Le groupe japonais One Ok Rock dévoile « Ambitions », un album des plus audacieux !

Si la scène rock internationale a l’habitude d’aller dénicher les talents dans les formations britanniques et américaines, voici un groupe qui est résolument prêt à secouer le genre et à lui donner un second souffle. Qu’on se le dise, la formation japonaise One Ok Rock, composée de Taka, Tomoya, Ryota et Toru, compte bien imposer son style punk-rock à l’intérieur de nos frontières !

Formé en 2005 par de jeunes lycéens, le groupe, qui a depuis connu quelques changement dans la composition de ses membre, a su s’inspirer de grands noms du genre comme Foo Fighters ou Blink-182 pour produire un son rock aux accents pop punk et des mélodies riches, inspirées de leurs racines japonaises.

Avec 8 albums à leur actif dont « 35xxxv », qui a bénéficié d’une réédition anglo-saxonne, les One Ok Rock ont eu le temps de faire leurs preuves face à une critique de plus en plus acquise à leur cause et n’ont pas tardé à trouver leur public, qui ne cesse aujourd’hui de s’élargir.

Porté par les puissants singles « Taking Off » et « We Are », One Ok Rock nous présente aujourd’hui « Ambitions », un album solide et diversifié. Disponible en 3 éditions, l’opus est un concentré de ce qui a bâti la réputation du groupe : du rock emmené par des guitares puissantes, des hymnes vibrants et des featurings surprenants mais rondement menés, tout est là pour nous faire adhérer au mouvement rock japonais !

ambitionsfbr

Composé de 14 titres, l’opus s’ouvre sur un premier titre « Bombs Away », introduit avec douceur par un prélude sobre et aérien inspiré des musiques du moyen-orient, qui séduira les fans les plus sceptiques. Le morceau se présente comme une bascule : on y retrouve des sonorités rock assumées et bien pensées, mêlées à des rythmes asiatiques en arrière-plan. Construit sur le même modèle, « Taking Off » est un titre accrocheur au rythme et refrain mordant qui ne tardera pas à rejoindre vos playlists favorites. Premier single issu de l’enregistrement, le titre avait servi de bande originale à « Museum », un film japonais.

L’écoute se poursuit avec « We Are », pour lequel un clip a vu le jour. A l’image du groupe, le titre se montre un brin rebelle et introduit un nouveau goût, tout en gardant un esprit rock bien trempé. Malgré une surface et une apparence lisse, le titre est plein de reliefs et nous transporte directement dans l’univers du groupe.

Place au premier featuring de cet album avec « Jaded ». Bénéficiant d’un démarrage des plus énergiques, le titre s’apparente assez facilement à ce que le groupe d’Alex Gaskarth, qui pose sa voix sur ce morceau, All Time Low, à l’habitude de produire : un titre efficace, porté par des chœurs profonds faisant monter la pression avant que les sonorités rock n’explosent une fois de plus en fin d’enregistrement.

Changement de tempo avec les prochains titres de l’album. Simplement accompagné de rythmes de guitare acoustique, « Hard To Love » marque un tournant dans la composition de l’album. Le morceau est bercé de nuances où la voix du chanteur Taka attire l’attention et met en lumière une autre facette de la formation japonaise. On retrouve la même ambiance avec « Listen » et « One way Tickets », deux titres au tempo plus dosé, permettant de marquer une pause, sans pour autant s’ennuyer au milieu des autres titres 100% rock.

Autre single paru avant la sortie d’Ambitions, « Bedroom Warfare » avait surpris les fans à sa sortie par une composition musicale radicalement différente de ce que le groupe avait proposé lors des précédents albums. La proposition est plus sage et classique, moins ancrée dans le style punk rock du groupe mais est une manière pour eux de convaincre un public plus large avec un titre plus accessible. La même ambiance s’applique à un autre titre de l’album : « American Girls ». Survitaminé, le titre est efficace, sans avoir besoin d’en faire trop. Coup de poker réussi pour le groupe !

Inscrit dans un univers pop-rock, « I Was King » n’en reste pas moins puissant. La prédominance de la batterie donne au morceau un esprit fédérateur, taillé pour les lives mais laissant transparaître une pointe de nostalgie dans ses paroles, tout comme dans le titre « Start Again » où toute la rage de Take s’exprime à travers les paroles : « I’m not always perfect / But I’m always myself / If you don’t think I’m worth it / Find someone else / I won’t say I’m sorry / For being who I am / Is the end a chance to start again ? ». 

Juste avant de refermer cet album, « Bon Voyage » explore les genres et nous accroche une dernière fois. On y retrouve cette énergie omniprésente tout au long de l’opus, et un instrumental riche et nourrit des talents des 4 membres du groupe permettant de faire place au dernier extrait des 14 titres : « Take What You Want ». En featuring avec le groupe australien 5 Seconds Of Summer, le morceau était surement l’un des plus anticipés d’Ambition. Hybride, l’enregistrement réunit ce qu’il y a de meilleures dans les deux groupes et en tire sa force. On y retrouve avec plaisir les voix de Luke Hemmings, Michael Clifford, Calum Hood et Ashton Irwin, habilement mêlées à celle du japonais. Ce titre frais met un point final à cet album très diversifié !

Une fois de plus, Taka montre toutes ses capacités vocales avec une voix polyvalente, aussi efficace dans les tons doux que dans les aiguës. Quelques peu à l’écart de la J-Rock, One Ok Rock excelle et fait ses preuves sur le marché international avec des titres originaux et un son nouveau, sans pour autant oublier les sonorités ayant conquis les fans de la première heure !

L’album est un must-have pour les fans, et une bonne découverte pour les adeptes de rock. Une chose est sûre, les quatre japonais comptent bien exploiter leur potentiel jusqu’à conquérir le monde entier !

« Ambitions » est disponible en téléchargement sur iTunes.