Interview avec le groupe indie rock californien The Neighbourhood

C’est à l’occasion de leur concert parisien à la Flèche d’Or qu’On The Move a pu aller à la rencontre de Jesse Rutherford et Zach Abels du groupe indie rock The Neighbourhood afin de parler de leur second album ‘Wiped Out‘ dévoilé le 30 Octobre dernier.

———–

Sur le premier single de votre album nommé « R.I.P 2 My Youth » vous avez utilisé l’image des funérailles pour parler de « l’enterrement de votre innocent et jeunesse », est-ce que c’était une façon pour vous de dire que « grandir » était une étape obligatoire ?

Jesse : Exactement ! c’était une passe obligatoire pour nous et obligatoire pour tout le monde à un moment ou un autre. Le monde est beaucoup plus effrayant quand tu deviens adulte. Du coup on a voulu montrer qu’il y a une véritable transition entre qui nous étions et qui nous sommes. Même si on est les mêmes au final (rire) on a beaucoup évolué en tant que personne mais aussi en tant qu’artistes.

Que est-ce que signifie vraiment cette transition pour vous ?

Jesse : Pour nous ça signifie plusieurs nouvelles responsabilités. Autre que les responsabilités qui viennent avec le fait de devenir un adulte, mon but n’était pas de parler de ça négativement en disant par exemple « oh je dois payer mes factures », c’est plus une responsabilité émotionnelle à travers les relations que tu as avec les gens, ne pas les repousser. C’est vraiment ce dont je parle principalement.

Quelle a été l’inspiration principale de ce nouvel opus autre que ce passage à l’âge adulte ?

Jesse : Cet album était pour moi principalement au sujet des filles (rire) mais également au sujet de tous les types de relations. J’essayais d’être le plus réel possible, les paroles s’inspirent de ce que j’ai vécu personnellement.

Quelle est pour vous la plus grande différence entre ce nouvel album et le précédent ‘I Love You’ ?

Zach : Notre premier album était évidemment le tout premier en tant que groupe donc le fait d’écrire des paroles était vraiment nouveau pour nous tous. Désormais on s’est amélioré et on a évolué en tant que compositeurs par rapport au tout premier.

Vous avez dévoilé une mixtape incluant le titre « #ICantEven »  avec le rappeur French Montana. C’était quelque chose que vous vouliez faire depuis longtemps, mixer le rock au hip-hop ?

Jesse :  L’idée de la mixtape était d’avoir une vue sur le monde du hip-hop, c’est ce avec quoi j’ai grandi et que je voulais tester. C’était important d’avoir un rappeur dessus pour vraiment rester fidèle au style, tu vois ce que je veux dire. Tu ne peux pas vraiment rentrer dedans si tu n’as pas quelqu’un, je dirais, de spécialiste qui fait du hip-hop à temps complet. On a été très chanceux d’avoir French Montana, il a rendu le projet beaucoup plus réel.

Il y a des artistes ou producteurs en particulier avec qui vous aimeriez collaborer ?

Jesse : Tu sais, on écrit en ce moment beaucoup de musique et on essaye de collaborer avec des producteurs différents. On a beaucoup d’amis et de connaissances avec qui nous pouvons faire pas mal de choses, pas nécessairement du hip-hop, enfin pourquoi pas, mais tenter des expériences nouvelles. C’est encore secret mais on essaye de faire des sessions avec des producteurs aux styles différents pour voir ce que ça donne.

• Comment se passe votre processus de composition d’un titre  ?

Zach : Ca dépend, parfois c’est juste l’un d’entre nous qui arrive avec une idée ou parfois on se concerte avant, ça dépend.

Jesse : Avant que tu arrives par exemple on était en train de jammer sur scène sur trois choses différentes, on ne savait pas ce que c’était. C’était juste pour s’amuser et voir ce qu’il se passe, c’est la meilleure partie de tout ça, s’amuser en testant de nouvelles choses. On adore jammer en tant que groupe et parfois on en retire de très bonnes choses. Ca vient d’un coup parfois sans qu’on s’y attende.

Pourquoi avoir choisi ‘Wiped Out’ comme nom d’album ?

Jesse : Je pense que ‘Wiped Out’ (anéanti) représente vraiment ce que je ressentais quand j’ai écris les chansons de cet album. Je passe pour un dépressif là (rire) mais l’album est vraiment honnête et représente mon état d’esprit au moment où je l’ai écris.

Avez-vous un ou plusieurs talents cachés ?

Jesse : Talent caché … hmm… c’est un peu bizarre mais j’arrive à faire craquer mes doigts…indéfiniment. Attends écoute… oui c’est très bizarre ! (rire) Il y a Zac qui a une idée je pense …

Zach : Je n’ai pas de talent caché moi !

Jesse : Il en a tellement qui sont trop profondément cachés que même moi je ne les connais pas tous !

Zach : (rire)

Jesse : Ah je sais ! Son talent caché est qu’il sait faire sourire les gens, les faire rire !

Vous connaissez un peu de français ?

Jesse : J’ai déjà essayé mais je suis nul. Ma bouche ne veut pas prononcer les mots. Je t’en supplie ne me fais pas essayer, je sais que je ne peux pas le faire (rire)

• Un message pour vos fans qui lisent notre interview ?

Jesse : On en a beaucoup mais je dirais qu’on a grandi depuis le premier album et tous nos fans sont vraiment avec nous, ils nous ont jamais laissé et abandonné. C’est vraiment un amour fort et inconditionnel. Je suis très heureux qu’ils viennent nous voir, nous soutiennent, nous aident à vivre nos rêves et on grandi avec eux de plusieurs manières. Alors merci à vous tous, merci On The Move pour l’interview et on vous aime, on se voit très vite sur la route !