Le jeune britannique Harry Styles dévoile son premier album éponyme 

Il en aura fallu du temps avant qu’un One Direction ne se décide à sérieusement se lancer en solo avec son propre album.  Après quelques tentatives et des singles qui ont permis de prendre la température, le résultat est enfin là, et le moins que l’on puisse dire c’est que la qualité et la diversité sont au rendez-vous !

Si Louis Tomlinson à souhaité se débarrasser de son image de boyband en choisissant la voie électro avec « Just Hold On » en featuring avec Steve Aoki, Niall Horan nous avait, lui, présenté un style tout autre. Avec « This Town » en septembre dernier, c’est un style pop-acoustique irrésistible que l’on découvrait mais l’irlandais a tout de même réussi à nous surprendre avec « Slow Hands », un morceau sexy aux sonorités folk lointaines. 

Et au vu du teasing de Liam Payne en ce qui concerne son premier single « Strip That Down », il y a fort à parier que le RnB viendra s’ajouter à la liste des virages musicaux empruntés par les quatre jeunes garçons.

En tout cas, Harry Styles semble bien décidé à se forger une nouvelle image des plus surprenantes. Look, performances lives, style, nouvelles sonorités, tous les éléments sont réunis pour faire d’Harry une véritable rock star, qui n’est d’ailleurs pas sans nous rappeler la légende du rock, Mick Jagger, au même âge. Souhaitons au jeune britannique la même carrière que son aîné !

Avec « Harry Styles », le chanteur de 23 ans nous propose une collection de ses inspirations et une introspection en douceur de sa vie et de ses émotions. 10 titres et autant de sonorités diverses et variés, montrant toute l’étendue du talent d’Harry Styles. 

harry

L’album s’ouvre avec « Meet Me In the Hallway », un morceau intimiste. A demi-mot, presque comme un murmure, Harry Styles nous invite à le rejoindre dans son univers baigné d’une ambiance feutrée avant de laisser son ressentiment s’exprimer. Comme un appel au secours, Harry supplie l’être aimé de lui revenir quand il chante « I walked the streets all day / Running with the fears / Cause you left me in the hallway  / (Give me some more) /Just take the pain away ». Une très bonne entrée en matière et qui a de quoi annoncer la couleur de cet album.

Avec « Sign Of The Times », le britannique a frappé fort. Comme un mélange entre un hit de Lana Del Rey et un titre de David Bowie, le morceau s’ouvre sur quelques notes de piano avant de véritablement laisser place à toute la capacité vocale du chanteur. Un titre mature et personnel où se mêlent aisément les rythmes de guitares aux sonorités rock assumées. Un premier single pour lequel un clip aérien sur fond de paysage d’Ecosse avait vu le jour.

Sur « Carolina », pas de doute, la tendance old school est bien présente. Grâce à des sonorités vintages associées à un rythme endiablé, le titre nous transporte directement au cœur des années 90’s et de l’ambiance rock omniprésente. Des sonorités que l’on retrouve facilement tout au long de l’album et notamment sur « Only Angel ». Ne vous laissez pas méprendre par l’aspect aérien, aux allures d’interlude du titre, le rock reprend rapidement le dessus à coup de riffs de guitares habités et fait place à un Harry particulièrement en forme. Oui, l’héritier de Mick Jagger est bel est bien là !

Changement de rythme avec « Two Ghosts ». Avec ce morceau, Harry Styles joue à fond la carte de la mélancolie « We’re not who we used to be / We’re not who we used to be / We’re just two ghosts standing in the place of you and me / Trying to remember how it feels to have a heartbeat ». Rempli de regrets, le chanteur choisit la simplicité pour illustrer ces paroles et ce thème. On note la présence d’une guitare, qui prend le devant de la scène lors d’un solo particulièrement délicieux et d’un battement régulier qui nous berce tranquillement.

On continue dans la douceur avec « Sweet Creature », un morceau plus accessible car plus proche de l’univers des One Direction. Simplement accompagné d’une guitare acoustique, la voix suave d’Harry semble libérée sur cette ballade romantique, un brin mélancolique. Qu’on se le dise, le britannique est prêt à faire chavirer les cœurs en puisant une fois de plus dans le registre de l’amour et en jouant sur les émotions.

Une tendance folk romantique que l’on retrouve sur un autre titre de l’album, « Ever Since New York ». Sur cet enregistrement, Harry nous parle d’un amour distendu, sur le point d’être perdu. Perturbé par ses sentiments, on retrouve une nouvelle fois l’ambiance intimiste, l’esprit vintage et l’univers inspiré des années 80-90.

On retrouve le rock pur avec « Kiwi », un titre pour le moins déjanté ! Si l’on trouvait que « Where Do Broken Hearts Go » et « Little Black Dress » sonnaient déjà très rock dans l’univers des One Direction, nous n’avions encore rien vu ! Ce morceau plein de reliefs qui nous en met plein la vue et les oreilles grâce à l’effusion de sons et d’instrument. La guitare succède à la batterie qui fait elle même place à la voix parfaitement placée du chanteur. On aime et on en redemande sans modération !

« Woman » est quant à lui un titre beaucoup plus chill. Tapissé de lointaines sonorités de jazz et de rock, l’avant dernier morceau de l’album bénéficie d’un rythme pour le moins… relaxant. Lancinant et chaloupé, le morceau bénéficie aisément d’une ambiance groovy, teinté de funk qui nous transporte au sein d’un vieux club rock du siècle dernier.

Dépouillé et d’une simplicité rare, « From The Dining Table » est la parfaite piste pour refermer en douceur cet album éponyme. Dans la veine d’un titre de The Smith ou encore du titre phare de Simon and Garfunkel « Sound Of Silence », Harry s’accompagne simplement d’un air de guitare. A mi-chemin, Harry nous bluffe en faisant preuve d’une démonstration vocale qui, comme ça, n’a pourtant l’air de rien. Fermez les yeux, et laissez vous tenter par ce dernier extrait.

En définitive, Harry Styles nous offre ici un album riche en sonorités plein de reliefs. Il est maintenant loin le temps de la pop édulcorée, place au rock baigné de groove et de funk ! Avec son style éclectique, le britannique nous montre ici l’étendue de son talent et de sa capacité vocale avec des titres aussi diversifiés qu’étonnants. Un aspect intéressant que le chanteur s’était bien gardé de dévoiler auparavant.

En attendant de savoir si ses anciens acolytes feront mieux, on se régale de ce premier album plein de saveurs que les plus chanceux auront le plaisir de découvrir en live lors du « Harry Styles Live On Tour » qui fera un détour par Paris le 25 octobre prochain.

« Harry Styles » est désormais disponible sur iTunes et sur Spotify.