Qui est gnash, le compositeur/interprète du hit « i hate u, i love u » ?

060450400_1463395255-tumblr_ntluh5fjpu1r2m572o1_1280

Dans la section des hits de l’été on a retrouvé Drake, Justin Bieber, Justin Timberlake, Charlie Puth mais également la nouvelle tornade qu’est Gnash.

A 22 ans ce rappeur/ chanteur mais également auteur / compositeur originaire de Los Angeles a fait un carton avec le morceau pop « i hate u, i love u » en collaboration avec Olivia O’Brien. gnash qui est un assemblage de son nom (Garrett Nash) a l’allure d’une pop star montante et promet de faire beaucoup de bruit cette année.

Rencontre.

Hey gnash, on est ravis de te rencontrer ! Raconte nous comment as-tu commencé la musique ?

Moi aussi c’est un plaisir d’être ici avec vous à Paris ! Je mixe en tant que DJ depuis que j’ai 13 ans. J’ai commencé dans mon salon puis j’ai mixé dans un tas de fêtes. J’ai toujours su que je voulais être sur scène. Après avoir terminé l’université j’ai commencé à faire des reprises et à les poster en ligne et j’ai eu cette idée de sortir trois EPs nommés « u », « me » et « us » qui raconte l’histoire d’une rupture, de se retrouver et découvrir quelque chose de nouveau en chemin.

En même temps j’ai appris à créer des chansons et à les produire par moi même parce que je savais que personne n’allait arriver et me donner des mélodies donc j’ai commencé à tout faire moi même.

• Est-ce que ton expérience en tant que DJ t’a permis de façonner ton propre style musical ?

Oui totalement. J’étais un DJ très hip-hop donc il y a toujours des éléments hip-hop qui apparaissent dans ma musique mais cette expérience m’a vraiment aidé à composer ma musique.

• D’où t’es venue l’idée du concept derrière tes trois EPs « u », « me » et « us ?

J’étais en pleine rupture et je me suis dit que si j’arrivais à produire trois EPs comme ça qui représentent ce que j’ai vécu, ça allait m’aider à traverser cette épreuve. Ils se complètent, c’est un ensemble. « u » permet de dévoiler mes sentiments à propos de cette situation, « me » m’aide à me retrouver et « us » me permet d’avancer et de découvrir quelque chose de nouveau.

• Comment as tu rencontré Olivia O’Brien avec qui tu as collaboré sur « i hate u, i love u » ?

Olivia était une de mes fans. Elle avait 15 ans, maintenant elle en a 16. En gros elle a sorti une reprise de ma première chanson originale qui s’appelle « lil tokyo » et j’ai entendu  ça, j’ai adoré et je lui ai demandé si elle écrivait ses titres. Elle m’a dit oui et on a commencé à travailler sur « i hate u, i love u ».

• Ton titre « i hate u, i love u » a fait et continue de faire un véritable carton à travers le monde, est-ce que tu t’attendais à ce genre de réaction ?

Pour ne pas te mentir je savais que cette chanson était spéciale et que ça allait être un hit (rire).

• Tes EPs comprennent que des nouveaux artistes, où est-ce que tu trouves ces nouveaux chanteurs ?

C’est tous des amis à moi. Je les rencontre en soirée ou via des producteurs ou d’autres connaissances et amis en commun. Si c’est des amis à moi et que je trouve qu’ils ont du talent j’aime les inclure dans ma musique tout comme j’aimerais faire partie de leurs trucs à eux.

• Travailles-tu actuellement sur ton premier album ?

On peut dire ça. Je travaille constamment sur de nouveaux titres quand j’ai le temps et que je suis à la maison ou sur la route. Ca sera une surprise.

Avec qui aimerais-tu collaborer dans le futur ?

J’aimerais beaucoup collaborer avec Jack Johnson, Kanye West, Drake. Vraiment trop de gens (rire).

5a1ad1acd72a9cea8fd5c65d3cf25e86

• Tes EPs mettent tous en valeur des fleurs sur leur couverture, c’est fait exprès ?

Oui exactement. J’adore les marguerites et les marguerites sont les fleurs préférées de la personne sur laquelle j’écris donc j’ai juste utilisé ça en tant que base d’écriture. Sur le premier EP il y a le papillon qui s’éloigne de la fleur, puis dans le second il y a la fleur qui me représente et puis dans « us » c’est une feuille isolée de lavande qui décrit ce que je ressens.

Comment décrirais-tu ton style musical ?

Je dirais minimal, éclectique et spécifique.

Pourquoi spécifique ?

Dans les sentiments. Je prends un sentiment que je ressens à un moment donné puis j’écris dessus. Les deux sentiments qui prennent le dessus sont souvent la joie et la tristesse. C’est pour cela que mon label s’appelle happy sad ( 🙂 ).

Quels sont tes albums du moment ?

Je dirais le nouveau Frank Ocean. « Endless » est mon favoris, j’adore « Blonde » aussi évidemment. J’écoute toujours le nouvel album de Drake, parce que ce gars est génial. J’écoute toujours aussi « Late Registration » de Kanye West, c’est mon album favoris de lui.

• Tu as beaucoup de projets en cours dont une tournée, tu passeras par Paris ?

Normalement oui en novembre, on croise les doigts ! J’espère que tu seras là d’ailleurs (rire)