Rencontre avec Calum Scott, la révélation pop britannique 2016

Ancien candidat de Britain’s Got Talent en 2015, Calum Scott a réellement explosé cette année suite à la sortie officielle de sa reprise de « Dancing On My Own » par Robyn. Le chanteur britannique à la voix suave et à la sensibilité bouleversante, parfois comparé à Adele, a été l’une des révélations pop anglaises de 2016 et compte s’imposer sur la scène internationale en 2017 ! Le nouveau chouchou de l’Angleterre, dont le single est arrivé #2 dans les charts, était de passage à Paris. A cette occasion, On The Move a rencontré celui qui risque de devenir l’un des incontournables de vos playlists en 2017 ! Rencontre.

293022e100000578-3102955-image-a-81_1432930723207

Salut Calum ! C’est un grand plaisir de te rencontrer aujourd’hui et surtout bienvenue à Paris ! Commençons par parler de ton premier single. Tu as fait un carton avec ta reprise de « Dancing On My Own ». Pourquoi as-tu choisi de reprendre ce morceau lors de ton passage à Britain’s Got Talent ?

• Salut On The Move ! Merci beaucoup pour le soutien et merci d’être là aujourd’hui ! J’ai découvert la chanson un peu par hasard. Je cherchais une chanson sur laquelle je pouvais poser ma voix et ajouter quelque chose. Je voulais trouver une chanson qui puisse montrer ma voix et qui puisse être un challenge pour moi. J’ai cherché sur internet et j’ai trouvé la version au piano de « Dancing On My Own » et je me suis souvenu de l’original. C’est incroyable, j’adore Robyn. J’ai enregistré la première partie de la chanson, juste le premier couplet. J’ai invité ma mère et ma soeur à venir au studio pour l’écouter et elles se sont mises à pleurer ! Je me suis donc dit que si elles pleuraient, c’est que j’étais sur la bonne voix (rire). C’est la raison pour laquelle ça a si bien donné, je suis fière de ça.

Le single « Dancing On My Own » a fait un véritable carton déjà en Angleterre mais également en Europe. Tu t’attendais à ce genre de réactions ?

• Non, pas du tout ! Je ne pense pas que quelqu’un puisse s’attendre à ce genre de réactions venant de son premier « titre officiel ». Je me suis dit que des gens qui aimaient chercher de la musique sur internet allaient découvrir le titre, peut-être aimer et peut-être partager mais je ne m’attendais pas à cette réaction massive à grande échelle avec des millions de vues. J’étais un peu choqué pour tout te dire (rire). Grâce à ça, j’ai pu voyager à travers le monde et je me suis senti si reconnaissant et privilégié que les gens écoutent, achètent mon titre. Ça me rend heureux.

Mais c’est ce que tu voulais depuis le début, n’est-ce pas ?

Oui bien sûr ! Je suis passé de mon amour pour la musique à la possibilité de le partager avec des gens du monde entier et de pouvoir me connecter avec eux. Un rêve devenu réalité !

Tu travailles actuellement sur ton premier opus, à quoi peut-on s’attendre du premier album de Calum Scott ?

• (rire) Mon premier album va avoir plusieurs ballades et chansons tristes. J’adore ça donc oui il y en aura mais il y aura également plusieurs titres qui bougent et qui sont plus heureux. Les gens me connaissent pour mon côté plutôt triste et mélancolique mais justement j’ai des morceaux qui « groove », ça montre mon habilité à chanter sur plusieurs registres et pas seulement faire pleurer les gens (rire). Je veux faire sourire le public aussi, l’album sera assez versatile.

Tu vas donc essayer de t’éloigner un peu du style avec lequel les gens t’ont découvert dans Britain’s Got Talent ?

• Oui et non. Je veux rester dans le même ton car c’est avec ce style que les gens m’ont découvert et soutenu jusqu’à présent et c’est ce qu’ils – je pense – aiment chez moi. Je veux rester pour le moment sur ce que je connais et j’aime, c’est à dire les chansons tristes et les ballades. Je suis heureux de cette décision parce que c’est ce qui me connecte à la musique. Au final, tu dois faire quelque chose qui puisse te connecter avec ce que tu chantes et quelque chose que tu aimes faire. C’est la raison pour laquelle j’ai vraiment commencé à chanter, pour que les gens se sentent connectés et qu’ils puisent y trouver du réconfort. J’ai reçu énormément de messages sur Facebook et Twitter de personnes me disant que ça les a aidé durant des moments difficiles et je suis fière de ça.

Pour ton premier album, tu as dit dans une interview avoir composé beaucoup de titres par toi-même. Sur quoi te bases-tu pour trouver ton inspiration ?

Dans cet album, il y aura beaucoup de chansons sur mes expériences personnelles mais je ne me focalise pas dessus. Parfois, je me base sur les expériences de personnes que je connais et leurs avis. Les meilleures chansons que j’ai sont celles qui sont basées sur de réels sentiments, que cela soit une rupture ou alors quelque chose de plus joyeux comme l’espoir. En général, l’inspiration de ce premier album vient de comment je ressens la vie et je pense que les chansons intemporelles sont celles basées sur de vrais sentiments ressentis, celles sur lesquelles les gens peuvent s’identifier.

Tout comme « Dancing On My Own »…

Exactement. Je pense qu’on a tous ou presque un jour eu cette expérience où tu vois deux personnes ensemble et tu aurais aimé être à la place de l’une des deux. Si tu n’as pas eu cette expérience, tu connais quelqu’un qui est passé par là, un ami ou de la famille donc c’est quelque chose de réel. Avec mon album, je veux faire quelque chose de similaire, je veux toucher les gens qui vont passer par les mêmes sortes d’expériences que moi.

Après Britain’s Got Talent, tout comme dans n’importe quel TV show, le succès post-émission n’est pas garanti. Est-ce que ça t’inquiétait de savoir qu’au final ça aurait pu ne pas marcher pour la suite ?

Oui, j’étais juste un gars qui travaillait dans un bureau à taper des emails et faire des cafés et je suis passé à celui qui a eu le Golden Buzz et dont on voulait une photo. Puis, quand je n’ai pas eu de contrat de la part de Simon Cowell, je me suis dit que c’était peut-être la fin et que c’était juste une période d’excitation qui allait se terminer. Après Britain’s Got Talent, je pensais que tout était fini. Pendant plusieurs jours, j’étais un peu déprimé, je me disais que j’avais eu cette incroyable expérience mais que j’allais maintenant devoir retourner à mon bureau faire du café. La vie est injuste (rire). J’ai travaillé très dur après, j’ai fait beaucoup de concerts et festivals. J’ai rencontré mon manager en septembre de l’année dernière, on a sorti le titre en mars et ça a totalement changé ma vie. J’ai dû travailler dur pour ça et ne pas laisser les choses se faire d’elles mêmes. On a dû trouver le bon timing pour sortir le single, voir ce qu’on allait faire par la suite et comment parce que je savais que c’est ce que je voulais faire pour le reste de ma vie.

• Si tu devais choisir quelqu’un avec qui collaborer sur un titre, qui choisirais-tu ?

• J’adorerais travailler avec Calvin Harris parce que tout ce qu’il touche se transforme en or. Il a cette vision de la musique qui est incroyable et c’est une personne très créative donc ça serait un honneur de travailler avec lui. J’adore tous ses titres, ceux personnels comme ceux qu’il a fait avec d’autres artistes. J’aimerais aussi beaucoup travailler avec Adele mais … tu penses à ce que je pense (rire) ? Les gens ne pourraient pas s’arrêter de pleurer ! Donc je pense que si un jour ça se passe, il faudra prévoir pas mal de mouchoirs (rire). Tu sais quoi, j’aimerais beaucoup chanter « Dancing In My Own » avec Robyn ! Je n’y avais pas pensé au début puis quelqu’un m’a tweeté « ça serait génial si Calum et Robyn chantaient la chanson ensemble » donc je pense que ça serait super !

• Tu as essayé de la contacter ?

• Oui j’ai essayé mais elle est très occupée et s’occupe de sortir des remixes en ce moment. J’ai essayé de la contacter plusieurs fois, j’espère qu’un jour elle sera plus libre pour tenter quelque chose ça serait génial.

• Il y a des collaborations prévues sur ton album ?

• Il y a des gens avec qui j’ai écris. J’ai composé avec Kodaline que tu dois connaitre, c’est un groupe irlandais que j’avais rencontré quand j’étais en Irlande. J’ai travaillé aussi avec John Newman donc il y a plusieurs personnes avec qui j’ai pu écrire. J’essaye d’avancer un maximum de mon coté puis on verra pour des collaborations peut-être sur des singles. J’aimerais beaucoup collaborer avec Sigma, Rudimental ou Clean Bandit, tu vois le genre.

• Tu es très orienté électro dans tes choix de collaborations …

J’adore ce type de musique ! Ce qui est bien avec la musique, et surtout avec collaborations, c’est que tu peux choisir des artistes totalement différents mais quand tu les mixes ensemble, ça donne quelque chose d’incroyable. Donc si je peux atteindre l’un de ses gars, ça serait génial.

Quels sont tes projets pour cette fin d’année et l’année prochaine ?

• Je termine actuellement ma tournée avec Jamie Lawson, il est incroyable ! Puis j’irai aux Etats-Unis pour ma première tournée officielle là-bas. Je suis très excité ! J’ai toujours voulu avoir une tournée américaine depuis que j’ai eu l’opportunité de commencer à chanter. Je vais filmer mon second clip là-bas et je reviendrai sûrement avant de faire quelques trucs en Australie. L’année prochaine, il y aura l’album puis j’espère ma tournée anglaise et européenne. J’aimerais vraiment pouvoir chanter en France, j’adorerais !! Tout à l’heure, quand j’ai chanté dans le centre, c’était ma première fois ici et c’était incroyable. Il y avait tellement de visages et je ne m’attendais pas à voir autant de gens. Je suis venu en France quand j’étais étudiant pour visiter mais c’était la première fois que je venais en tant qu’artiste. Je reviens quand vous voulez (rire).

« Dancing On My Own » est toujours disponible en téléchargement.