « ‘Cause if you think I care about you now / Well, boy, I don’t give a fuck ».

Entre temps, l’incontournable « Be The One », et seule chanson dont les paroles n’ont pas du tout été écrites par l’interprète, s’est fait sa place dans la tracklist de ce premier album.

Sur « No Goodbyes », Dua Lipa s’attendrit. Tandis que les couplets sont interprétés avec clarté et intensité, le refrain est lui tenté de sonorités entre l’urban et l’électronique. Sans doute le titre le plus contrasté jusque là et un des hauts de la tracklist !

Après l’interlude épurée et saccadée de « Thinking ‘Bout You », « New Rules » est un autre hybride dont le brassage d’influences -de l’EDM au hip-hop en passant par des sonorités orientales- surprend, voir perturbe dans le bon sens du terme. « Homesick » est, quant à lui, l’atout émotion de l’album avec son piano-voix sensible relevé par une voix masculine enveloppante. Mais à y tendre l’oreille, on connaît en fait très bien cette voix « anonyme » : il s’agit de Chris Martin, leader du groupe Coldplay. Un invité mystère de choix pour Dua Lipa ! On salue la sobriété avec laquelle cette collaboration est amenée, sans publicité, lorsque que d’autres auraient érigé Martin en étendard promotionnel de leur album.

« Dreams » est une bombe dansante dans la lignée des singles qui ont fait grimper la notoriété de Dua Lipa en flèche. Jusqu’à la fin de l’opus, le roller-coaster d’ambiances, de messages et d’émotions continue. Sur « Room For 2 », Dua Lipa se fait plus suave que jamais pour s’effacer ensuite au profit de la mélodie planante de « New Love ».

Dernière page d’un voyage d’une grande diversité, « Last Dance », au titre évocateur, clôture l’album sur une note connue. Le single, parmi les premiers de Dua Lipa, n’a pas perdu de sa superbe et reste l’un de nos favoris. Percussions et loops électro sont lancés aux bons moments pour relever une instrumentale minimale. Irrésistible et percutant… la boucle est élégamment bouclée !

La raison pour laquelle le disque est éponyme est que cet album, c’est moi. C’est la pure représentation de qui je suis en tant que personne et en tant qu’artiste.

A l’image de son premier album, Dua Lipa est donc plurielle. Sensible, sulfureuse, féministe, langoureuse, amoureuse, ténébreuse… elle est tout à la fois et a souhaité le montrer en musique. Chacun des morceaux est remarquablement efficace, certains plus audacieux que d’autres. Sur la longueur, l’album pêche sans doute un peu de ce trop plein de propositions, virevoltant entre des univers et des messages sans cesse différents. Toutefois, il serait regrettable que Dua Lipa renonce à la complexité de ses états d’âme puisqu’elle rend sa musique si flamboyante. Reste à y ajouter un soupçon de structure ! Et à 21 ans, il lui reste une vie entière pour y travailler.

Si on a eu de cesse d’appeler Dua Lipa  la « next big thing » de la pop britannique, la jeune femme n’a en tout cas plus grand chose de la « next » et tout d’une grande !

Dua Lipa écumera les scènes des festivals américains et européens cet été, avant de débuter une tournée solo qui passera le 17 Octobre 2017 par le YOYO de Paris. Immanquable donc !

Le premier album de Dua Lipa est disponible en téléchargement.