Rencontre avec la super-star latine Luis Fonsi, auteur-interprète du hit « Despacito » !

Si son nom ne vous dit rien, vous connaissez forcément son dernier single. « Despacito » est, depuis quelques semaines, sur toutes les ondes et a embarqué le monde entier dans son ambiance délicatement caliente. Son auteur et interprète : Luis Fonsi. Bien que le single en featuring avec Daddy Yankee soit son plus gros succès international en date, ne vous méprenez pas, Luis Fonsi est loin d’être un artiste débutant. A 39 ans, le porto-ricain est l’une des stars latines les plus adulées au monde. 20 ans de carrière, 8 albums studio et des dizaines de récompenses ne lui ont pourtant rien enlevé de son authenticité et son humilité. Il y a quelques jours, Luis Fonsi s’est confié à On The Move sur sa riche carrière et l’opportunité incroyable que lui offre « Despacito »  de repartir à zéro et se réinventer. Confidences à cœur ouvert.

Copie
© Damien Paillard / On The Move

On The Move : Salut Luis ! C’est un honneur de t’avoir avec nous en France. Tu es ici pour la promotion de ton dernier single « Despacito » en featuring avec Daddy Yankee. Ce titre a déjà plusieurs records à son actif. C’est la seule chanson espagnole à avoir jamais atteint le Top 10 global de Spotify et la 3ème video à atteindre 1 milliard de vues sur Youtube. Félicitations ! « Despacito » est un véritable phénomène mais quelle histoire se cache derrière ce titre ?

Luis Fonsi : « Despacito » est mon nouveau single pour mon nouvel album. Ce titre est influencé par différents genres, je pense. Je viens davantage de la sphère pop mais cette chanson est plus rythmique. Elle a des vibes latines et urbaines. C’est une collaboration avec un superbe artiste qu’est Daddy Yankee, qui est aussi un très bon ami à moi. J’avais déjà collaboré avec lui auparavant. Et l’histoire derrière « Despacito » c’est simplement l’envie d’écrire une chanson qui pourrait mettre les gens de bonne humeur et leur donner envie de bouger, de danser. C’est une chanson sensuelle sur laquelle on peut prendre du plaisir.

On The Move : Même avant « Despacito », tu poursuivais une carrière incroyable que n’importe qui pourrait t’envier. Est-ce-que tu t’attendais à avoir encore davantage de succès avec cette nouvelle chanson ?

Luis Fonsi : En fait, je me suis toujours dit que je n’avais pas encore écrit ma meilleure chanson. Et je n’ai toujours pas enregistré mon meilleur album non plus. Tu sais, je fais ça depuis 19 ans mais je pense toujours qu’il me reste beaucoup à accomplir. Donc, est-ce-que je m’y attendais ? Non mais je dirais que j’ai travaillé pour. Je pense toujours que de meilleures choses sont à venir. Et je pense que je sortirai une chanson encore meilleure que « Despacito ». C’est la manière dont je vois les choses. Ce qui se passe avec cette chanson à l’international est évidemment une bénédiction. Donc je suis très heureux et ça me rend humble. Je suis évidemment super surpris par la réception de « Despacito » autour du monde, en Asie, en Europe, ici en France… C’est incroyable ! Mais je pense que les meilleures chansons attendent encore d’être écrites.

On The Move : Daddy Yankee participe à « Despacito ». Avant cette collaboration, tu en as mené bien d’autres avec des figures majeures de l’industrie musicale comme Christina Aguilera, Laura Pausini ou Billy Gibbons de ZZ Top. Que t’apportent ces collaborations en termes musicaux et personnels ? 

Luis Fonsi : Collaborer avec d’autres artistes te fait sortir de ta zone de confort. Cela t’oblige à partager, faire des compromis et mêler des styles différents, selon les personnes avec lesquelles tu collabores. J’ai toujours adoré collaborer avec d’autres, dès les débuts de ma carrière. J’ai été assez chanceux pour travailler avec des artistes incroyables comme Christina Aguilera, Afrojack, Laura Pausini… Vraiment des artistes géniaux, et Daddy Yankee, lui, est si puissant dans ce qu’il délivre. Il a ce rythme particulier et il apporte quelque chose de différent au morceau, qui en avait définitivement besoin.

On The Move : Tu es une star immense de la musique latine et est sur le devant de la scène depuis 19 ans. Pourtant, tu n’étais pas encore très exposé en Europe avant « Despacito ». Comment gères-tu cette carrière à différentes vitesses ? 

Luis Fonsi : Oui, évidemment, il y a différents côtés à chaque chose. Mais je vois ça de manière très rafraîchissante parce-qu’en Amérique Latine, aux USA, en Espagne, le public me connaît depuis presque 20 ans. Ils m’ont vu grandir, ont entendu énormément de chansons, vu différents shows etc. Mais ici, je recommence tout, comme au premier jour d’école. Et c’est rafraîchissant d’être capable de rencontrer une nouvelle audience, et qu’elle apprenne à me connaître. Ça me fait garder les pieds sur terre. Je reste humble et je continue de travailler dur. Et j’adore le fait que l’on me donne cette nouvelle opportunité de repartir à zéro dans des endroits aussi beaux, comme ici en France.

On The Move : Jusqu’à aujourd’hui, tu as réussi à bâtir une carrière à l’international en chantant en Espagnol. Pourtant, ça aurait été simple pour toi qui a vécu aux USA de choisir l’Anglais pour toucher une audience plus large. Pourquoi as-tu choisi de t’en tenir à ta langue maternelle ? 

Luis Fonsi : C’est une décision que j’ai prise dès mon premier album. Je vivais déjà aux Etats-Unis et je parlais Anglais. Il a eu un moment où je me suis dit « Hum, est-ce-que je devrais enregistrer mon premier album en Anglais ? En Espagnol ? Les deux ? » Mais tu sais, mon coeur a toujours été très attaché à mes racines porto-ricaines. Et je pense que comme langue, l’Espagnol est tellement plus romantique que l’Anglais. Sans vouloir manquer de respect à la langue anglaise ! (rires) En tant qu’auteur, c’est juste plus simple pour moi de m’exprimer en Espagnol. J’ai davantage de vocabulaire, plus de choses à exprimer, plus de pouvoir à donner aux paroles. Même si j’espère être capable de faire les deux. Tu sais, évidemment, je veux pouvoir grandir et peut-être même enregistrer des choses en différentes langues. Par exemple, pour « Despacito », je m’apprête à enregistrer une version en Portugais. On va faire différentes propositions de cette chanson. Il y en a déjà une en Anglais qui existe. Donc, on verra où ça nous mène.

On The Move : Tu as déjà enregistré 8 albums et prépare ton prochain. Beaucoup de tes chansons sont devenues des hits. Est-ce-qu’avec le temps et l’expérience, tu as bâti un processus de création particulier ou est-ce-que chaque disque est une aventure différente ?

Luis Fonsi : Tu sais, avec le temps, tu crées une sorte du process. Tu commences d’une certaine façon, fais les choses dans un certain ordre. Il y a des gens avec qui j’écris de manière régulière, des producteurs que je rencontre toujours mais les choses changent aussi, de nouvelles aventures commencent et ce sont celles qui généralement font ressortir quelque chose de différent en toi. J’ai commencé à travailler sur l’album à venir il y a deux ans et demi. J’ai écris beaucoup de chansons mais ce n’est pas avant d’avoir rencontré les bonnes personnes, les bons producteurs que j’ai véritablement trouvé mon son et que les meilleurs titres sont apparus.

On The Move : A travers toutes ces étapes, ces nombreuses années à chanter, enregistrer, te produire sur scène, quelle est la plus importante leçon que tu aies apprise ?

Luis Fonsi : Simplement de ne pas avoir peur. Ne pas avoir peur de s’exprimer, de saisir les opportunités. Ne pas avoir peur d’échouer aussi. Tu vois ce que je veux dire… Si je tombes ? Ok, pas de problème, je me relèverai, je trouverai le moyen.  Parfois, on prend la vie avec tellement de pincettes, on est si attentif à ne pas faire d’erreurs qu’on finit par en faire une plus grosse. Donc, je pense que c’est la manière dont j’aborde ma carrière maintenant A plus forte raison car bien ce soit une sorte de nouveau commencement pour moi, je suis dans cette industrie depuis quasiment 20 ans. Je sais qui je suis et plus important encore, je sais qui je ne suis pas. Donc, j’ai fini par trouver ma voie, en profiter et d’un point de vue créatif, je n’ai plus peur d’expérimenter.

On The Move : Tu vas sortir ton nouvel album cette année et partir de nouveau en tournée. Qu’est ce qu’on peut attendre de ce nouveau disque et son adaptation à la scène ? 

Luis Fonsi : Dans quelques mois, je vais sortir une édition spéciale en France. Elle contiendra « Despacito » bien sûr mais ce sera aussi une sorte de best-of. Ça permettra de faire découvrir ou redécouvrir au public français ce qu’a été ma vie précédente (rires). Il sera dans les bacs très bientôt. Peut-être au mois de Juin. Et après ça, mon premier album sortira, sans doute plutôt vers le mois d’Octobre. Ce sera le fameux album sur lequel je suis en train de travailler !

On The Move : Peux-tu nous en dire plus sur cet album, en terme de sonorités ?

Luis Fonsi : Bien sûr, mon nouvel album aura un son varié. Un peu à l’image de « Despacito » et ce mix entre pop, urban, rythmes latins et dance. Il y aura beaucoup de titres dance et aussi de belles ballades. Je suis auteur-interprète donc j’aime avoir des chansons qui ont de la puissance et du sens dans les paroles. Il y aura aussi d’autres collaborations sur lesquelles nous travaillons encore. Je suis très excité ! Ça va être très spécial. Je n’ai pas peur de dire que ce sera mon meilleur album jusque là.

Luis2 - Copie
© Damien Paillard / On The Move

On The Move : Est-ce que ce son nouveau pour toi t’a donné des idées neuves pour la scène ? 

Luis Fonsi : Absolument, ça change tout car comme c’est un nouveau son pour moi, il faut faire en sorte que les anciennes chansons puissent être réinterprétées comme les nouvelles. C’est très intéressant ! Ça a été une aventure fun de trouver une cohérence aux shows. Nous commençons la tournée en Juin donc c’est un processus encore en cours mais j’ai vraiment hâte !

On The Move : Tu as vendu des millions d’exemplaires de tes albums, a remporté de nombreux prix, tu as aussi chanté pour le Pape, à la Maison Blanche ou à la cérémonie de remise du Prix Nobel. Quel est ton prochain objectif ? As-tu encore des rêves à réaliser ? 

Luis Fonsi : Oui, tu sais, la chose la plus importante pour moi est de m’amuser. J’ai eu la chance immense de chanter à des événements très spéciaux, comme devant le Président ou le Pape. Mais je pense qu’à un niveau personnel, je veux juste continuer à m’amuser et à découvrir de nouveaux pays. Beaucoup de nouvelles portes s’ouvrent avec « Despacito » et c’est incroyable, par exemple, de pouvoir aller pour la première fois dans des endroits aussi géniaux que Paris. Nous avons voyagé en Europe, on est passés par Zurich, par Rome. On ira à Amsterdam la semaine prochaine. On prévoit de voyager au Japon. Je pars à la découverte de nouvelles cultures et de nouvelles références et ça ne va que me faire grandir encore, en tant que personne et artiste. C’est vraiment ce que je recherche !

On The Move : Tu as une immense communauté de fans qui te soutiennent. Pourtant, tu essaies de rester proche d’eux en les intégrant dans des prochains collaboratifs, comme des vidéos où ils peuvent chanter ou danser ensemble sur « Despacito ». Rien de tout cela ne serait possible sans Internet et les réseaux sociaux. Qu’est ce que ça a changé dans ta carrière ces dernières années et quelle utilisation tu en fais ?

Luis Fonsi : J’aime le fait que les réseaux sociaux ait changé à ce point le jeu, le fait qu’on puisse communiquer avec le monde en un clic. C’est super puissant. Tu sais, nous avons beaucoup de pouvoir dans nos mains, nos téléphones. Et je pense juste que rester proche du public, c’est très sain et très important. J’aime suivre les gens que j’admire, les journaux, les sportifs… Je regarde constamment ce qu’il se passe dans l’actualité. Donc je pense que c’est bien, du point de vue d’un artiste, d’être proche de mes fans. Tout particulièrement pour les fans nouveaux que j’apprends à connaître. Ils peuvent voir la personne derrière les chansons, sans filtres. C’est juste très naturel et réel. Et j’aime cette authenticité. Tu sais, je suis juste un mec normal, un peu ringard (rires) Tu vois ce que je veux dire. Je veux que les gens voient ça ! Et les réseaux sociaux ouvrent ce rideau qui parfois, dans le passé, était fermé car on voulait garder la magie. Mais je ne pense pas que les gens recherchent encore cette magie. Ils veulent juste que les choses soient transparentes et honnêtes.

On The Move : On sait que tu es coach dans l’émission The Voice Chili. Pour finir, quel conseil donnerais-tu à un jeune artiste qui veut percer dans la musique ?

Luis Fonsi : Encore une fois, ne pas avoir peur de foncer ! Ne jamais abandonner. C’est un business dur et exigeant, comme n’importe quel autre business. Mais ce n’est pas impossible. De nos jours, avec les réseaux sociaux justement et toutes ces plateformes, ils peuvent être entendus. Ils devraient en tirer le meilleur parti. Et surtout suivre leur propre voie…. C’est mon plus grand conseil. Ne pas essayer de ressembler à qui que ce soit, d’imiter un autre artiste. Ne pas refaire ce qui a déjà été fait. Je leur conseillerai de faire ce en quoi ils croient pour qu’à la fin de la journée, au moment de se coucher, ils soient fiers de ce qu’ils ont accompli !

« Despacito » est toujours disponible en téléchargement et son remix avec Justin Bieber fait actuellement des vagues dans les charts du monde entier et est dipo en téléchargement ici