Rencontre avec James Maslow à l’occasion de la sortie de son premier album « How I Like It »

Souvenez-vous de la série Big Time Rush et du quatuor musical du même nom. Composé de Kendall Schmidt que nous avons rencontré récemment, Logan Henderson, Carlos Pena et James Maslow, le boysband a fait un carton pendant plusieurs années lors de la diffusion de la série du Nickelodeon.

Alors que la série s’est terminée il y a quelques années, les membres du groupe ont chacun continué des projets en solo pour le plus grand plaisir des fans. Après que Kendall nous ait présenté Heffron Drive, c’est à James Maslow de débarquer à Paris pour sa première tournée en tant que soliste qui fait suite à son premier album « How I Like It » disponible depuis le 3 mars. Rencontre avec l’artiste de 26 ans.

james-bello-social

 

On The Move : Salut James ! On est très heureux de t’accueillir pour la première fois à Paris ! Tu joueras ce soir aux Etoiles, qui est ton tout premier concert, pas seulement à Paris mais le tout premier de ton aventure en solo. Pas trop stressé ?

James Maslow : Salut On The Move ! Je suis aussi très content de vous voir et très excité de jouer à Paris ce soir pour mon tout premier concert. Un peu stressé c’est normal mais ça va aller je pense (rire).

• On The Move : On a pu te voir précédemment dans plusieurs projets différents que cela soit Big Time Rush, Danse Avec Les Stars où les différents films dans lesquels tu as joué. Est-ce que tout ça t’a aidé à composer ce premier album ?

James Maslow : Tout ce que j’ai fait jusqu’à maintenant je l’ai fait pour que ça m’amène jusqu’où je suis aujourd’hui. Big Time Rush, les TV shows, le groupe et même les films que j’ai fait récemment ont aidé à donner de l’exposition à ma musique et éventuellement à mes propres films. J’espère à terme pouvoir créer et produire, et avoir plus de contrôle sur ce que je fais que ça soit dans la musique ou le cinéma. C’est une chose assez rare dans l’industrie d’avoir le contrôle sur ton propre art c’est pourquoi avoir la possibilité de jouer à Paris pour la première fois et de faire cette tournée, ainsi que d’autres dans le futur est incroyablement gratifiant.

On The Move : Quand tu as commencé Big Time Rush, est-ce que ton but était de te lancer en solo après l’aventure ou bien c’est arrivé de façon naturelle ?

James Maslow : Evidemment c’était le but. J’adore les gars de Big Time Rush, j’ai adoré l’expérience et je suis tellement reconnaissant que je ne dirai jamais rien de négatif, mais je ne l’ai pas créé. On a passé un casting pour le groupe et le show auquel j’ai auditionné. De longues auditions, et répétitions pendant des années, c’était incroyable de l’avoir mais ça n’a jamais été à 100% à moi. Même si j’écrivais de la musique et on a tous contribué ce n’était pas complètement à moi, donc oui l’intention a toujours été de sortir mon propre truc et ma musique après.

• On The Move : c’est donc arrivé de façon naturelle dès que le groupe s’est séparé ?

• James Maslow : Exactement ! J’y ai toujours pensé. Nous étions tellement occupés avec le groupe lorsque nous étions ensemble. Ce qui est cool c’est que malgré que chacun pensait à plus tard se lancer dans une carrière solo, personne n’a essayé de semer la discorde dans le groupe. Ce n’était pas notre intention, ça a juste été la fin. Nous étions concentrés sur Big Time Rush mais ça fait trois ans maintenant. Depuis j’ai travaillé très dur pour trouver mon propre style et écrire de la musique donc ça m’a pris quelques années et j’ai encore des tonnes de titres qui ne seront probablement jamais dévoilés. Je voulais trouver des sujets qui me tenaient à coeur pour en parler dans mes chansons et expérimenter la vie en tant que jeune homme de 23, 24 et maintenant 26 ans, être célibataire pendant cette période, faire le tour du monde, aller en vacances avec des amis… tout ça a inspiré l’album. Ce premier album a été conçu durant les neuf derniers mois, j’y travaillais mais je voulais aussi profiter un peu avant (rire).

• On The Move : Et maintenant te voici avec ton premier album solo jouant ton tout premier concert … à Paris !

James Maslow : Et me voilà (rire) ça commence à arriver enfin et à Paris surtout !

On The Move : C’est ta première fois à Paris ?

James Maslow : C’est ma deuxième fois. J’étais à Paris il y a six ans avec des amis mais on n’est jamais vu jouer ici avec Big Time Rush donc c’est la première fois en tant qu’artiste on va dire.

James-Maslow-Photoshoot-2015-james-maslow-38758964-358-468

• On The Move : Puisque tu as pu faire les deux, que est-ce que tu as préféré dans Big Time Rush, jouer la comédie ou chanter ?

James Maslow : Les deux mais je pense que voyager à travers le monde – ce que je ne pourrais pas refaire tout de suite – a été ce que j’ai préféré. C’est vraiment unique d’avoir la possibilité de rencontrer des fans dans les différents coins du monde, avoir la possibilité de visiter de magnifiques villes comme Paris, et surtout faire ça en tant que job ! C’est une situation unique et j’ai toujours voulu avoir la possibilité de le faire et c’est probablement pourquoi je veux continuer à multiplier les concerts pour le moment.

• On The Move : Puisqu’on parle de Big Time Rush, tu es toujours en contact avec les autres membres ?

James Malsow : Oui bien sur. D’ailleurs je sais que Kendall est en tournée avec son groupe, tu l’a peut-être rencontré (rire). Il m’a envoyé un message avec plusieurs suggestions d’endroits à voir, de nourritures et tout ça. D’ailleurs il y en a plusieurs à Paris que je vais aller visiter.

• On The Move : Comment décrirais-tu le style de « How I Like It » ? 

James Maslow : J’ai demandé à beaucoup de personnes à qui ils pensent que je ressemble musicalement et personne n’a su me donner de réponse et c’est sûrement de ça dont je suis le plus fière. Je n’essaye pas d’être quelqu’un d’autre, j’ai trouvé un style authentique et j’ai trouvé une manière de chanter qui est accessible pour ma voix et qui est fun. J’ai essayé d’être unique et de copier personne, juste créer quelque chose que je trouve cool.

• On The Move : Tu as eu la pression en réalisant cet album, sachant que c’est ton premier en tant qu’artiste solo ?

•  James Maslow : C’était une expérience différente c’est sur mais je n’ai pas eu trop de pression pour l’écriture de la musique parce que je n’ai pas été voir mon management avec des idées mais plutôt avec des titres déjà faits. La pression que j’ai pu avoir venait du fait que tout reposait sur mes épaules. Lorsque j’étais dans Big Time Rush et que j’avais par exemple une idée pour une couverture d’album j’allais voir l’équipe et je leur disait « hey, regardez ça! », et le jour suivant ils revenaient avec une vingtaine d’idées et de déclinaisons parce que nous avions énormément de personnes qui travaillaient pour nous dans notre label. Maintenant si j’ai une idée que je donne à mon management ils me diront « super ! Dis nous quand c’est prêt » (rire) c’est une autre façon de fonctionner parce que je dois tout créer. C’est ce qui me rend aussi fière parce que chaque photo, chaque note, chaque mot de cet album est à moi et a été imaginé par moi. J’ai eu de l’aide sur quelques titres avec des co-compositeurs et producteurs mais il y a 99% à moi.

• On The Move : A quoi tes fans peuvent-ils s’attendre de la tournée ?

James Maslow  : Je veux juste que tout le monde puisse s’amuser à chanter et danser. Toutes les chansons ne sont pas dansantes mais j’espère que le public répondra même lors des chansons plus mélancoliques. Je pense qu’ils le feront, surtout dans les petites salles qui sont plus intimes. Ils verront mon côté le plus authentique.

• On The Move : Quelle est la plus grande différence entre James de Big Time Rush et le James que j’ai en face de moi ?

James Maslow : Les deux sont une partie de moi.  James de Big Time Rush était une partie de moi mais je devais tellement faire attention à ce que je disais et faisais. Maintenant – je ne dis pas que je vais faire et dire n’importe quoi – mais je suis un célibataire de 26 ans et la vie que je mène, rencontrer des gens un peu partout, est super excitant parce que je n’ai plus rien à cacher, je ne dois plus faire attention.  Je bois de la Téquila (rire), j’adore ça et je peux même en boire avec les fans, c’est permis cette fois (rire). J’encourage les gens à s’exprimer de la façon dont ils sont parce que de mon côté j’ai dû faire ce qu’on attendait de moi mais désormais ne vous attendez pas à voir ce garçon de Nickelodeon.

• On The Move : Il y a des personnes avec qui tu aimerais collaborer dans le futur ?

James Maslow : c’est une bonne question… j’aime beaucoup Ellie Goulding. J’adore son style et elle a une voix très interessante.  Nous avons fait une chanson aussi avec Snoop Dogg il y a longtemps avec le groupe et je pense que ça serait cool de refaire quelque chose avec lui, une collaboration. En tant qu’artiste solo ça serait beaucoup plus sexy. Il a adoré la chanson que nous avions fait « Boyfriend » et il adorait la série parce qu’il avait des enfants qui étaient fan. Nous nous sommes beaucoup amusés mais je pense qu’il aimerait aussi faire quelque chose de plus dingue.

• On The Move : Tu as essayé de le contacter ?

James Maslow : Je l’ai vu à New-York mais je ne lui ai pas demandé. Je sais qu’il travaille sur de nouveaux titres donc quand le moment sera venu je lui demanderai. Ce soir c’est mon premier concert et je veux avoir un maximum d’exposition, jouer plusieurs concerts et pouvoir faire connaitre ma musique jusqu’au point où je pourrais l’appeler et lui dire « hey, j’ai cette chanson » et il dirait : « j’ai entendu ton dernier titre, j’ai adoré. J’en suis. ». C’est ce que j’aimerais à la place de demander une faveur.

On The Move : Si tu devais convaincre les gens d’écouter ta musique, que dirais-tu ?

James Maslow : Une autre bonne question ! Si vous aimez dancer et bouger, vous pouvez le faire sur mon album. Si vous aimez les chansons sur lesquelles vous pouvez vous identifier, il y en a une nommée « Who Knows » qui décrit une situation dans laquelle on est tous passé. Je dois travailler sur ce speech parce que je n’y ai pas pensé avant, j’étais trop occupé à créer des chansons (rire). Je pense que la musique parle d’elle même, je vous dirai donc d’écouter un seul titre et si vous aimez, pourquoi ne pas écouter le reste ? Peu importe la chanson, je suis fière de tous les morceaux de cet album.

• On The Move : Quel est ton morceau préféré de l’album ?

James Maslow : Question piège ? (rire). Je pense que c’est « So Bad, So Bad » qui a toujours été ma préférée. Je pense que c’est l’un des titres les plus uniques de l’album. « Addicted » est également cool et la façon dont nous l’avons mis en place pour la tournée est géniale. On a construit une sorte de set pour DJ, ça va être cool !

 

Retrouvez bientôt James Maslow dans la prochaine édition d’On The Move Mag à paraitre le 6 avril et « How I Like It » est toujours disponible sur Itunes.