La chanteuse américaine Maggie Rogers est prête à nous enchanter de sa voix limpide 

Elle n’a pas encore d’album à son actif et pourtant Maggie Rogers fait déjà partie de nos voix favorites de cette année 2017. Suivant les pas de Dua Lipa, Jorja Smith et son titre « Blue Lights » et d’autres représentantes de la pop féminine, la jeune chanteuse de 22 ans est d’ores et déjà prête à nous embarquer dans son univers mature et singulier.

Si le monde de la musique peut ne pas se trouver tendre mais plutôt impitoyable, Maggie représente la prochaine génération d’artistes féminines, un brin rebelles et prêtes à tout pour faire entendre leurs voix et leurs idées. Que cela plaise ou non, la jeune femme est aujourd’hui en train de se tracer un chemin vers le succès à coup de morceaux aériens et légers. Peu importe le nombre de clics ou le degré de notoriété, Maggie est, à seulement 22, déjà reconnue par les plus grands.

Il n’aura fallu qu’un morceau à l’américaine pour convaincre et émouvoir aux larmes l’un des producteurs de musique les plus importants de sa génération. Encore étudiante dans une école de musique, Maggie participe en 2016 à une masterclass dirigée par Pharrell Williams et présente alors son titre « Alaska ». En quelques minutes, le chanteur a qui l’on doit le tube « Happy » est touché par l’émotion transmit par le morceau de Maggie sur lequel il ne tarit pas d’éloges dès la fin de l’écoute :

« Wow, je n’ai rien à ajouter à cela parce que tu fais ton propre truc (…) Je peux entendre toute ton histoire, tout le chemin que tu as parcouru dans ta musique. Je n’ai jamais entendu quelqu’un chanter comme toi, je n’ai jamais rien entendu de semblable… C’est une drogue pour moi. »

Approuvé par la presse américaine et étrangère, le titre reçoit pas moins de 2 millions d’écoutes, seulement une semaine après le coup de cœur en direct de Pharrell Williams. De quoi ouvrir les portes à une artiste qui vole déjà de ses propres ailes.

Maggie-Rogers-081116-Emma-Swann_29

En février dernier, la jeune femme réitère l’exploit en publiant « Now That The Light Is Fading », un premier EP de cinq titres dans la veine du précédent extrait « Alaska ». Comme une collection de différentes inspirations, tour à tour l’EP nous donne envie de danser avec des titres comme « Dog Years » à la pop-folk teintée de sonorités éléctro et d’autres plus planants comme le morceau d’ouverture « Color Song » qui fait la part belle à la douce voix cristalline de Maggie Rogers.

En véritable bourreau de travail, la jeune demoiselle ne se laisse pas griser par le succès. Malgré son jeune âge, Maggie bénéficie déjà d’une connexion particulière à la musique et sait parfaitement ce qu’elle veut en terme de direction musicale. Atteinte de synesthésie, elle dispose également d’une créativité particulièrement développé qui se ressent dans les visuels qui accompagnent ses titres.

« J’ai toujours eu cette fibre artistique et j’essaye de l’incorporer dans mes visuels. Lorsque je me sens dans l’impasse en studio, je prends le temps de me poser et d’organiser mes pensées en les traduisant grâce à des dessins ou des couleurs. Avec cette palette, je visualise exactement où je veux aller et quelles teintes je veux donner à ma musique. Je pourrais presque l’entendre !« 

Forte de sa fibre folk que l’on ressent encore aujourd’hui dans ses titres, Maggie Rogers est également une artiste engagée, dans la veine de Bob Dylan. Une sensibilité que l’on retrouve dans les textes de ses chansons : selon elle, tout ce qui la passionne mérite d’être retranscrit en chanson. Un garçon, un musée, ou même une élection présidentielle en demi-teinte, la jeune fille affirme ses idées et hausse le ton. Dans un monde essentiellement masculin, Maggie estime qu’il est tout aussi important qu’une femme soit l’égale de l’homme, et qu’il est nécessaire de s’écouter les uns les autres et de se donner de l’espace. De belles paroles pour une artiste si jeune.

« Parfois j’ai l’impression que je dois défendre mon travail plus qu’un autre. Certains ne croient pas que c’est moi qui ai créé ou produit telle musique. Ou alors on me pose plus de questions, comme si je devais prouver quelque chose. Je pourrais répondre à ces questions, mais je ne devrais pas avoir à le faire »

Un discours que l’on retrouve lors des prestations live de la chanteuse mais également dans ses clips vidéos où Maggie est souvent représentée dans des mises en scène soignées et bien pensées mettant en lumière une diversité qui tient particulièrement à cœur à la chanteuse de 22 ans.

Nous sommes donc prévenus, Maggie Rogers est LA voix féminine qui va faire du bruit en 2017 et qui ne tardera surement pas à vous murmurer à l’oreille.

« Now That The Light Is Fading » est disponible dès à présent sur iTunes.