Après des mois d’attente, le nouvel album du britannique Ed Sheeran est enfin là !

Ça y est le 3 mars est arrivé, une date attendue de pied ferme par des millions de fans à travers la planète car elle correspond au retour du plus british des chanteurs, Ed Sheeran. En effet, après des mois d’absence l’artiste nous avait fait le plaisir de revenir avec pas un, mais bien deux titres exclusifs en début d’année.

Et si « + » et « X », ses précédents albums avaient su ravir les fans par leur qualité et leur diversité, les deux opus nous avaient également apporté de véritables tubes en la présence de « Thinking Out Loud », « Sing » ou encore « Give Me love ». Il y a fort à parier qu’Ed est sur le point de réitérer l’exploit de mettre tout le monde d’accord avec « Divide (÷) ». 

En véritable maître du teasing, Ed Sheeran aura su mettre nos nerfs à rude épreuve en dévoilant au compte gouttes des titres surprises, extraits du nouvel album. Des morceaux laissant présager une ambiance éclectique et électrique où se côtoient aussi bien des sonorités pop que des rythmes plus hip-hop et chaloupés.

Composé de 16 titres, ce troisième opus nous propose un voyage musical des plus diversifiés et travaillés. Audacieux sur certains morceaux, plus classique sur d’autres, Ed Sheeran montre ici l’étendu de son talent et explore de nouveaux horizons musicaux. Pari réussi pour le britannique ? On vous en dit plus…

ed-sheeran-divide-album-cover-2017-march-1484221917

L’album s’ouvre sur un titre des plus surprenants. Dans la veine de « The Man » paru sur le précédent opus, « Eraser », bien que moins acoustique, est une parfaite entrée en matière dans l’univers du chanteur. Même si l’on connaissait déjà son amour pour le hip-hop, le britannique nous prend de cours en rappant sur ce titre diablement efficace où doux refrains pop et couplets au flow irrésistible se côtoient dans une harmonie parfaite.

L’écoute se poursuit avec un titre que l’on connait déjà, « Castle On The Hill » mais dont on ne se lasse pas si facilement. Comme un hymne à sa ville natale, le morceau est délicieusement mélodieux et nous offre des rythmes de guitares endiablés, entêtants et inspirés de ses racines britanniques mais également irlandaises que l’on peut retrouver sur deux autres titres de l’album. Une pointe de nostalgie de la part de notre britannique préféré ?

On se trouverait presque à danser sur les rythmes folkloriques de « Galway Girl » teintés de sonorités hip-hop, ou encore de « Nancy Mulligan ». Ed Sheeran nous parle de ses origines, lui qui est né de parents anglais et irlandais, et on se plait à joyeusement suivre le rythme des instruments acoustiques et d’un violon plus traditionnel, qui trouvent ici parfaitement leurs places. Deux titres prouvant une fois de plus l’habilité du chanteur à jongler entre les genres et qui annoncent particulièrement la couleur pour cet album des plus diversifiés !

Changement d’ambiance avec le prochain titre de l’album, « Dive ». Romantique à souhait, Ed Sheeran n’a plus à faire ses preuves de ce côté mais nous offre tout de même un titre rythmique, à la limite du sensuel. Sur un refrain libérateur, le chanteur nous parle à cœur ouvert de ses sentiments et nous fait part de ses doutes concernant ses relations lorsqu’il chante : « So don’t call me baby / Unless you mean it / Don’t tell me you need me / If you don’t believe it / So let me know the truth /Before I dive right into you. ». Entouré de quelques chœurs, Ed nous délivre en fin d’enregistrement une performance vocale des plus impressionnantes et poignantes.

Retour en terrain conquis avec le quatrième extrait de l’opus, « Shape Of You ». Sur une mélodie chaleureuse et chaloupée, la séduction est de mise pour le britannique qui ne dissimule plus ses inspirations hip-hop qu’il injecte directement dans des titres pop à l’allure intimiste.

Si l’artiste lui-même a dit être amoureux et très inspiré par cette relation, en grand lover, Ed Sheeran excelle une fois de plus dans la production de ballades romantiques. Si « Thinking Out Loud » et « Tenerife Sea » ont contribué à bâtir son succès, il n’y a pas de doute que « Perfect » viendra consolider cette réputation. Sincère et pleins d’émotions, on se laisse doucement bercer par le battement régulier et la voix parfaitement placée du chanteur tout au long du titre qui bénéficie d’une légère montée en puissance.

On retrouve ainsi la même sonorité mais une tout autre ambiance sur « Happier ». Ne vous fiez pas à son titre, le morceau n’a « d’happy » que ce dernier. En effet, si pour Ed l’amour mérite d’être célébré, les ruptures ne sont pas pour autant en reste. « ‘Cause baby you look happier, you do / My friends told me one day I’ll feel it too / And until then I’ll smile to hide the truth / But I know I was happier with you », chante-t-il sur ce morceau empreint de nostalgie. L’instrumental et la guitare, qui a toujours une place prépondérante dans les morceaux du britannique, installent une ambiance intimiste avant qu’il ne laisse exploser son ressentiments et ses regrets sur un refrain qui ne tardera pas à remuer vos émotions.

En très bon storyteller et songwriter, les textes du chanteur sont toujours inspirés de ses expériences personnelles. Sur « New Man », Ed réchauffe l’ambiance et nous redonne du baume au cœur toujours accompagné de sa fidèle guitare. Un titre qui n’est pas sans nous rappeler un autre morceau issu de « X » par son rythme et sa mélodie enlevée : « Don’t ». Une chanson qui a des airs de revanche de la part du britannique ? On adhère et on en redemande !

Retour à une ambiance plus légère avec la douce ballade « Hearts Don »t Break Around Here »encore une fois Ed nous parle d’amour avant de montrer une facette plus naïve sur « What Do I Know? ». On se laisse facilement convaincre par cette chanson joyeuse et entraînante. Simple dans sa composition, le chanteur nous propose ici un titre acoustique où sa voix est simplement accompagnée d’une rythme régulier de guitare. Une fois de plus, le britannique jongle et s’amuse avec les sonorités aussi bien que les univers dans lesquels il nous transporte : de l’ado naïf à l’amoureux transit en passant par le garçon au coeur brisé, il nous offre ici une palette joliment agrémentée de personnages et d »histoires diverses.

Avec « How Would You Feel (pean) », Ed traite des prémices de l’amour sur un rythme empreint de mélancolie et une guitare comme venue tout droit des années 80. Mais c’est véritablement « Supermarket Flower » qui marque le point d’orgue de cet opus. A l’image de son interprète, la ballade se montre délicate, sans fioriture, un simple arrangement piano-voix qui vous bouleverse et vous emporte. En hommage à sa grand-mère, le titre utilise la métaphore de l’ange pour la représenter. Écrite du point de vue de sa mère, les paroles se concentrent sur l’aspect positif et l’impact laissé suite au décès d’un être cher :

 « Ma grand-mère était gravement malade à l’époque où j’enregistrais l’album et elle est décédée quelques temps avant que je ne le boucle. Mon grand-père m’a convaincu de lui écrire une chanson et de la faire figurer sur l’opus. C’était important pour moi de me rappeler les bons moments et de ne pas me focaliser sur la perte et les derniers instants. »

L’invitation au voyage refait surface avec « Barcelona », un titre ultra rythmé qui nous gagne et nous donne envie de danser. Petite surprise, le british s’essaye même à quelques mots d’espagnol sur des airs festifs et des envolés de guitares que l’on retrouve également sur le morceau suivant « Bibia Be Ye Ye ». Des airs tropicaux et estivaux qui nous font du bien et nous donne envie de suivre le chanteur dans cette ambiance joyeuse et cadencée. Qu’on aime ou qu’on déteste, cette deuxième partie d’album est terriblement expérimentale et audacieuse, mais possède un certain côté addictif qui nous accroche dès les premières notes !

Juste avant de refermer ce troisième opus, on retrouve une note plus classique et mélancolique avec « Save Myself« . Un piano, une voix, un violon, voila ce qui compose ce titre sur lequel Ed Sheeran exprime une certaine détresse et ses doutes :  lui qui a toujours tout fait pour les autres souhaiterait aujourd’hui s’occuper de lui. Une chanson autobiographique ? Cela reste à confirmer…

A travers 16 titres, Ed nous parle d’amour, de rupture, de ses origines et ose prendre des risques. Une chose est sûre, son talent est indéniable : impossible de ne pas succomber à la voix du britannique, sa maîtrise et ses brisures. Compositeur de génie, on retrouve ici un album pleins de reliefs où divers sentiers se rejoignent pour créer des propositions plus osées et qui donnent un bon coup de fouet à la pop du chanteur !

Si le thème de l’amour est quelque chose d’universel et de surexploité par les artistes d’aujourd’hui, Ed Sheeran se permet de transformer la matière pour lui donner une dimension particulière, et la rendre sympathique et à la portée de tous et reste maître dans l’art de mettre des mots sur les sentiments.

« Divide » est disponible en téléchargement sur iTunes, sur les plateformes streaming ou en physique.